Quatre morts suite aux violences armées d’hier

Matakura 05112015La soirée de ce mercredi et la même nuit ont été très longues pour les habitants de Mutakura et Cibitoke. De nouveaux corps de personnes tuées par balles ont été retrouvés ce jeudi, accentuant la peur qui a pris origine avec les discours jugés incendiaires des plus hautes autorités du pays.

D’après des sources dans les quartiers nord de la capitale, un véhicule de la police de protection des institutions API a traversé les quartiers de Cibitoke et Mutakura et les policiers à son bord tiraient un peu partout et même en direction des personnes rencontrées sur leur passage. Arrivés à la 8ème avenue de Mutakura, deux personnes seraient mortes sur place selon toujours nos sources qui indiquent que des grenades ont précédé des tirs nourris à l’arme automatique. Parmi ces deux personnes, la population parle d’un prénommé Astère, connu sous le sobriquet de Gasongo qui est la deuxième personne fusillée à la 8ème avenue Mutakura près de sa boutique sous prétexte qu’il n’a pas montré aux agents de la police où se cacheraient les malfaiteurs.

Une troisième victime a été abattue à la 12ème avenue. Les versions sur ce dernier cas divergent. La victime est un homme qui se trouvait à bord d’une voiture de marque Toyota modèle Probox.  Il travaillait à l’assurance Jubilee et  a été dépouillé de tout son argent. D’après nos sources à Mutakura, lorsque cet homme leur a signifié que l’argent ne lui appartenait pas, les agents de la police présents sur les lieux lui auraient intimé l’ordre de sortir de ce véhicule. « Ils  l’ont tué, auraient tenté de lui arracher son coeur et ont brulé son véhicule » poursuivent nos sources.

La police pour sa part indique que des insurgés ont attaqué une position de la police à la 8ème avenue de Mutakura. « La police a répliqué à l’attaque et abattu deux insurgés. Ce sont ces mêmes gens qui ont tué le conducteur du probox et lui ont arraché le cœur » déclare Pierre Nkurikiye porte-parole de la Police. Cette pratique macabre d’arracher le cœur d’une personne après l’avoir abattue n’est pas nouvelle. Un habitant de Cibitoke, handicapé physique, a été victime de cette pratique il y a quelques semaines. Mais là, les habitants de Cibitoke avaient été formels sur le fait que des policiers étaient responsables de ce massacre qui avait fait sept autres victimes.

Le corps d’une quatrième personne a été retrouvé décapité ce matin à Buterere non loin de Kinyankonge et reste non identifié.

Pris de peur panique, certaines personnes de Mutakura ont fui le quartier dès ce jeudi matin. Avec quelques effets sur la tête, les uns se dirigeaient vers d’autres quartiers jugés plus sécurisés, d’autres carrément en dehors de Bujumbura. Des navettes de véhicules de transport appelés transville contenant des meubles étaient visibles tout le long de la route quittant Mutakura.

La plupart des personnes tuées la nuit dernière sont des jeunes hommes résidents des quartiers dits contestataires du troisième mandat de Pierre NKURUNZIZA, dont Mutakura. Les habitants appréhendent la journée du 8 novembre que le Président Nkurunziza a donné comme date limite pour que les forces de sécurité « usent de tous les moyens pour désarmer la population civile ».

La crise socio-politique qui dure depuis avril 2015 suite aux contestations du troisième mandat a fait près de 200 personnes tuées et de nombreux disparus ainsi que plus de 160.000 réfugiés dans les pays de la sous-région. Les exactions sont imputées aux membres des services de sécurité de l’Etat et à des jeunes du parti au pouvoir CNDD-FDD.

jeudi, 05 novembre 2015 20:05, http://www.rpa.bi

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s