« Comment des dirigeants peuvent-ils s’autoriser à massacrer leur population ? » dixit KAGAME

https://i1.wp.com/www.levif.be/medias/4892/2505171.jpg

Paul Kagamé © Reuters

Le président rwandais Paul Kagame s’est inquiété de la situation au Burundi voisin, englué depuis six mois dans une grave crise politique, accusant ses dirigeants de « massacrer » du « matin au soir » leur population, dans un discours prononcé vendredi dont l’AFP a eu connaissance dimanche.

« Les gens meurent tous les jours, les cadavres jonchent les rues ( ) Comment des dirigeants peuvent-ils s’autoriser à massacrer leur population du matin au soir ? », a déclaré M. Kagame lors de ce discours prononcé à l’occasion d’un dîner de remise de prix de l’Unity Club à Kigali.

M. Kagame s’exprimait 24h avant l’expiration de l’ultimatum lancé par le président burundais Pierre Nkurunziza à ses opposants pour qu’ils déposent les armes, et alors que les relations entre les deux pays voisins sont au plus bas.

Bujumbura accuse Kigali de soutenir ses opposants, voire de servir de base arrière à une rébellion naissante.

Le Rwanda s’inquiète du retour depuis plusieurs mois d’une possible présence de rebelles hutu des FDLR au Burundi, dont certains membres sont accusés d’avoir activement pris part au génocide au Rwanda en 1994 et d’éventuels massacres ethniques à grande échelle chez son voisin.

Les violences au Burundi inquiètent fortement la communauté internationale – dont Washington et l’ONU – qui redoute des violences ethniques à grande échelle, provoquées par les propos « incendiaires » du camp du président Pierre Nkurunziza, désireux de mettre fin à la contestation agitant son pays.

En outre, le président rwandais a estimé que la situation au Burundi « rappelle un peu celle qui a prévalu ici » au Rwanda en 1994 lors du génocide, qui en à peine 100 jours à partir d’avril 1994 a fait environ 800.000 morts essentiellement parmi la minorité tutsi.

« Ils (les Burundais) auraient dû tirer les leçons de ce qui s’est passé ici, » a-t-il déclaré. Il a également vivement critiqué son homologue burundais, Pierre Nkurunziza qui selon lui « s’enferme » et « se cache ».

« Personne ne peut l’atteindre pour lui parler, comment peut-il prétendre diriger le pays ? », a-t-il critiqué. « Les dirigeants du Burundi se targuent d’être des hommes de Dieu, certains sont même pasteurs », a poursuivi M. Kagame. Le président burundais est pasteur évangéliste convaincu d’être au pouvoir de par la « volonté divine ».

« Mais en quel Dieu croient-ils? ( ) Y-a-t il un endroit dans la Bible où les dirigeants sont appelés à massacrer leur peuple? », a ajouté le président rwandais.

Paul Kagame faisait allusion aux accusations d’ingérence pesant sur le Rwanda et renvoyé le Burundi à ses propres problèmes : « Ce sont les Burundais eux mêmes qui sont responsables de leur situation », évoquant « ces mauvais dirigeants qui font du mal à leur peuple ».

AFP, 08/11/15 à 12:54, http://www.levif.be/actualite/international

Publicités

7 réflexions sur “« Comment des dirigeants peuvent-ils s’autoriser à massacrer leur population ? » dixit KAGAME

  1. Il faut président Rebelle Peter se réfère au serviteur de Dieu Esther qui a bien dit à partir de Lahaye que Peter a fait un Pact Satanique pour verser le sang des Burundais mais que lui même et toute sa famille ne seront pas épargnés(Bujumbura.be juillet 2014). Et la Bible précise vous m’honorer par votre bouche mais votre Cœur est loin de moi », Peter en est l’exemple qu’il ne retourne pas devant le peuple et dire qu’il prie Dieu comme l’a bien dit Président Kagame ci-haut;(le dieu qu’il c’est Satan pcq ces adeptes l’appelle dieu. Si non comme l’a si bien dit Monseigneur Bududira Lors de la tuerie des Séminairistes de Buta Président Peter est un monstre qui marche comme des humains;(abishe abana b’i Buta n’ibikoko bigenda nk’Abantu).On ne peut pas le présenter mieux que Kiramvu.
    Iminsi y’umwicanyi ni nk’inkiyigisuma Imana izomudukurako kuko Bible ivuga ngo « A moi la vengeance et la rétribution  » dit le seigneur .
    Amen

    J'aime

  2. Dans la vie il y a ce qu’on pense, ce qu’on dit et ce qu’on fait. Quelquefois pour certains politiciens burundais, les pensées sont diamétralement opposées aux paroles ou aux actions ou vice-versa.
    Pour ceux qui prient, je leur dis qu’il ne suffit pas de prier mais IL FAUT AUSSI VIVRE LA PRIÉRE. En effet, quand on va prier on émet des pensées positives, quelquefois malheureusement on fait des actions négatives.

    J'aime

  3. Le président de la Roumanie vient de quiter le pouvoir tout en disant ceci « Je peux mener tout combat politque qui peut exister mais je ne peux jamais mener un combat contre mon peuple »
    Bravo quand même à ce Mr qui comprend qu’il ne peut pas gagner un combat contre son peuple!

    J'aime

  4. Izo nkugusi! Reka bazibwire! Le president Kagame a dit Haut ce que d’autres leaders du monde pensent! Un pouvoir qui tue du matin au soir, un pouvoir qui terrorise le peuple ouvertement, un pouvoir qui divise son peuple? Ce pouvoir doit quitter!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s