La sécurité et le dialogue inclusif, une préoccupation

https://i2.wp.com/www.ppbdi.com/images/DSC1791www.JPGLes députés se sont réunis en séance plénière sous la présidence de Pascal Nyabenda, président de l’Assemblée nationale, le mardi 20 octobre 2015.

Les députés ont adressées des questions orales aux ministres de l’Intérieur et de la formation patriotique Pascal Barandagiye ainsi que de la Sécurité publique, le Commissaire de police chef Alain-Guillaume Bunyoni. Les questions en rapport avec la sécurité et le dialogue ont essentiellement dominé la séance.

Deux ministres, à savoir Pascal Barandagiye et Alain Guillaume Bunyoni ont été invités à l’Assemblée nationale pour donner des éclaircissements sur les questions et inquiétudes qui relèvent de leurs ministères. Les questions étaient dominées par les questions de paix et de sécurité sur le territoire national en général, et en mairie de Bujumbura en particulier. La démarche de recherche de paix en impliquant tous les Burundais à travers un dialogue a également retenu l’attention des élus du peuple. Ces derniers remarquent que le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza vient de mettre en place une Commission nationale de dialogue inter-burundais. Ils trouvent que cette commission vient répondre aux souhaits de la population burundaise et aux conseils des différentes organisations. Ainsi, les députés se demandent comment ce dialogue sera organisé ; la provenance des participants ; ses avantages et comment il devra rétablir la confiance entre les Burundais.

Se parler avec franchisse

Pascal Barandagiye a dit que ce dialogue a un caractère particulier. Il va rassembler les Burundais vivant dans le pays et ceux qui sont à l’étranger. Les moyens pour le faire seront diversifiés en vue de toucher le plus grand nombre possible de gens en vue de se rassurer que les doléances et inquiétudes des uns et des autres sont soulevées à fond. M. Barandagiye est confiant que le résultat du travail de la Commission sera satisfaisant au regard de la composition de cette dernière qui a tenu compte des réalités sociales du Burundi. Il invite les Burundais à se parler avec toute franchise pour décortiquer les vrais problèmes en vue d’y apporter les vrais remèdes.

Les députés ont voulu savoir pourquoi des violences naissent chaque fois après les élections. M. Barandagiye n’y va pas par quatre chemins. « Les leaders des partis politiques doivent changer de mentalité. Certains s’y lancent comme pour chercher de l’emploi. Quand ils constatent que la réalité politique ou électorale ne répond pas à leurs attentes, ils commencent à tendre des obstacles, à prédire les irrégularités qui, en réalité n’existent pas » a-t-il dit.

Que les partenaires appuient le processus

Le ministre de l’Intérieur rassure les députés que le gouvernement fera tout pour mettre en place les moyens, afin de bien organiser ce dialogue. Mais, il appelle également les partenaires du Burundi qui le souhaitent d’appuyer dans ce sens.

La sécurité rétablie à 98%

De sont côté, Alain-Guillaume Bunyoni a d’abord retracé les origines des problèmes de sécurité actuels au Burundi. Il a ainsi annoncé aux députés que plusieurs actions ont été menées et que la sécurité a été rétablie à 98% sur tout le territoire national. Il estime que les seuls cas isolés sont rapportés en mairie de Bujumbura. Il rassure qu’il n’existe pas de groupes armés si ce ne sont que de simples malfaiteurs, et appelle tout le monde à s’impliquer dans la promotion de la sécurité. Les députés ont déploré les rumeurs qui se multiplient. Ce serait peut être dû au fait que les médias ne fonctionnent pas. M. Bunyoni trouve que même quand les médias fonctionnaient, les rumeurs existaient. Les deux ministres ont signalé que les mineurs détenus suite aux manifestations ont été libérés.

Alfred Nimbona, 21 octobre 2015, http://www.ppbdi.com

Advertisements

4 réflexions sur “La sécurité et le dialogue inclusif, une préoccupation

  1. Agateka karihabwa, mwa bantu bo muri CNDD-FDD ihe agateka mureke kwica ntawushobora gutwara igihugu ariko arasesa amaraso. amaraso ni ikinti kibi. uarayasesa bugaca irya si usesa ko ay’abandi ikaréclama ayawe; namwe nico buca kibabako

    J'aime

  2. Abo babiri imbere y’abashingamateka nta kindi bari kuvuga kuko ni bamwe bafatiye igihugu imugongo aho twebwe abantu batobato mugihugu,tutagize amahirwe yo guhungira hanze batugomorerako abakozi babo bahembwa ariko n’igihugu kugira badusange mu ma quartier,mu mazu batwicane n’imiryango yacu hama bakabandanya bavuga ko umutekano ari 98% mugisagara.Nta qualification numva nobaha kuko bararenze ariko fin de fin bizohera kandi bazohinyuka

    J'aime

  3. Ewe Bunyoni, urashimitse abantu bakomeze kwickwicwa mukomeze guhenda abantu mwarawugarukanye kugeza 98%? Uzokwemera ko umutekano atawo aruko biguhitanye canke bihitanye uwawe!

    J'aime

    • ko murenganya abo baminisitiri babeshe abo badepite, ko nta mudepite wababeshuje, bose ni kimwe, nimureke bagume bica ariko nabo isaha yabo irahari. ntibizokwama biri uko.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s