Il n’y a pas de différence entre ASSAD et NKURUNZIZA

DES RÉSOLUTIONS DÉSÉQUILIBRÉES ET INÉQUITABLES
PEUVENT-ELLES SAUVER LE BURUNDI ?

2015-11-20_16.37.29Depuis l’annonce de la candidature de M. Pierre NKURUNZIZA, le 25 avril 2015, à la tête du pays, le peuple burundais n’a cessé de lancer des cris d’alarme pour alerter le monde entier sur les dangers qui guettent le Burundi. Il vrai que plusieurs membres de la Communauté Nationale et Internationale ont invité M. NKURUNZIZA à respecter la Constitution et l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi mais ces conseils sont tombés dans une sourde oreille ignorant sciemment que ce sont ces deux textes fondamentaux qui ont permis au Burundi de retrouver la paix, la réconciliation et le progrès. S’en est suivi une parodie d’élections présidentielles après avoir refusé sans motif valable de poursuivre l’action de médiation conduite par Crispus KIYONGA, Ministre ougandais de la Défense  et Représentant du Président ougandais, Yoweri Kaguta MUSEVENI, Médiateur désigné par la Communauté Est-Africaine (C.E.A.).

Voilà que six mois après, la Communauté nationale et internationale est vivement préoccupée par l’aggravation de la situation sécuritaire qui prend des proportions qui confirment, hélas, les massacres ciblés des tutsi et des hutu qui contestent le 3ème mandat à Pierre NKURUNZIZA. Des discours incitant à la haine ethnique, à des massacres et à toute autre forme de violence contre toute voix discordante à celle du pouvoir sont vulgarisés dans tous les coins du pays, au vu et au su de tout le monde.

Que fait la Communauté Est-Africaine pour sauver le Burundi de cette catastrophe ? Ayons la témérité d’affirmer haut et fort que certains leaders africains n’ont pas le courage de s’afficher publiquement d’autant plus qu’ils ont des intérêts à défendre dans certaines entreprises privées burundaises ! D’autres non plus hésitent à manifester leur position parce qu’ils partagent les mêmes ambitions politiciennes avec NKURUNZIZA. Enfin, le dernier groupe préconise de couper la poire en deux : un partage équitable de la période de transition (2 ½ ans à NKURUNZIZA et 2 ½ ans à l’Opposition). Aux uns et autres, la réponse est claire. La transition au Burundi se fera sans NKURUNZIZA, qu’elles qu’en soient les conditions.

En effet, la Communauté Internationale et plus précisément les Nations Unies, l’Union Européenne et l’Union Africaine ont adopté des résolutions qui soulignent leur préoccupation quant à l’aggravation de l’insécurité et recommandent, de ce fait, d’imposer des sanctions ciblées, notamment l’interdiction de voyager et le gel des avoirs à l’encontre des parties prenantes burundaises qui, par leurs actes ou leurs propos concourent à perpétrer la violence et entravent la paix. Cependant, nous observons une nonchalance notoire dans la mise en application de ces menaces ou sanctions ciblées qui fait que les présumés coupables poursuivent leurs machinations perverses dans l’impunité totale.

Il serait donc aberrant que les burundais acceptent d’être assassinés, tués ou enterrés vivant parce que des organisations telles que l’O.N.U, l’U.E et l’U.A. leur interdisent de recourir à la rébellion armée pour résoudre la crise actuelle pour se protéger ou protéger les leurs. Alors que la France utilise des RAFALE et des MIRAGE (avions de chasse) pour combattre le Pouvoir de Bachir Al-ASSAD et l’Organisation de l’Etat Islamique; l’Arabie-Saoudite pour sa part, utilise des avions F16 américains pour ramener le Président yéménite au pouvoir.

Mais, le peuple burundais, lui, doit donner sa tête pour l’offrir en sacrifice à une divinité satanique du 3ème mandat. D’une part, la disposition n°7 du Communiqué de la 551ème réunion du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine du 17 octobre 2015 exprime des sentiments quelque peu perfides. D’autre part, elle dégage en même temps un sentiment de refus à atteindre un quelconque réalisme, des réalités évidentes. Entre-temps, le peuple burundais est aujourd’hui à bout de souffle. Et, s’il ne se ressaisit pas rapidement pour se protéger, lui et les siens, une partie de sa population risque de disparaître définitivement de ce monde.

Par conséquent, la République du Burundi, tout comme la République française, n’acceptera en aucun cas de négocier avec son bourreau, le sanguinaire NKURUNZIZA qui est au centre de la crise politico-sécuritaire que connaît actuellement le Burundi. Comme l’a bel et bien répété le Président François HOLLANDE « je ne négocierai jamais avec le Président ASSAD qui est au cœur du conflit syrien ». La Communauté Internationale doit savoir qu’il n’y a pas de différence entre ASSAD et NKURUNZIZA comme il n’y a pas de différence entre le sang qui coule dans les veines des syriens et celles des burundais.

Certes, le peuple burundais est disposé à apporter son entière coopération aux observateurs des droits de l’homme et aux experts militaires pour la mise en œuvre effective de leurs mandats respectifs mais pas à n’importe quel prix. Cela dit, l’O.N.U., l’U.E. et l’U.A devraient savoir que les burundais sont et restent un peuple respectueux de la loi et qu’ils sont prêts à en mourir. Donc, face aux ravages que M. NKURUNZIZA justifie faussement par des actes de légitime défense, il arrivera un jour où ce peuple lui imposera des décisions énergiques à la hauteur des exactions inhumaines dont il est aujourd’hui victime.

A bon entendeur, salut.

HENGEKA Richard, rédaction BUJUMBURA News

Advertisements

2 réflexions sur “Il n’y a pas de différence entre ASSAD et NKURUNZIZA

    • Cette comparaison ne me semble pas pertinente, les deux cas n’étant comparables en aucun point.
      Par manque d’érudition en géopolitique, cette analyse est très simpliste. Au demeurant les deux personnalités sont n’ont rien en commun et les crises qui secouent les deux pays n’ont pas les mêmes causes ni origines.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s