Scandale au bureau du Sénat : le Président de l’EAC malmené par un membre de la sécurité

https://agencebujanews.files.wordpress.com/2015/10/6af7f-se.jpg?w=344&h=531

Le Dr Richard Sezibera, secrétaire général de la Communauté Est Africaine.

L’incident se passe au bureau du Sénat à Bujumbura ce mercredi. Une audience est prévue où le Président du Sénat Révérien Ndikuriyo doit recevoir dans son cabinet le Ministre ougandais de la défense Crispus Kiyonga. Ce dernier est le chef de la médiation désigné par le Président Yoweri Museveni pour mener le dialogue inter-burundais au mois de juillet, avant que ce dialogue ne soit coupé court par le Gouvernement. La visite de M. Kiyonga s’inscrivait dans le cadre de tenter de relancer ce dialogue pour résoudre la crise politico-sécuritaire au Burundi enclenchée avec le troisième mandat du président Nkurunziza.

Parmi les membres de la délégation du Ministre ougandais figure le Dr Richard Sezibera, secrétaire général de la Communauté Est Africaine qui en principe appui l’envoyé ougandais dans l’équipe de la médiation. De sources concordantes, le Dr Sezibera a été bloqué de manière peu orthodoxe au moment d’entrer au Sénat. Il aurait reçu un coup de coude violent de la part d’un des membres de la sécurité au Sénat et forcé de retourner en dehors du bâtiment.

Cacophonie dans la communication autour de l’incident diplomatique

L’incident filtre rapidement et se retrouve sur la toile. Dès le lendemain matin, le Conseiller Principal du Président de la République Willy Nyamitwe s’empresse d’expliquer sur twitter que « le Dr Sezibera n’a pas été brutalisé. Il n’était ni annoncé ni attendu ». Toutefois, Nyamitwe confirme une chose : « Il a été empêché d’entrer au bureau du Sénat par la sécurité ». Seule la « manière » dont le secrétaire général de l’EAC a été bloqué n’est pas explicitée par le Conseiller du Président Nkurunziza.

Avant lui, le porte-parole du Ministère des Relations Extérieures Daniel Kabuto semble choqué du traitement infligé au secrétaire général de l’EAC : « ceux qui ont brutalisé le Dr Sezibera ont rendu un mauvais service au pouvoir de Bujumbura. Pour des excuses à l’EAC et à l’homme » écrit Kabuto sur twitter. Qui mieux placé que le porte-parole de la Diplomatie pour savoir ce qui s’est passé ce mercredi au sénat ?

L’affaire prend une tournure officielle

Mais l’incident diplomatique prend désormais une ampleur plus importante et officielle. Ce jeudi, le président du Sénat Révérien Ndikuriyo a décidé de protester officiellement contre « la violation des usages diplomatiques au Burundi par le secrétaire général de l’EAC » à travers une lettre adressée au Ministre des Relations extérieures. Le président du Sénat accuse Sezibera d’avoir voulu s’introduire « de force » dans la salle d’audience avec le Ministre ougandais Kiyonga.  Révérien Ndikuriyo demande donc au Ministre burundais d’adresser une « note diplomatique de protestation » au président de l’EAC.

Apparemment, la Communauté de l’Afrique de l’Est a décidé d’en faire autant. Dans un tweet ce jeudi, l’EAC juge « inacceptable » l’agression contre le secrétaire général de l’EAC lors de sa visite officielle au Sénat burundais. L’organisation régionale annonce qu’ « une protestation officielle et diplomatique  été envoyée à Bujumbura ». Ce vendredi, sur son compte facebook, l’EAC estime que « telle action mine les efforts de la Communauté qui accompagne le peuple burundais dans leur recherche d’une solution à la crise en cours ».

Il faut dire que le secrétaire général de l’EAC est dans le collimateur du Gouvernement Nkurunziza depuis quelques mois. La première attaque était venue de la Ministre en charge des affaires de la communauté Est Africaine Léontine Nzeyimana qui avait accusé le Dr Sezibera de bloquer le Burundi et de nuire à ses intérêts au sein de l’EAC. A cette époque, des sous-entendus sur la nationalité Rwandaise du Dr Sezibera avaient aussi été mis en avant, les relations entre Kigali et Bujumbura étant à ce moment déjà tendus depuis le début de la crise au Burundi car Bujumbura accuse son voisin de soutenir les « insurgés » qui déstabilisent le pays.

vendredi, 30 octobre 2015 14:31, http://www.rpa.bi/

Publicités

6 réflexions sur “Scandale au bureau du Sénat : le Président de l’EAC malmené par un membre de la sécurité

  1. Ça fait des mois turiko turapfa EAC ibona Sans réagir!! Reka bamwerekeko naho ataco badufashije turiko turahwera barets’inzoka ntibazikubite. Il faut suivre l’exemple de la CEDEAO . Ni bagire réaction irya nyana y’imbwa itahe i Lahaye. !!!!

    J'aime

  2. Mundos you’re reall right, hakenewe gupfa abantu bangana gute kugira bereke Nkurumbi ko ari hors la lois et qu’il doit d’abaord aller s’asseoir sur les bancs des accusés avant de commencer le redressement du pays par qui que ce soit !

    J'aime

  3. Ce qui a été au Sénat de Bujumbura prouve un manque de respect, une mauvaise éducation, iyo si indero ndundi, c’est inhumain, bibuze ubupfasoni. Binyibukije kera Président Kayibanda w’u Rwanda yirirwaga atongana na Président Micombero w’u Burundi kuri radiyo, abanyagihugu n’abaturage twese twari twarumiwe. None iyo ngeso bayisize mu buzukuru, c’est grave. Hakenewe akanyafu kabagarura ku murongo. Une punition disciplinaire est à appliquer si les excuses ne se font pas annoncer.

    J'aime

  4. Bataye umutwe ! Ntibakimenya ikiturirwa n’icurirwa ! Ubutindi bwarinjiranye Uburundi. Mbega iyi ntwaro irazi aho igeze? Bigenza kuri bose ngo baronke uwubahenura, nk’uwari Budigiye hambere aho ! Muragaba ntibabaceko ngo babahitane. Nawe Sezibera, komera, ntutinye inkungu yigize intamwe.

    J'aime

  5. Je crois que l’EAC a le traitement qu’il mérite. La population burundaise s’est levée pour dire non au coup d’Etat institutionnel, la police-milice de Peter l’a massacrée et l’EAC n’a rien fait.

    Est-ce que vous avez vu le soutien que la CEDEAO a apporté au peuple burkinabé?

    Peter et sa clique ont déjà vu que l’EAC ne vaut rien et ne peut rien. Traiter ainsi son secrétaire général, c’est le lui signifier. Que le secrétaire général soit rwandais ou pas! Il ne représente rien pour Peter et il peut même lui faire subir le même sort que celui infligé à la population burundaise qu’il massacre au su et au vu de l’EAC.

    A l’EAC d’agir ou de dégager et se taire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s