Une manifestation anti-belge samedi matin à Bujumbura devant l’ambassade

IMG-20151010-WA0004Une manifestation « anti-belge » a rassemblé samedi matin quelques centaines de personnes devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura, au lendemain de l’annonce de la demande du gouvernement burundais de remplacer l’ambassadeur Marc Gedopt, une requête assez inhabituelle dans les usages diplomatiques, a-t-on appris de sources concordantes. L’agence Belga a reçu des photos montrant des manifestants défilant devant l’ambassade de Belgique puis s’asseyant devant le bâtiment. L’un d’eux brandit une banderole au texte illisible.

A Bruxelles, les Affaires étrangères ont confirmé la tenue de cette manifestation, estimant le nombre de participants à « quatre à cinq cent » personnes.

Il s’agit, selon un témoin qui a requis l’anonymat, de jeunes des Imbonerakure, les membres de la Ligue de jeunesse du parti du président Pierre Nkurunziza, le Conseil national pour la défense de la démocratie – Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD). Ce mouvement est accusé d’intimider les opposants et l’ONU le qualifie de « milice ».

Le gouvernement burundais a demandé vendredi à Bruxelles, par le biais d’une note verbale, le remplacement de son ambassadeur en poste à Bujumbura, Marc Gedopt, et annonçant le retrait de son agrément en raison « d’une dégradation de la confiance » entre les deux pays.

« Cette décision a pour but de renforcer nos relations avec la Belgique », a expliqué une source à Radio France Internationale (RFI). Une autre source a évoqué « des mensonges » de l’ambassadeur à Bujumbura – actuellement en vacances au Canada (tous les détails ici).

Cette procédure consistant à déclarer un ambassadeur persona non grata est, bien que conforme à la convention de Vienne, rarement utilisée – de surcroit pour des diplomates belges -, a-t-on souligné de source diplomatique.

Rudy Demotte dénonce le « geste inamical » de Bujumbura

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, a qualifié samedi de « geste inamical » la décision du gouvernement burundais de demander le remplacement de l’ambassadeur de Belgique à Bujumbura, Marc Gedopt, alors qu’une crise diplomatique majeure s’annonce entre les deux pays.

« J’ai exprimé la désapprobation de la Belgique par rapport à ce qui se passe » au Burundi, a-t-il affirmé à l’agence Belga depuis Erevan, la capitale de l’Arménie, où il a participé à une réunion ministérielle de la Francophonie.

M. Demotte y a rencontré le ministre burundais des Affaires étrangères, Alain-Aimé Nyamitwe, avec lequel il a eu, selon ses propres termes, un « échange franc ».

La demande du gouvernement burundais de remplacer M. Gedopt témoigne de « tout sauf d’une volonté de dialogue », a ajouté le ministre-président francophone.

Reynders déplore une décision inamicale

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a déploré samedi la « décision inamicale » du gouvernement burundais qui a retiré l’agrément de l’ambassadeur de Belgique à Bujumbura, Marc Gedopt. « C’est une décision inamicale. J’ai convoqué l’ambassadeur burundais à Bruxelles », a indiqué M. Reynders.

Le chef de la diplomatie s’est toutefois montré prudent sur l’attitude qu’observera la Belgique. Les autorités burundaises ont adressé une demande de remplacement sans délai du diplomate belge. Le ministre étudiera avec M. Gedopt la suite à y réserver, l’intéressé étant visé par le mouvement diplomatique de l’an prochain. « Nous verrons quelle réaction adopter », a ajouté le ministre.

M. Reynders a relevé la situation qui « s’est fortement dégradée » depuis plusieurs mois au Burundi et qui a mené à la suspension par la Belgique d’une série de projets de développement, parallèlement à des sanctions européennes visant quatre personnes impliquées dans la répression contre les manifestants qui s’opposaient à un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza.

Une manifestation « anti-belge » s’est déroulée samedi matin devant l’ambassade belge à Bujumbura. Elle s’est dispersée dans le calme, a assuré M. Reynders.

Le ministre a par ailleurs répété le message belge depuis le début de la crise au Burundi: le dialogue doit reprendre dans l’esprit des accords d’Arusha, qui en 2000 ont scellé le retour de la paix dans ce pays d’Afrique centrale. En vertu de ces accords, M. Nkurunziza ne pouvait pas briguer un troisième mandat.

BELGA, le samedi 10 octobre 2015 à 21h47, http://www.lalibre.be/actu

Advertisements

3 réflexions sur “Une manifestation anti-belge samedi matin à Bujumbura devant l’ambassade

  1. Abo badd buzuye ubusazi tout simplement.
    Mbega none bazoronka aho bakwirwa mu bitaro kwa Legentil ?
    Yamara bamwe bazotikira bataravurwa ! ! ! !
    Qu’est-ce qu’ils ont à exiger ? Imfashanyo si ideni (l’aide n’a jamais été une dette). Kuva kera ba sokuru baca umugani ngo » ntawuharira n’uwumuhamba « . On aura tout vu avec ces déréglés mentaux, devenus fous à cause de l’argent et du sang de leurs frères.
    Amaraso arahuma ! ! ! Ubu ndaveyemera caaaane !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s