Le pasteur Nkurunziza ne se lasse pas de réciter les versets de la mort

VIOLENCES AU BURUNDI
Le pasteur Nkurunziza ne se lasse pas de réciter les versets de la mort

Nkurunziza sous la pluieJusqu’où ira Nkurunziza ? Telle est la question que l’on pourrait se poser, au regard de la liste des macchabées qui ne cesse de s’allonger au Burundi.

Bien malin qui saura répondre à cette question. Car, pas plus tard que le 13 octobre dernier, un journaliste de la télévision nationale et sa famille ont fait les frais de la furie des sicaires de Nkurunziza qui étaient, soi-disant, aux trousses d’assaillants qui auraient kidnappé deux des leurs dont un a été tué, dans un quartier de Bujumbura. Résultat de cette chasse à l’homme : sept personnes tuées selon plusieurs témoignages d’habitants de la capitale burundaise qui ont vu la police faire irruption dans le quartier où habitaient le journaliste et sa famille. Comme on le voit, l’arithmétique macabre se poursuit au Burundi où le pasteur-président ne se lasse pas de réciter les versets de la mort, s’attaquant à tous ceux de ses compatriotes qui continuent de contester son troisième mandat.

Les traquant jusque dans leurs derniers retranchements pour leur ôter, de façon radicale, toute idée de remise en cause de la légitimité de son pouvoir pourtant usurpé. Aujourd’hui, il ne fait pas bon être opposant au Burundi où le pouvoir est en train d’opérer un glissement vers un véritable terrorisme d’Etat, à travers une répression féroce de ceux qui ont le malheur d’avoir une opinion contraire à celle du maître de Bujumbura. Poussant la paranoïa à un tel point qu’il n’hésiterait pas à tirer sur sa propre ombre. Résultat : soit tu es pour Nkurunziza et tu n’es pas inquiété, soit tu es contre le satrape sanguinaire et tu es immédiatement mis sur la liste noire de ses ennemis à abattre.

Nkurunziza  portera à jamais la responsabilité morale de tous les morts devant l’Eternel

Et ce, en ce XXIe siècle, au vu et au su de tout le monde, y compris la communauté internationale qui n’arrive pas à donner une réplique proportionnelle à la forfaiture du boucher de Bujumbura. L’Occident a certes pris des sanctions économiques contre Nkurunziza, mais en attendant qu’elles fassent leur effet, des Burundais continuent de tomber chaque jour comme des mouches, sous les balles assassines des tueurs de Nkurunziza.

Et il y a fort à parier qu’il en sera ainsi, aussi longtemps que le pasteur  président n’aura pas vidé son contentieux avec son peuple. Quant à l’Union africaine (UA), elle a fait le service minimum et ne semble pas vouloir aller plus loin. Mais pourquoi diantre ce silence face aux tueries de civils aux mains nues? L’on ne saura certainement jamais pourquoi le journaliste Christophe Nkezabahizi et sa famille ont été tués ce 13 octobre 2015 par la police. Sont-ce des victimes collatérales ou étaient-ils des cibles ? En tout cas, les condoléances empressées du porte-parole de la Présidence à la famille de ce serviteur de l’Etat, sont l’expression tragique d’un cynisme désarmant face à la terreur imposée par un pouvoir tyrannique à un peuple en quête de liberté et de démocratie.

Quoi qu’il en soit, la communauté internationale doit se donner les moyens d’arrêter Nkurunziza dans sa folie meurtrière. Car il est inadmissible que quelqu’un qui a usurpé le pouvoir puisse continuer à tuer ses compatriotes, simplement parce qu’ils dénoncent sa forfaiture. Autrement, ce serait courir le risque de ne laisser comme seule alternative au problème NKurunziza, que la perpétration d’un coup de force pour libérer le peuple burundais du joug de cet oppresseur, ce Néron des temps modernes qui ne recule devant rien pour se maintenir au pouvoir, aidé en cela par une armée tribale corrompue et loin d’être républicaine.

En tout état de cause, Nkurunziza le Pasteur,  portera à jamais la responsabilité morale de tous ces morts, devant l’Eternel et devant l’histoire. Car à cause de son entêtement, il a semé la graine de l’arbitraire et récolte aujourd’hui les fruits amers de la violence et de l’horreur dans son pays.

Outélé KEITA, http://lepays.bf/

Publicités

5 réflexions sur “Le pasteur Nkurunziza ne se lasse pas de réciter les versets de la mort

  1. Fabien,ce qui se passe dans notre pays n’est pas une petite affaire entre Dieu et Nkurunziza comme tu le dis!Ce dernier était le responsable de toute une nation,donc s’il a faillu à sa mission toute la nation en souffre,dont toi,moi,…

    J'aime

  2. C’est vraiment drole!!!
    L’Éternel ne considère pas ce que l’homme considère (1Samuel 16: 7)
    Monsieur Ouetélé Keita, je vous conseille de ne pas vous précipiter à meler le nom de l’Eternel avec vos sentiments politiques. L’Eternel ne joue pas la politique mais, sa parole nous dit que « le Dieu suprême domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plait » (Daniel 6: 21)
    Alors avant de sauter sur la conclusion que le Pasteur Pierre Nkurunziza portera la responsabilité des cadavres devant l’Eternel, vous devriez vous demander si le coté adverse n’aurait pas aussi une responsabilité là-dedans. Je n’écris pas ceci pour blanchir le Président et incriminer l’opposition ou vice versa, mais c’est pour vous montrer que ce serait stupide d’impliquer Dieu dans la politique mensongère burundaise.

    Cher monsieur, je me sens obligé de vous dire aussi que Pierre Nkurunziza n’est pas Pasteur. C’est un homme passionné par la Bible et les assemblées de prière tout simplement. S’il est coupable devant l »Eternel de ce qui se fait dans son pays aujourd’hui, cela reste une affaire entre lui et l »Eternel. Comme je vous disais que la politique burundaise est mensongère, il se peut aussi que c’est quelqu’un d’autre qui en est responsable. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu (1Cor 2: 11). Et seul Dieu connait l’issue de cette crise burundaise.

    Quant à Pierre ou quelqu’un d’autre qui se cache derrière ces massacre, le livre des Proverbes nous dit que  » le cheval est équipé pour la bataille, mais la deliverance appartient à l’Eternel (Proverbes 21: 31)

    Attendons et nous verrons!

    J'aime

    • quand est ce que nous les burundais on aura cette vision? Dieu seul abidufashemwo kugira ntituze turishira mu kibanza c’Imana ducira imanza abandi ku bintu tudafiseko maitrise na ntoyi. Le malin turamuha ikibanza kinini mu buzima bwacu kandi ata bubasha na butoyi adufiseko. chapeau monsieur Fabien, vraiment j’envie votre raisonnement.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s