Du rififi à la police de Bunyoni

Du rififi à la police de BunyoniBunyoni chasse les familles des policiers

Dans sa folie meurtrière contre des civils innocents, Nkurunziza a, depuis le 26 avril 2015 fait recours à la police. Mais aujourd’hui la lune de miel est presque fini. La police qui enregistre de nombreuses pertes refuserait de continuer une guerre fratricide atroce pour protéger un clan mafieux. La grogne est de plus en plus assourdissante. C’est ainsi qu’Alain Guillaume Bunyoni, le préposé au Ministère de la sécurité publique vient de sévir. Il vient de jeter dehors toutes les familles des policiers jusque là hébergés dans les camps de la police. Le délais limite de vider les lieux est fixé au 15 décembre 2015.

Une pétition

C’est la consternation mêlée à une colère au sein de ce corps qui est majoritairement constitué par les anciens membres du mouvement politique CNDD-FDD. Ils sont furieux, nous rapporte notre source. Cette expulsion au moment où le panier de la ménagère est presque vide est un coup dure pour ces policiers qui peinaient à joindre les deux bouts du mois. C’est cruel de leur imposer de louer un logis pour leur famille. Pour manifester leur mécontentement, trois cents policiers viennent d’adresser une pétition à Alain Guillaume Bunyoni. Ce dernier vient quant à lui de mettre en place une commission chargée de dissiper le malaise.

Le drame des morts cachés

Ce conflit de trop  vient s’ajouter à un drame « des morts non déclarés » qui secouait le corps de la police. A ce titre il sied de signaler que Nkurunziza a déjà perdu plus de quatre cents policiers en mairie de Bujumbura. Mais les familles des disparus n’ont pas le droit de savoir le sort des cadavres. Ainsi on  déclare à la famille qui cherche des nouvelles que le disparu à déserté, qu’il a rejoint l’opposition. Un tel traitement heurte les policiers encore vivants. Sous d’autres cieux on rend un vibrant hommage aux forces tombés sur le front mais chez Nkurunziza leur mémoire est salie. Un dénigrement que ces policiers supportent mal. La journée d’hier ( lundi 26 Octobre 2015) et cette nuit ont été meurtrières pour la police:  » Nous avons perdu plus de cinquante policiers. C’est la première fois que nos positions sont attaquées pendant la journée! » . Et le porte-parole de la police va déclarer qu’il y a eu un mort et un blessé! Un bilan qui ne varie jamais! Les 49 autres disparus seront considérés comme des déserteurs!

La force de substitution: les FDLR, la milice IMBONERAKURE et la garde présidentielle

Face à ce malaise, Bunyoni délègue Désiré Uwamahoro pour mobiliser les FDLR et la milice IMBONERAKURE. Ils vont faire le job sans pitié ni remords. En outre Nkurunziza déchaine sa garde qui est visible dans toutes les exécutions. Les deux éléments de substitution sont gracieusement payés, ils sont logés, nourris et bien équipés confie notre source.

A propos de l’équipement, précise notre source, Bunyoni vient de commander au nom de la police, des milliers de lance roquettes et des milliers de grenades. Cette commande a été effectuée auprès de la Hongrie. Pour Bunyoni, il faut renforcer sa force pour décimer toutes les voix discordantes opposées à leur pouvoir. Ce bras de droit de Nkurunziza répète à qui veut l’entendre que s’il devait y avoir des négociations un jour, elles prendraient au moins quatre ans. Autant dire que la négociation n’est pas la priorité de l’oligarchie de Bujumbura. Mais les massacres des civils innocents. Mais avec ces contradictions internes aux forces de sécurité , pourront- ils tenir longtemps? Laissons le temps au temps; et comme dirait Laurent Gbagbo, »s’il y a un autre Dieu, c’est le temps ».

Advertisements

11 réflexions sur “Du rififi à la police de Bunyoni

  1. Il ne faut pas non plus oublier les policiers qui sont assassinés par le gouvernement soit parce qu’ils sont Tutsis, soit parce que ce sont des Hutus soupçonnés par les imbonerakure de ne pas être d’accord avec le DD. Un cas illustratif est celui du 13/10/15 lors de la récente décimation des familles du Q3 à Ngagara, uniquement parce qu’elles étaient tutsies puisqu’elles ne s’étaient jamais impliquées en politique et n’étaient accusées d’aucun crime.

    Par maladresse, le porte-parole de la police Pierre Nkurikiye a vendu la mèche en précisant à la presse que le policier assassiné sur place ce jour-là était lui aussi tutsi. Celui-ci était menotté ensemble avec un 2ème policier non identifié mais qui était lui aussi condamné à mort. Il a peut-être déjà succombé à ses blessures. Le 3ème policier qui était avec ces deux faisait partie du montage, non pas comme condamné mais comme convoyeur des condamnés.

    C’est pourquoi rien n’est arrivé à ce convoyeur et que les tueurs postés au Q3 avaient seulement fait semblant de lui lier les mains mais séparément des deux condamnés. Son job dès le départ était de s’assurer que les 2 condamnés suivent l’itinéraire prévu à partir de leur camp et qu’il tombent bien entre les mains des bourreaux à l’endroit convenu, c’est-à-dire au Quartier 3.

    Cet endroit avait été choisi car le régime souhaitait faire d’une pierre deux coups: Tuer les policiers condamnés et utiliser cet assassinat pour tuer du même coup principalement les habitants tutsis de Ngagara. Voilà ce que le DD a fait avec délectation ce 13/10/15 au Quartier 3 de Ngagara! Voilà pourquoi rien n’est arrivé aux assassins des deux policiers, ni aux assassins de la famille Nkezabahizi et des autres victimes.

    J'aime

  2. narababwiye ,mwa bahutu mwe mwirirwa mukurikira mujeri ko umusi ari umusi namwe ikabarya.ca c’est le commencement.ubu barabirukanye mumakambi yabo,ngira murumva yuko batanguye nukuvuga yuko abafuye bagiye muri opposition,ejo bazorengera muri izo famille zanyu bazicenone muzokora iki?muzopkora iki ko mbona nabobafashije mwagiye mubicira mumazu yabo.mbega hoho,mubona muzobana babo mwakoreye ikibi nkico mwabakoreye mu gihe ca manifestation?Mais les familles des disparus n’ont pas le droit de savoir le sort des cadavres. Ainsi on déclare à la famille qui cherche des nouvelles que le disparu à déserté, qu’il a rejoint l’opposition. Un tel traitement heurte les policiers encore vivants. Sous d’autres cieux on rend un vibrant hommage aux forces tombés sur le front mais chez Nkurunziza leur mémoire est salie. Un dénigrement que ces policiers supportent mal. La journée d’hier ( lundi 26 Octobre 2015) et cette nuit ont été meurtrières pour la police: » Nous avons perdu plus de cinquante policiers. C’est la première fois que nos positions sont attaquées pendant la journée! » . nubu nsubire ndababwre,tutikuyemwo inzigo yuzuye imitima yacu yamacakubiri,nukuri ntituzigera dutanga amahoro kubatutsi.jewe mbaye ndikuramwo kuko ntamacakubiri mfise,ivyo mbibabwira mbikuye mumutima wanje,nimurekere abatutsi badutware,kuko nibo naho igihugu kigeze bahagishikanye.iyaba intwaro yabahutu yariho kava kera,niyumvira yuko uburundi butaba bwitwa uburundi uyu musi.nimwitegereze aho gishitse ubu,saho kuvuga ko jewe ndi umurundi biragahera.igihugu nimugihe abatutsi bitwarire nakare niba badutwaye neza.ewe,BAGAZA BAGAZA NAGARUKE AGANZE UBURUNDI,NAHO YODUTWAERA UMWAKA TURAZI YUKO BWOKWOGORORA.

    J'aime

    • uba he ga ncuti? m cibitoke ab jeunes hutu et tutsi ngr n’abatwa trkumw nk’intamenwa, kva le 26/4 dusangira vyos,n’uy munsi twarkumw tws mkurwany igitero c’ imbonera zambtsw gisoda. ejo na kazungu yaragiy habuz gato. ham rro urekane n’ivy’ubwoko kuk bisigay mu mikwaya!!

      J'aime

  3. L’heure est grave et il ne doit pas y avoir de place à la rumeur.
    Du temps du Frodebu, il y avait « L’Aube de la démocratie ». Il était animé par un certain Cimpaye Pancrace. Les Burundais le lisaient non pas parce qu’ils voulaient être informés mais parce qu’il y avait de la pure rumeur. Les Burundais aiment la rumeur, ils aiment Radio Bugarama, ils aiment Radio Kiosque…Dans ses publications, L’Aube diffusait la liste des Sans Echecs, des listes de dignitaires hutus à abattre, des plans macabres a l’Armée etc. Nulle part ces informations pouvaient être verifies. Cela créait une peur/psychose chez les uns et un sentiment de puissance chez les autres. Si on revient un peu en arriere, il n’ y a pas de doute que Pancrace Cimpaye, par le biais de l’Aube de la Démocratie, a contribué au renforcement de la Haine ethnique au Burundi.
    Les naifs penseraient que Pancrace ait grandi et ait acquis une certaine sagesse? Mais non! Les mêmes reflexes de cracher le feu avec un amusement presque diabolique sont restés intacts. Monsieur Cimpaye, quand on n’a pas quelque chose de bon à dire, on n’ouvre pas sa bouche. La sagesse nous enseigne que ce que nous disons (ou écrivons) peut être utilisé contre nous. C’est juste une humble opinion.

    J'aime

    • Non K.Antoine Marie, il n y a pas de rumeur, quand on disait qu’on allait délocaliser les camps Muha, Para, on disait que ce sont des rumeurs, mais regarde les familles sont chassés des camps sans un sous ils ont été jeté dehors alors que leurs hommes étaient mutés sans être préparés, vous appelez cela rumeurs, si vous avez d’autres raisons de s’attaquer à Cimpaye c’est votre affaire, ce qu’il dit a souvent des sources sures, tout le monde sait le malaise au sein de la police, et attendons voir, on vous écrira pour vous dire qu’il n y a pas eu de rumeurs

      J'aime

    • Effectivement, quand on a rien à dire, on ferme sa gueule. Bwana Antoine-Marie, tu a raison tu n’a rien à dire car on s’attendait à ce que tu dise la vérité sur les mensonges de Pancrace, or tu allonge la rumeur que tu détesterais. Qu’est-ce que tu apportes d’information si ce n’est qu’une rumeur. A ce que je sache l’heure de la gloire de l’Aube de la Démocratie n’est pas sous Cimpaye, mais dans les années 1992-1993 avec les articles de Ntiba, Agripine ou Ntiba lui-même et parfois Feu Bimazubute. Si tu considères que nos policiers qui meurent tous les jours est une rumeur, tu ne fais pas moins que la désinformation de ce jeune policier porte-parole de la police qui égrène toujours le chiffre 1 comme bilan de policiers morts à chaque attaque. Est-ce que tu es d’accord que les policiers tués et enterrés en catimini sont allés à la rébellion? Alors, la rébellion s’agrandit. Urahenda abandi. Bicwa abantu nka mwe mwitwengera canke muraba hirya, ejo, Bunyoni na Sebuja barabibazwa canke bibahitane, nos policiers ne sont pas là pour être tués. Nous leur devons un minimum de respect.

      Merci

      J'aime

    • Ariko none ga Antoine-Marie, iyo abantu birukanywe bagatekera utwabo, ubona ushoboye kubihisha? Wewe uyo Pancrase umuhora ko abarwanya kandi atavako! Niwarondera umurundi w’umutima atavugira umuhutu canke umututsi nuyo nyene: Pancarasi! Kandi abagejeje kure ndakubwiye! Ngo il contribué au renforcement de la Haine ethnique au Burundi? Teshwa ute, temba harageze, nayo ivyo Pancarasi akora abarundi bose barabibona! Genda ubwire Willy Nyamitwe uti vyanse!

      J'aime

    • Monsieur Antoine ,ncimpaye nsindamwemera muga ivyo yanditse nta gihuha kirimwo ndabikubwiye kuko ivyo aba polisi bariko barabona muriyo minsi iheze n’ivyabaye ejo cibitoke na centre jeune kamenge barahatikiriye

      J'aime

    • K.Antoine Marie, ce n’est pas de la rumeur car les imbonerakure remplacent les policiers tués dans ce corps de police. Et le fait que la police subit ces pertes, c’est que nous combattons les milices déguisés en policiers. wait and see. Il ne reste que très peu de temps et la victoire, c’est-à-dire la fuite de Nkurunziza, est à nous les patriotes!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s