Les envoyés internationaux dans la région des grands lacs pour une sortie immédiate de la crise qui endeuille le Burundi

https://i2.wp.com/www.rpa.bi/media/k2/items/cache/073c82ca8424ec43733d48fbcd8ed116_XL.jpg

l’Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies dans la Région des grands lacs Saïd Djinnit.

Dans un communiqué sorti ce samedi 24 Octobre 2015, l’équipe de ces envoyés internationaux dit « accueillir » chaleureusement et soutenir la résolution de la commission Paix et Sécurité de l’Union Africaine du 17 Octobre 2015 en rapport avec la crise au Burundi. Ces envoyés consentent totalement sur le fait que « seul un dialogue véritable et inclusif, basé sur le respect des accords d’Arusha pourrait permettre aux acteurs burundais de trouver une solution consensuelle face à la crise que vit leur pays, préserver la paix, consolider la démocratie et la primauté de la loi ».

Les envoyés internationaux dans la région des grands lacs approuvent l’appel de la Commission Paix et Sécurité de l’Union Africaine « pour une reprise le plus tôt possible du processus de médiation dirigé par le Président ougandais Yoweri Kaguta Museveni et pour la coopération totale du gouvernement burundais et tous les autres acteurs avec le médiateur ». Ils saluent en outre la requête au président de la commission d’initier des consultations avec le médiateur est africain en vue de convoquer rapidement, « à Kampala ou à Addis Abeba », au quartier général de l’Union Africaine, « un dialogue inter-burundais incluant tous les acteurs concernés, tous ceux se trouvant au Burundi et ceux en dehors du pays », afin de trouver une solution consensuelle à la crise actuelle.

« Au mileu de cette crise humanitaire, politique et sécuritaire qui s’approfondit », ces envoyés se disent prêts à soutenir l’Union Africaine, la Communauté Est-Africaine, le président Museveni en sa qualité de médiateur, et les parties prenantes burundaises « à poursuivre d’urgence un dialogue crédible ».

Autre point repris par ces envoyés internationaux dans la région des grands lacs dans leur communiqué, c’est la cessation immédiate de la violence et la responsabilité de tous les côtés. « Nous partageons la préoccupation de l’union Africaine par rapport aux élections générales de nature non inclusives et non consensuelles de Juin et Juillet 2015 et le recours aux rebellions armées pour résoudre la crise actuelle » indiquent les diplomates. Les envoyés internationaux soutiennent la décision de la commission Paix et Sécurité de l’Union Africaine d’imposer « des sanctions ciblées contre tous ceux qui contribuent à la violence et empêchent la résolution de la crise ». Ils soutiennent de surcroît la décision de la commission Paix et Sécurité de l’Union Africaine d’entamer une enquête approfondie sur les violations des droits humains et d’autres abus contre les civils au Burundi et de déployer davantage des observateurs des droits de l’homme et des experts militaires.

« Compte tenu des enjeux de l’escalade », les envoyés internationaux disent saluer la demande à la Commission de l’Union Africaine d’accélérer et de finaliser, en consultation avec la Communauté Est-Africaine et la Force de l’Afrique de l’est, « la planification afin de répondre à la possibilité de violence beaucoup plus répandue, si la situation devait l’exiger ».

L’équipe des envoyés internationaux dans la région des grands lacs est composée de l’Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies dans la Région des grands lacs Saïd Djinnit, l’Envoyé Spécial de l’Union Africaine Ibrahima Fall, l’Envoyé Spécial Américain pour la région des grands lacs Thomas Perriello, le coordinateur Général de l’Union Européenne dans la région des grands lacs Koen Vervaeke et l’Envoyé Spécial Belge dans la région des grands lacs Frank De Coninck.

lundi, 26 octobre 2015 13:27, http://www.rpa.bi

Advertisements

5 réflexions sur “Les envoyés internationaux dans la région des grands lacs pour une sortie immédiate de la crise qui endeuille le Burundi

  1. Jusqu’à quand vos orientations vers des négociations inutiles, demandons des troupes étrangères pour contrôler les agissements irrésponsables desdites forces de sécurités du Gouvernement NKURUNZIZA qui tuent, qui massacrent sans être punies

    J'aime

  2. Ntamukunzi w’uburundi ariho , Imana yonyene gusa, wewe usoma aya makuru, wewe utungwa agatoki nawe utunga agatoki abandi, hagarika! ingo dusenge imana , iratabara. Dutangure ubunyene, tuvuge duti; ‘ » Mana Uburundi mubiganza vyawe, abarundi mubiganza vyawe,
    Ce bugufi, Imana ikore.

    J'aime

  3. Je me demande ce qu’ils viennent de décider si ce n’est la même histoire, les mêmes mots, « Nous condamnons,, nous soutenons, nous partageons ». La politique
    Ils ne résoudront rien du tout, le peuple seul abandonné à leur sort, pourra décider, c’est un jeu politique qu’ils utilisent pour faire semblant qu’ils ont fait quelques choses. C’est partout la même chose,

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s