Le génocide annoncé : On va travailler – Révérien Ndikuriyo

Ndikuriyo

NDIKURIYO Reverien, un des grands planificateurs du genocide en cours au Burundi. La FIFA devrait quitter de son silence face à son role au niveau du football burundais. Ici avec l’ancien president de la FIFA, Joseph « Sepp » Blatter.

Fini le temps du langage de haine sibyllin au Burundi; un nouveau cap vient d’être franchi au niveau du langage incitant à la haine et à l’extermination. Il y a eu d’abord le virulent discours du Président du CNDD-FDD lu à la Radiotélévision Nationale, le 3 octobre dernier, par le porte-parole du parti; il y a eu ensuite la charge raciste contre les Belges de ce même porte-parole lors d’une interview récente; voilà maintenant dans la même veine ces paroles hallucinantes du Président  du Sénat de Nkurunziza, Révérien Ndikuriyo. « Un jour on va travailler », dit-il en substance. Lorsqu’on sait que  « Travailler » fut le mot-code du génocide au Rwanda, tout est dit. Ces propos ont été tenus lors d’une réunion sur la sécurité  avec les chefs des quartiers de la municipalité de Bujumbura.

Je vous ai dit qu’il n’existe pas d’Île au Burundi; tu ne peux pas dire « je me cache derrière la fenêtre et les policiers passent et puis je leur lance une grenade » Pensez-vous que quand ils prennent notes  et des images ils ne voient pas comment ces gens procèdent? (…) Croyez-vous que cela n’est pas bien enregistré quelque part? Je vous l’ai bien dit, vous êtes les chefs des Quartiers, allez leur donner le message car vous vous connaissez entre vous,  et si vous ne connaissez pas les personnes que vous dirigez, vous êtes de bons à rien! Allez les avertir donc, pour que demain il n’y ait  pas de regret. Je vous le dis clairement : intimez l’ordre à vos subalternes, dites aux chefs des Groupes de 10 ménages, s’il s’agit des fusils, collectez-les; s’il s’agit des grenades, collectez-les aussi.(…) Je ne sais pas si vous me saisissez bien! Hein!! Allez à Mogadiscio d’abord, et vous saurez ce que c’est que l’Armée Nationale. (…)

Vous devrez rester ici à Bujumbura, vous n’irez pas dans la brousse, et  si vous tentez, nous n’allons pas vous ménager; la brousse est déjà minée, réservée pour autre chose; vous devrez rester dans les maisons. Vous tomberez ici même dans les maisons. On va tout régler ici-même, dans les maisons. (…) Et on ne fait pas dans les sentiments lorsqu’il est temps de passer à l’action! Et je vous l’ai dit clairement. Je l’ai dit même au petit peuple, et il m’aime, les citoyens ne me font jusqu’ici aucun reproche! Si on commence ça sera terminé. Si vous entendez le signal avec une consigne que ça doit se terminer, les émotions et les pleurs n’auront plus de place! C’est comme ça, vous êtes les Chefs des Quartiers, allez parler aux résidents de vos quartiers, si quelqu’un dit « j’accepte de mourir », alors vous direz à ceux qui viendront exécuter la mission : « sur cette partie, il faut pulvériser » (ndlr càd exterminer », ceux-ci sont bien à mourir! Je vous donne l’ordre, allez! Vous êtes les Chefs de Quartiers, et vous avez sous vos ordres les Chefs des Groupes de 10 ménages. Allez donner ce message de manière claire! (…).

J’ai dit quelque chose en passant que c’est même possible d’avoir des opportunités de décrocher encore des parcelles. Oui, c’est possible de décrocher quelques parcelles. Je ne sais pas si vous saisissez bien ce que je veux dire! Si vous voulez vraiment avoir des parcelles, (ndlr « travaillez » et) vous en aurez! Allez transmettre le message, et ne dites plus «  s’ils tirent encore », qu’est-ce que tu vas changer s’ils tirent? Je sais comment la guérilla fonctionne car j’ai fait partie d’une guérilla. (…) Qu’ils sortent des maisons et nous allons nous mesurer avec eux sur les hauteurs, sur les montagnes et dans la brousse.  Rendez-vous à Cibitoke, à Bukinanyana! Je m’y suis rendu deux jours après (ndlr les attaques dites de groupes rebelles), on leur tirait dessus même cachés sous les pierres. (…) Vous avez étés élus, les gens ont confiance en vous, dites-leur la vérité! Ne jouez plus le jeu «  ça ne fait rien, on a lancé une grenade sur un policier » et vous vous mettez à chanter (à célébrer). Et le message que je vous donne est clair. Partez avec ce message et transmettez-le!

Il y a des gens qui induisent les autres en erreur en leur disant, «  allez-y, tout est bien, il n’y a aucun problème, nous allons vous rejoindre »et d’un coup vous voyez 100 personnes tuées en un laps de temps, à Cibitoke, plus d’une centaine ont été tués dans un laps de temps. Dans deux jours seulement, plus de 100 personnes à terre! 70 fusils saisis! Voilà.

Mutakura et Cibitoke c’est quelle superficie? Quelle est la longueur du Quartier Cibitoke? (…) Combien de mètres séparent la 1ère et la dernière Avenue? Allez mesurer! Ne vous comportez pas comme les enfants de la ville! NON! Ne vous comportez pas comme des citadins. Allez mesurer le nombre de mètres (la longueur) entre les différentes Avenues du Quartier Cibitoke! Le Quartier Mutakura a combien d’Avenues? Je vous le dis sincèrement, allez-les les avertir pour qu’ils ne viennent pas à dire « si j’avais su ».

Je vous ai bien dit que nous connaissons Mogadiscio, les militaires sautaient directement des avions au champ de bataille, et avançaient en tirant immédiatement. Et voilà, aujourd’hui Mogadiscio est sécurisé! Que personne ne se trompe donc, en se croyant spécialiste. Parachuter n’est pas un problème. Même si vous alliez dans la forêt de la Kibira, les parachutistes s’y rendront de la même manière (ndlr qu’à Mogadiscio) et seul un de vous survivra et c’est celui qui viendra faire le rapport. Même dans les maisons (ndlr dans les Quartiers) ce sera pareil. (…)S’il est décidé qu’une opération sérieuse doit se faire dans un lieu donné, après avoir été minutieusement préparée, elle devra être parfaitement réalisée. Personne n’ira à Muyinga, personne n’ira à Kirundo. Non! Le tout se résoudra là-bas même (dans les quartiers). Il y a une chose que vous ne comprenez pas encore peut-être, quand il dit (ndlr le Président Nkurunziza avec sa maxime « Qui allumera le feu, celui-ci le consumera chez-lui même!) que celui-là qui osera, tout finira chez lui, c’est pour dire que si vous brûlez des pneus, c’est vous-même qui allez aspirer les fumées suffocantes;  si vous vous mettez à tirer des balles, le tout se terminera chez-vous. Si vous semez du trouble dans les Quartiers, c’est dans vos Quartiers que tout finira et toute tentative sera anéantie là-même! (…) Le jour où l’autorisation pour travailler sera donnée et que la retenue actuelle viendrait à prendre fin, où irez-vous? Si on venait à dire, « désormais, travaillez! », procédez à l’opération kora (travail)! S’il advenait que ce soit à vous que l’on intime l’ordre de passer à l’action, alors que vous continuez à vous flotter et à côtoyer ces « gens-là », dites-mois comment vous pourriez le faire!

Avez-vous jusqu’à présent appris qu’un ordre aurait été donné pour travailler? L’avez-vous appris? Attendez! Le jour où on dira travaillez, vous verrez la différence! Les policiers se cachent actuellement pour se mettre à l’abri des grenades, mais vous allez voir la différence le jour où ils recevront le message pour travailler.  (…) Le jour où ils recevront l’ordre de travailler véritablement au nom du pays et pour la sécurité des Quartiers, ils vont opérer sérieusement! Ce ne sera pas comme maintenant où on essaie d’être indulgent notamment en tirant sur les bras pour que …..huuuummm….Quand ils reçoivent l’ordre de travailler sérieusement, ils travailleront.

On ne leur pas encore ordonné à travailler. Actuellement, on est encore léger (…) Le jour où nous lâcherons les gens et que l’ordre de travailler sera donné, gare à vous! Même cachés en dessous du lit, vous serez délogés. Le Jour où on leur dira « Travaillez! », tant pis pour vous. Je sais que même les policiers ne sont pas contents, ils disent « qu’on nous laisse faire le travail tel que nous l’avons appris, nous sommes lassés de nous faire lancer des grenades par derrière »! Maintenant ils demandent qu’on leur donne l’autorisation de travailler pour mettre en pratique ce qu’ils ont appris et ces histoires prendront fin.

Dans les Missions de maintien de la paix, on refusait aux forces de maintien de la paix de tirer, mais par après, on leur a donné l’ordre de tirer. Au départ, on se faisait tirer dessus et on perdait des hommes, mais par après, on leur a dit « passer à l’action » et c’était fini en zéro secondes. Il suffit de donner l’autorisation de travailler, le feu attire le feu et nous continuons.

Chez nous dans les savanes du Kumoso (ndlr Sud Est du Burundi dans les Provinces de Makamba, Rutana et Ruyigi), quand il y a des feux de brousse, pour l’éteindre et protéger les espaces non encore atteints, nous brûlions une partie non encore atteinte et orientions le feu allumé dans la direction du premier, les deux feux se rencontraient au milieu et c’était leur fin! C’est comme cela que nous faisons dans le Kumoso pendant la saison sèche. On n’éteint pas les feux de brousse avec les feuilles de bananes sèches, ni avec des feuilles des arbres! NON! Si tu amènes des feuilles d’arbres, elles se consument sous tes yeux et il y a même le risque que tu y laisses la vie. Quand tu vois un feu de brousse te surprendre, tu te donnes une distance, tu allumes un second feu, tu l’orientes en direction du premier et ils se rencontrent au milieu. C’est ça.

C’est pourquoi nous rendons souvent visite aux populations. Les populations de l’intérieur du pays sont éveillées. C’est pourquoi elles disent que toute personne qui n’est pas de leur localité doit partir. Nous ne pouvons pas accepter d’être servi un menu dont nous ne savons pas comment il a été préparé, nous ne mangeons pas une nourriture dont nous ignorons le mode de préparation. Mais vous, à cause de la culture et de la mentalité de la ville, vous acceptez tout! Cela pose alors problème.

Vous-a-t-on dit que seuls les militaires ou les policiers font ce qu’on leur demande? On use encore de la douceur! (…) Pensez-vous que le gouvernement acceptera que ses policiers continuent d’être tués alors qu’il pouvait leur autoriser de travailler ! A un moment il dira NON et l’ordre sera donné de terminer la tâche. (…) Quand on donne l’ordre de passer à l’action, les gaz lacrymogènes ne sont plus un outil. Quand on se rend compte qu’il y a nécessité de travailler dans un lieu donné et qu’une décision est prise pour passer à l’action, on ne prend pas le gaz lacrymogène avec soi. Le gaz lacrymogène est utilisé quand les citoyens courent seulement dans la rue pour les empêcher de ……mais quand on dit qu’il y a une mission véritable à réaliser quelque part, quand on doit travailler on travaille.

On commence par identifier le lieu d’exécution du travail. On n’ira pas travailler là où il n’y pas de volume suffisant de travail; on va là où il y a du travail et je sais qu’en pareil cas, tout marche bien et avec succès.

Ensuite, à celui qui a proposé que l’on travaille avec Kamenge et Kinama, ça c’est un point mais je crois que cela n’est pas nécessaire. Vaut-il la peine de dire aux résidents de sortir de ces quartiers? Quel serait finalement votre rôle? Doit-on utiliser des sifflets? N’êtes-vous pas les Chefs de ces Quartiers? Ce n’est pas nécessaire de faire sortir tout le monde du Quartier. Vous ne dirigez pas les objets, vous dirigez des personnes et aucune personne ne doit vivre dans la ville sans être identifiée, étant donné qu’il existe des structures de l’administration jusqu’à la base avec les Chefs des Groupes de 10 ménages. Vous ne devriez même pas attendre qu’il y ait une opération (ndlr l’opération Kora), vous devriez plutôt, de votre propre initiative, dire : « en ce lieu il existe 1,2,3,4,5 éléments qui ne sont pas en ordre » et vous vous enverrez un message par téléphone pour aviser ceux qui sont à épargner et vous appelez la police pour qu’elle passe à l’action et vous y retournez par après. Ne vous-ai-je pas dit qu’il y a même moyen d’être récompensé par des parcelles? Hein…ce n’est pas un jeu…moi je suis comme ça… ne me regardez pas! Je suis habitué à la guerre.

Par hopeforburundi

On va travailler – Révérien Ndikuriyo
(tout le discours)

Je vous ai dit qu’il n’existe pas d’Île au Burundi; tu ne peux pas dire « je me cache derrière la fenêtre et les policiers passent et puis je leur lance une grenade » Pensez-vous que quand ils prennent notes  et des images ils ne voient pas comment ces gens procèdent? Ne voyez-vous pas que même cette maman a bien suivi comment ils font? Croyez-vous que cela n’est pas bien enregistré quelque part?

Je vous l’ai bien dit, vous êtes les chefs des Quartiers, allez leur donner le message car vous vous connaissez avec eux,  si vous ne connaissez pas les personnes que vous dirigez, vous êtes de bons à rien! Allez les avertir, pour que demain il n’y ait  pas de regret. Je vous le dit clairement et sincèrement. Vous êtes les chefs des Quartiers, intimez l’ordre à vos subalternes chez des Groupes de 10 ménages, s’il s’agit des fusils, rassemblez-les/ collectez-les; s’il s’agit des grenades, rassemblez/collectez-les aussi à condition que demain personne ne vienne à regretter. Je ne sais pas si vous me saisissez bien! Hein!! Allez à Mogadiscio d’abord, et vous saurez ce que c’est que l’Armée Nationale. A moins que soyez plus fort que les Al-Shabab, mais je ne pense pas qu’il y ait des gens ici qui soient plus forts que les Al-Shabab dans cette ville (ndlr de Bujumbura)! Allez leur dire, ignorez-vous la situation qui prévalait à Mogadiscio? Oui, Mogadiscio en Somalie! Actuellement les véhicules circulent dans toute la vielle de Mogadiscio, l’aéroport est fonctionnel et le trafic aérien y est normal et régulier; moi-même je compte m’y rendre dans les prochains jours…Et alors, ces nouvelles que l’on me rapporte qu’ils sont plus forts que les Al-Shabab c’est quoi?

Allez les avertir, vous êtes les Chefs des Quartiers et vous avez des Subalternes, les Chefs des Groupes de 10 ménages et il n’y a pas de résidents qu’ils ne connaissent pas! C’est ce que je vous ai dit; vous devrez rester ici à Bujumbura, vous n’irez pas dans la brousse, aller dans la brousse n’est pas chose facile ni un simple jeu, si vous tentez, nous n’allons pas vous ménager; la brousse est déjà réservée pour autre chose; vous devrez rester dans les maisons. S’il y a des peureux, qu’ils quittent la ville pour la campagne, mais on va tout régler ici-même, dans les maisons, et vous me montrerez comment ils sont plus aguerris au combat que les Al-Shabab.

Concertez-vous! Vous devez tenir, la peur et les pleurs n’ont pas de place! On ne se fait pas de sentiments ni d’émotions quand il est temps de passer à l’action! Et je vous l’ai dit clairement. Je l’ai dit même au petit peuple, et il m’aime, les citoyens ne me font jusqu’ici aucun reproche! Si vous entendez le signal avec une consigne que ça doit se terminer, les émotions et les pleurs n’auront plus de place! Que personne ne crie/ne pleure! C’est comme ça, vous êtes les Chefs des Quartiers, allez parler aux résidents de vos quartiers, si quelqu’un dit « j’accepte de mourir », alors vous direz à ceux qui viendront exécuter la mission : « sur cette partie, il faut pulvériser » (ndlr càd exterminer », ceux-ci sont bien à mourir! Je vous donne l’ordre, allez! Vous êtes les Chefs de Quartiers, et vous avez sous vos ordres les Chefs des Groupes de 10 ménages. Allez donner ce message de manière claire! Oui, on se balade maintenant à pied à Mogadiscio, tout le monde circule librement à pied à Mogadiscio, même à la place, les gens vont s’y détendre et nager. Allez alors vous concerter. Et je vous donne l’ordre pour la nième fois. Vous travaillez avec les Chefs de Colline, vous êtes les Chefs de Quartiers, vous collaborez avec les Chefs des Groupes de dix ménages, il n’y a aucun ménage où vous ne pouvez pas faire parvenir ce message.

J’ai dit quelque chose en passant que c’est même possible d’avoir des opportunités de décrocher encore des parcelles. Oui, c’est possible de décrocher quelques parcelles. Je ne sais pas si vous saisissez bien ce que je veux dire! Si vous voulez vraiment avoir des parcelles, (ndlr « travaillez » et) vous en aurez! Allez transmettre le message, et ne dites plus «  s’ils tirent encore », qu’est-ce que tu vas changer s’ils tirent? Je sais comment la guérilla fonctionne car j’ai fait partie d’une guérilla. Dans une guérilla, si les conditions ne sont pas remplies, on te prend en otage ou tu deviens prisonnier. Qu’ils sortent des maisons et nous allons nous mesurer avec eux sur les hauteurs, sur les montagnes et dans la brousse.

Rendez-vous à Cibitoke, à Bukinanyana, je m’y suis rendu deux jours après (ndlr les attaques dites de groupes rebelles), on les tirait même sous les grottes même si tu te cachais comme un poisson se cache en voyant le filet du pêcheur. Je ne sais pas, je ne sais pas…mais vous êtes les chefs….J’avais prévu de me rendre à Kayanza et à Gitega, mais j’ai changé d’avis pour commencer par la Mairie. Et vous serez tenus pour responsables! Vous avez étés élus, les gens ont confiance en vous, dites-leur la vérité! Ne jouez plus le jeu «  ça ne fait rien, on a lancé une grenade sur un policier » et vous vous mettez à chanter (à célébrer). Et le message que je vous donne est clair. Partez avec ce message et transmettez-le!

Il y a des gens qui induisent les autres en erreur en leur disant, «  allez-y, tout est bien, il n’y a aucun problème, nous allons vous rejoindre »et d’un coup vous voyez 100 personnes tuées en un laps de temps, à Cibitoke, plus d’une centaine ont été tué dans un laps de temps. Dans deux jours seulement, plus de 100 personnes à terre! 70 fusils saisis! Voilà.

Mutakura et Cibitoke occupent quelle superficie? Ils ont combien de mètres de longueur pour que vous disiez du n’importe quoi? Quelqu’un vient parmi vous, s’installe et se fait un intouchable avec des fusils et des grenades! Un policier passe, et une grenade lui est lancée!

Allez vous concertez et transmettez ce message. Dans ce pays, les gens peuvent vivre à l’aise s’ils acceptent d’être courtois et respectueux. Quelle est la longueur du Quartier Cibitoke? Combien de mètres séparent la 1ère et la dernière avenue? Allez mesurer! Ne vous comportez pas comme les enfants de la ville! NON! Ne vous comportez pas comme des citadins. Allez mesurer le nombre de mètres (la longueur) entre les différentes Avenue du Quartier Cibitoke! Le Quartier Mutakura a combien d’Avenues? Je vous le dit sincèrement, allez-les les avertir pour qu’ils ne viennent pas à dire « si j’avais su », alors que vous avez ce message à leur transmettre.

Je vous ai bien dit que nous connaissons Mogadiscio, les militaires sautaient directement des avions au champ de bataille, sauter de l’avion et avancer en tirailleur immédiatement une fois au sol en tirant pour s’aménager un espace où s’installer. Et voilà, aujourd’hui Mogadiscio est sécurisé! Que personne ne se trompe donc, en se croyant spécialiste. Ne vous trompez-pas que vous êtes des spécialistes. Je ne sais pas…mais gare à vous!

Parachuter n’est pas un problème. Même si vous alliez dans la forêt de la Kibira, les parachutistes s’y rendront de la même manière (ndlr qu’à Mogadiscio) et seul un de vous survivrait dans la Kibira et c’est celui qui viendra donner rapport. Même dans les maisons (ndlr dans les Quartiers) ce sera pareil. Vous êtes les Chefs des Quartiers et vous venez de recevoir un message clair. Dites à tous les Chefs des Groupes de 10 ménages, que personne ne soit oublié dans la transmission du message. Ne croyez pas que nous ne le savons pas quand vous continuez à garder des fusils et des grenades chez vous dans vos maisons.

Ne vous cachez pas quand le moment d’opérer viendra. S’il est décidé qu’une opération sérieuse doit se faire dans un lieu donné, après avoir été minutieusement préparée, elle devra être parfaitement réalisée. Chez nous à Makamba, personne ne viendra nous perturber, personne n’ira à Muyinga, personne n’ira à Kirundo. Non! Le tout se résoudra là-bas même. Il y a une chose que vous ne comprenez pas peut-être, quand il dit (ndlr le Président Nkurunziza avec sa maxime « Qui allumera le feu, celui-ci le consumera chez-lui même!) que pour quiconque tentera, le tout sera maîtrisé là-même, c’est pour dire que vous brûlez des pneus, c’est vous-même qui allez aspirer les fumées suffocantes, si vous vous mettez à tirer des balles, le tout se terminera chez-vous. Si vous semez du trouble dans les Quartiers, c’est dans vos Quartiers que tout sera anéanti! Moi je suis un Représentant du Peuple mais je sais que ceux-là qui ont gardé silence le jour où l’autorisation pour passer à l’action serait donnée et que la retenue actuelle venait à prendre fin, où irez-vous le jour où cette autorisation pour passer à l’action serait donnée? Si on venait à dire, désormais, passer à l’action et précéder à l’opération! S’il advenait que ce soit à vous que l’on intime l’ordre de passer à l’action, alors que vous continuez à vous flotter et à côtoyer ces « gens-là », dites-mois comment vous pourriez le faire!

Avez-vous jusqu’à présent appris qu’un ordre aurait été donné pour passer à l’action » L’avez-vous appris? Attendez! Un jour le message de passer à l’action sera donné et vous verrez la différence!

Les Commissaires se cachent actuellement pour se mettre à l’abri des grenades, mais vous allez voir la différence le jour où ils recevront le message pour passer à l’action.

Vous êtes les Chefs de Quartiers, et pour les Chefs des Groupes de 10 ménages, aucun manage ne doit être oublié!

Quand vous voyez les policiers aujourd’hui, même quand ils tirent sur des gens, ils prennent la précaution de tirer notamment sur les jambes pour que les victimes ne meurent pas (dans le meilleur des cas) mais le jour où ils recevront l’ordre de passer véritablement à l’action au nom du pays et pour la sécurité des Quartiers, ils vont opérer sérieusement! Ce ne sera pas comme maintenant où on essaie d’être indulgent notamment en tirant sur les bras pour que …..huuuummm….quand ils reçoivent l’ordre de travailler sérieusement, ils y mettent du paquet.

On ne leur pas encore ordonné de passer à l’action. Actuellement, on est encore léger, on fait des simples patrouilles, d’amadouer! Et il arrive que des fois, subitement, des policiers sont surpris et arrêtés et assassinés. Hein!!!! Le jour où vous entendrez que l’autorisation est donnée pour que les gens passent à l’action, vous me direz! Allez alors les avertir. Ceci est un message clair.

Avez-vous déjà entendu que l’autorisation est donnée aux militaires et aux policiers pour qu’ils passent à l’action? En ce moment, on est encore à l’étape des messages tels que « si tu détiens un fusil remets-le et tu ne seras pas poursuivi»! Le jour où on va donner l’autorisation, on travaillera comme en Somalie.

Si vous êtes tenu en otage par ces gens, dites-le et décrivez comment ils sont! Les spécialistes vous diront comment procéder pour se faire libérer. Mais si vous continuez à vous comporter en complice en les cachant soul les lits dans vos maisons, si on les trouve sous vos lits et vous-mêmes sur les lits, même de vous on fera pyu…(ndlr on va vous tuer comme eux et vous partagerez le même sort).

Moi, on a tiré neuf fois au maquis, je sais comment sont les balles. En tout cas, je ne sais pas…..continuez comme vous voulez. J’ai l’impression que beaucoup trouve ce qui se passe comme un jeu, en entant les explosions de grenade, les tirs de mitrailleuses…et on pense qu’avec la police on n’a pas à craindre…Mais je vous le dis, le jour où ils recevront l’ordre de passer à l’action, gare à vous! Je sais que même les policiers ne sont pas contents, ils s’interrogent sur les raisons qui font qu’on leur refuse de travailler et de passer à l’action, oui, ils sont mécontents à cause de ça. Ils disent « qu’on nous laisse faire le travail tel que nous l’avons appris, nous sommes lassés de nous faire lancer des grenades par derrière »! Et quand ils passent quelque part pendant la nuit, on leur lance des grenades. Maintenant ils demandent qu’on leur donne l’autorisation de pratiquer ce qu’ils ont appris et ces histoires prendront fin.

Dans les Missions de maintien de la paix, on refusait aux forces de maintien de la paix de tirer, mais par après, on leur a donné l’ordre de tirer. Au départ, on se faisait tirer dessus et on perdait des hommes, mais par après, on leur a dit « passer à l’action » et c’était fini en zéro secondes. Il suffit de donner l’autorisation de passer au travail assigné, le feu attire le feu et nous continuons.

Chez nous dans les savanes du Kumoso (ndlr Sud Est du Burundi dans les Provinces de Makamba, Rutana et Ruyigi), quand il y a des feux de brousse, pour l’éteindre et protéger les espaces non encore atteints, nous brûlions une partie non encore atteinte et orientions le feu allumé dans la direction du premier, les deux feux se rencontraient au milieu et c’était leur fin! C’est comme cela que nous faisons dans le Kumoso pendant la saison sèche. C’est bien comme ça qu’on maîtrise les feux de brousse de la saison sèche; on allume un autre feu et on l’oriente vers la rencontre avec le premier et leur rencontre est synonyme de la maîtrise du feu. On n’éteint pas les feux de brousse avec les feuilles de bananes sèches, ni avec des feuilles des arbres! NON! Si tu amènes des feuilles d’arbres, elles se consument sous tes yeux et il y a même le risque que tu y laisses la vie. Quand tu vois un feu de brousse te surprendre, tu te donnes une distance, tu allumes un second feu, tu l’oriente en direction du premier et ils se rencontrent au milieu. C’est ça.

C’est pourquoi nous rendons souvent visite aux populations. Les populations de l’intérieur du pays sont éveillées. C’est pourquoi elles disent que toute personne qui n’est pas de leur localité doit partir. Nous ne pouvons pas accepter d’être servi un menu dont nous ne savons pas comment il a été préparé, nous ne mangeons pas une nourriture dont nous ignorons le mode de préparation. Mais vous, à cause de la culture et de la mentalité de la ville, vous acceptez tout! Cela pose alors problème.

Vous-a-t-on dit que seuls les militaires ou les policiers font ce qu’on leur demande? On use encore de la douceur! Mais vous savez tous qu’il n’y a pas de maison qui n’ait pas de Responsable, si du moins vous les avez déjà désignés. Les Chefs des Groupes de 10 ménages ont 10 ménages sous leur responsabilité; transmettez-les le message. C’est tout! Et rien n’est difficile dans tout cela.

Les citoyens ne sont pas dupes, même à Mugongomanga, les citoyens ont vu des gens portant des tenus militaires mais impropres et ils leur ont dit : « apparemment vous n’êtes pas bien habillés, mais si vous êtes des militaires de l’armée burundaise, venez, et nous allons saluer ces policiers ; comme ça vous faites une prise de contact ». Les intrus ont hésité et ont voulu refuser mais la population a insisté. Les citoyens leur ont reproché de marcher comme s’ils n’avaient pas de commandement et ils les ont arrêtés. Et vous les citadins, vous laissez faire pour qu’on lance des grenades aux policiers de derrière pour que vous applaudissiez en retour si un policier est blessé ou tué.

Pensez-vous que le gouvernement acceptera que ses policiers continuent à être tués alors qu’il pouvait leur autoriser de passer à l’action lors des patrouilles! A un moment il dira NON et l’ordre sera donner de terminer la tâche ….! Certains vont jusqu’à penser que les policiers n’ont pas de cartouches dans les chargeurs de leurs fusils ou qu’ils ont seulement des gaz. C’est fini le moment d’utiliser les gaz lacrymogènes. Les gaz lacrymogènes ne sont plus à utiliser maintenant, on utilise les gaz lacrymogènes dans les situations douces quand on veut supplier la population et ne pas être dure envers elle.

Quand on donne l’ordre de passer à l’action, les gaz lacrymogènes ne sont plus un outil. Quand on se rend compte qu’il y a nécessité d’opérer dans un lieu donné et qu’une décision est prise pour passer à l’action, on ne prend pas le gaz lacrymogène avec soi. Le gaz lacrymogène est utilisé quand les citoyens courent seulement dans la rue pour les empêcher de ……mais quand on dit qu’il y a une mission véritable à réaliser quelque part, on passe à l’action et on fait ledit travail.

On commence par identifier le lieu d’exécution de la mission. On n’ira pas travailler là où il n’y pas de volume de travail suffisant; on va là où il y a du travail et je sais qu’en pareil cas, tout marche bien et avec succès.

Ensuite, à celui qui a proposé que l’on fasse comme à Kamenge et Kinama, je crois que cela n’est pas nécessaire. Vaut-il la peine de dire aux résidents de sortir de ces quartiers? Quel serait finalement votre rôle? Doit-on utiliser des sifflets? N’êtes-vous pas les Chefs de ces Quartiers? Ce n’est pas nécessaire de faire sortir tout le monde du Quartier. Vous ne dirigez pas les objets, vous dirigez des personnes et aucune personne ne doit vivre dans la ville sans être identifiée/identifiable, étant donné qu’il existe des structures de l’administration jusqu’à la base avec les Chefs des Groupes de 10 ménages. Vous ne devriez même pas attendre qu’il y ait une opération, vous devriez, de votre propre initiative, dire : « en ce lieu il existe 1,2,3,4,5 éléments qui ne sont pas en ordre » et vous vous enverrez un message par téléphone pour aviser ceux qui sont à épargner et vous appelez la police pour qu’elle passe à l’action et vous y retournez par après. Ne vous-ai-je pas dit qu’il y a même moyen d’être récompensé par des parcelles? Hein…ce n’est pas un jeu…moi je suis comme ça… ne me regardez pas! Je suis habitué à la guerre, des fois on nous pulvérisait sérieusement.

Quelqu’un a dit qu’il se pourrait qu’il y ait une guérilla. Sais-tu que nous avons combattu pendant 10 ans sans être capable de conquérir même une seule commune? Quand nous étions au maquis au CNDD-FDD! Dix ans de combat sans arrêt tous les jours, du matin au soir, mais nous n’avons conquis même une seule commune. Et toi, fais le raisonnement logique. A ton avis, nous avons perdu combien de combattants? Cinquante mille (50.000) de combattants sont morts. S’ils veulent commencer, peut-être qu’ils auraient besoin d’au moins deux-cent mille hommes (200.000), parce que la population n’accepte pas qu’on aille dans leurs champs, si tu es attrapé, tu es fini. De notre temps, c’était la population qui nous soutenait et qui nous approvisionnait en vivres. Qui les nourrirait aujourd’hui? Actuellement, tout le monde scrute le moindre repas (ndlr les gens n’ont plus suffisamment à manger), s’ils voient quelqu’un dans leurs champs, ils courent derrière toi pour t’attraper avec des lances, des chiens de chasse, etc. Ils seraient alors coincés. Pour t’en rendre compte, monte à l’intérieur du pays, et tu verras comment ils les coincent.

Le problème que vous avez, vous restez en ville, il faudrait que vous bougiez un peu. Les citoyens de l’intérieur du pays arrêtent les hommes armés et leur retirent leurs fusils sans se faire du souci. Si tu as un fusil, ils te disent, tire toutes tes cartouches et tu seras obligé de déposer ton arme. Ne prenez pas cela à la légère, pendant dix ans de combat, nous n’avons conquis ni une commune, ni une zone, ni même une colline. Dites-moi une colline que nous aurions conquise pendant la guerre!

Si c’est une lutte politique, tu t’exprimes! Qu’est-ce qui manque maintenant? Vous n’allez pas négocier pour amener un pouvoir de coup d’État ni une Dynastie, étant donné que personne ne naît avec des semences du pouvoir dans sa main. Existe-t-il une personne qui reçoit des semences en étant encore dans le sein maternel, à part les élections?

Il arrive des moments où on s’interroge sur ce que les gens veulent/peuvent revendiquer. S’il y a la pauvreté, il faut travailler et non s’asseoir, tout le monde doit prendre la houe et cultiver la terre ou faire autre chose. Si vous vous attendez à que les choses tombent du ciel, vous n’en aurez jamais, jamais.

Alors pour la personne qui disait qu’il pourrait y avoir une création d’une guérilla ou une rébellion. Pour la créer, il faut au moins préparer deux cent mille hommes (200.000). Dans notre mouvement, nous avons perdu cinquante mille (50.000) combattants dont nous n’avons même pas encore terminé l’identification. Des fois, on demande, « où est tel? » Et la réponse devient, « oh, il est mort sur le champ de bataille ». Cinquante mille! Si tu veux commencer, il te faudrait au moins deux-cent mille hommes(200.000) pour commencer avec un capital humain consistant. A défaut d’avoir un capital humain consistant, ils seraient écrasés comme le maïs dans un moulin. Voilà! Il y a beaucoup d’astuces et les gens aiment jouer avec le feu….Quand on induit les gens en erreur en leur disant « va à Bujumbura à pied, tu y arriveras sans qu’on tire sur toi ».

A Cibitoke, comment pourrais-je y aller à pied alors qu’il y a des pierres dures et très aigües dans les marais (amabuye y’amasare en Kirundi). Si vous êtes au bas de la montagne ou dans le marais et qu’on détache ce genre de pierre du sommet de la montagne, si elle vous trouve là où vous êtes, elle vous écrase. Même si on ne tirait pas sur eux, de la forêt de la Kibira à Bujumbura, au moins mille cinq cent (1.500) y laisseraient la vie à cause des pierres que la population leur lancerait, c’est un endroit difficile. Peux-tu engager une guérilla sans que la population te soutienne? Qui leur approvisionnerait en nourriture? J’avais un cousin qui est mort au maquis, il a mangé un poulet empoisonné et le coq « chantait » à l’intérieur de son ventre jusqu’à ce qu’il meure; il s’appelait Alexis…Si la population n’est pas derrière toi, tu ne fais même pas un pas! Alexis mon cousin, le Commissaire Municipal le connaissait, lui et son équipe ont mangé un poulet envouté et ce coq continuait à chanter dans leurs ventres jusqu’à ce qu’ils meurent… (l’audience rigole…); le Commissaire le connaissait.

Vous comprenez alors que ceux qui pensent que c’est simple à bricoler en une journée…Quand on parle de la sécurité dans le pays,  je leur ai dit que pour les quelques dix Généraux ou une dizaine ou même huit qui sont partis, quand tu ôtes la tenue de Général et que tu traverses la frontière, tu deviens plus civil que tous les civils qui existent. Penses-tu que pourras aller monter des choses pour retourner perturber un pays bien ordonné? Kagame a chassé le Chef d’État-Major jusqu’au soldat 2ème Classe, toute une armée bien entraînée avec des avions de combats et des Blindés et cela vient de faire plus de 20 ans qu’ils ne sont pas parvenus à retourner. Et toi, tu te crois Général et tu prends des avions à destination de Nairobi et tu penses revenir monter des plans ! Tous les avions, les Blindés (ndlr que Kagame a chassés) sont partis mais ne sont pas encore parvenus à retourner (ndlr au Rwanda). Aujourd’hui, les carcasses d’avions restant avec une seule aile rouillée et des pneus troués sont abandonnés en République Démocratique du Congo. Des gens qui se leurrent « Tel est à l’étranger », « tel Général plaidera pour moi »…si tu traverses la frontière sans ordre de mission, c’est terminé.  Je l’ai dit même aux Rwandais, dernièrement nous nous sommes rencontrés, je leur ai dit « si vous bricolez, certains étant chez vous, d’autres je ne sais où, croyez-vous que 10 personnes reviendront au Burundi et parviendront à perturber la paix et la sécurité alors que toute l’armée de Habyalimana a fui devant vous et que cela fait 20 ans qu’ils ne sont pas de retour? » Cette armée (de Habyalimana) est partie avec tous les avions, tout le trésor de la Banque Nationale du Rwanda (..il rigole…).  Une personne bricole et convainc des gens qu’ils vont faire quelque chose! Mon œil! Si le passé n’a pas suffi pour te montrer comment la révolution prend place/se fait, tu peux te retrouver dépassé, avec un raisonnement d’il y a 70 ans, 80 ans et tu continues à croire que les choses resteront comme ça.

J’ai demandé aux Américains, au Représentant du Président Obama au cours d’un échange, je lui ai posé la question suivante : « est-ce possible de faire une Coup d’État aux États-Unis d’Amérique, y a-t-il des Coups d’État en Amérique ou en France? Dès que tu as dit au citoyen que c’est lui qui va élire (ndlr son dirigeant) quand bien même il marcherait pied nu, et que sa voix équivaut à celle d’un Général ou à celle du Président de la République quand ils exercent leur droit de vote, tu ne peux plus l’en ravir.

Publicités

18 réflexions sur “Le génocide annoncé : On va travailler – Révérien Ndikuriyo

  1. Mugihe vyananiranye hiyumvirwa izindi nzira,kandi biragaragara ko iyintambara atari iyacu
    none kubose bavugako bakomeye none vyogenda gute?ahubwo mworeka gukinira kubana babarundi

    J'aime

  2. Pingback: Burundi. On vas tous à travailler. Si prepara il genocidio | NUOVA RESISTENZA antifa'

  3. Au Rwanda, le langage était pareil et les gens n’y ont pas cru, croyant plutôt que c’est impraticable; la communauté internationale a versé des larmes de crocodile après son silence – assimilable à la complicité. Au Burundi c’est plus clair! Surtout avec la précision de Bunyoni: « ne crois pas que c’est la rumeur … »
    Que faire? Que les quartiers contestataires du 3ème mandat fuient? C’est trop tard! Résister? On n’a pas de choix! Crier au secours? Si c’était possible!
    Quoi qu’il en soit, le pire se passe aux yeux de l’humanité. Cette humanité qui n’arrête pas les inhumains à commettre l’inhumain, en est – elle vraiment une?
    La sagesse burundaise dit ceci: « Rurica ntirumarira Imana ». Ils vont tuer mais ceux qui les traineront en justice vont rester. S’ils pouvaient y penser ils s’aviseraient mais je crois qu’ils dépassé cette étape de raisonnement. Malheureusement l’étape viendra après le pire coup, quand les tribunaux les appelleront à la barre pour ne que regretter leurs ignobles actes.
    Si Dieu me protège, je rappellerai aux survivants et aux bourreaux, et si je meurs, souvenez vous de ceci et de moi; on en reparlera devant le JUGE SUPREME !

    J'aime

  4. Moi je ne considère pas comme un président du SENAT puis ils sont même illégitimes. C’est pourquoi bavugishwa. Du reste, ils veulent faire peur à qui. S’ils pensent qu’ils sont forts, pourquoi ils se cachent ou se déplacent avec un contingent de policiers ou militaires armés jusqu’aux dents. Qu’ils se promènent en ville tout seul et toute tranquillité. Qu’ils soient rassurés kubaho kw’inkoko ntiguterwa n’impuhwe z’agaca. A ces mbonerakure qui exécutent les ordres pareils, nobabwira iki: demain vous ne savez pas ce qui vous attend. Soyez sage, cherchez un autre boulot. Non seulement vous serez tranquille, mais aussi vous serez honorés par vos activités. Tuer un confère, un voisin n’est pas un métier. Quand vous payerez ce que vous aurez fait, Ndikuriyo azoba yarihungiye namwe musigare murishura. Rassurez vous, votre plan ne réussira jamais. En plus vous ne serez jamais heureux d’avoir exterminé vous compatriotes.

    J'aime

  5. ewe burundi we….mbega uwo mugabo arazi ico ajejwe mugihugu….le president du senat igikorwa ciwe sico ….mbega aracommanda igisoda canke igipolisi…emwe kutiga biragatsindwa kweli…..uyo ariko agwa muvyo atazi kandi bimuhitane agatwe abari babijejwe bazobimutako kuko sakirimi kibi yatanze umurozi gupfa….ewe reveriyano nta ordre wewe utanga uha aba chefs de quartiers kuko ntubatwara….nagira unkundire ndakwibutse ico ujejwe chef ….wewe uri suppose ko uri hagati y’abanyagihugu na reta…donc CHARGE DU CONTROLE DE L’ETAT…..RERO MUGENZI HARYA KUTIGA BIRAGATSINDWA KANDI GOSE….IVYO URIKO URAKORA BAVYITA CHEVAUCHEMENT DE COMPETENCES….NDABISUBIYEMWO NTUZI ICO UJEJWE.

    J'aime

  6. Un discours tenu par une telle personnalité médiocre ne m’étonne pas, iryo ni iterabwoba. Nous combattrons la tyrannie du pouvoir génocidaire de Bujumbura. Personne, je dis bien personne n’a survecu après avoir fait un génocide. Que ce pauvre Réverien demande à son parrain du Nord Havyarimana, il est mort, les tutsi et hutu modérés ont survecu. les ceuscu en Roumanie, fusillés en pleine rue, Hitler, Mussolini, ils pensaient être le centre du monde. Aujourd’hui le CNDD FDD a un batôn, il sait l’utiliser, ses commandos de la mort nous égorgent comme des moutons, nous accepterons, et après nous verrons qu’ils sont supérieurs à Dieu qui nous protège. Je dis à tous ceux qui lancent un discours de haine, de division, le monde les voit, le monde les connait, le monde les jugera. Je suis pour la paix, pour l’amour, pour la patrie.

    J'aime

  7. Ico kimuga canyoye amaraso y’abarundi cibaza ngo nico Mana. Turazi ko ata kigongwe abo bicanyi ba CNDD-FDD bigeze batugirira. Kubona turiho sibo babishatse kandi n’ubu integuro zabo ntaco zizoshokako. Ko uwo Révérien agenda arabundabunda! Araza aho yavuze ko ari hato azohafuta arabe ko atahana ukwo kuguru gusigaye. Akarimi gusa! Twahora twumva Inkenguza mateka itora amategeko ntitwari tuzi ko yica abo ijejwe. Canke ni uwuyitwara atzi ico ajejwe! Nako yavuze ari mu mutamana w’umugambwe! Nta ngabo agomora uwuzijejwe turamuzi kandi si ikijuju. Turamurindiriye Révérien aha nyene yita ngo ni hato hazomworohera.

    J'aime

  8. qui est ce Néant NDIKURIYO Révérien! Qu’il aille jouer au foot. C’est un vaut ren qui connait rien en matière de politique. Qui lui a dit que les troupes de l’armée Burundaise sont d’accord dans leur sales bésogne! Na bado! Ako kaguru gasigaye tuzogakondora. Q’il aille chier ce vaut rien; voyou et psychopathe. Quel club d’idiots!

    J'aime

  9. Sans scrupule, cet homme annonce qu’un massacre de grande envergure peut commencer à tout moment! Toutes ses paroles ont pour but de générer une peur atroce chez la population mais surtout chez toute personne ou parti politique s’opposant au troisième mandat de Nkuru! Abo bantu bategura kwica abandi bakubahuka kubivuga izuba riva baguma bagwira! Ils se multiplient à une vitesse vertigineuse à la manière des tentacules des créatures venimeuses! Mbe basha boba barakuze ahandi mu mutwe hagasigara? Il y a lieu de penser que ces gens boba barakuze ahandi umutwe ugasigara! Ils se multiplient comme des tentacules des créatures veinimeuses! Comment peut-on oser annoncer un plan aussi maquiavelique à haute et intelligible voix! This guy is evil to the core! Nta kuntu ivyo utegura gukorera abandi vyokubanza! Uribukako UMUTEGO MUTINDI WICA NYENEWO! A bon entendeur salut!

    J'aime

  10. est ce vrai ce discours? nihatari kabisa! seul une chose me fait la joie: Havyarimana yakwegeye bande? heureusement que ce n’est pas question d’ ethnie! uwuzorukarisha ruzomumwa ! ce lui qui a fait un atome du mal le verra! Reverien soit soit homme quand memez!

    J'aime

  11. En lisant cet article, je croyais que c’était une exagération journalistique; mais en écoutant l’élément sonore sur RPA, je n’ai plus de doute. M. Ndikuriyo incite au massacre de masse. Il faut envoyer cet enregistrement doit être transmis au conseil de sécurité, au tribunal international CPI, à l’UA, à UE, etc. Un crime contre l’humanité va se commettre au Burundi. Il faut demander la protection du peuple burundais de toute urgence.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s