CNARED à NKURUNZIZA : Ôte-toi pour que je m’y mette

https://i1.wp.com/www.telesurtv.net/__export/1433168325776/sites/telesur/img/news/2015/06/01/afp-regional-summit-urges-burundi-election-delay-halt-to-violence_crop1433167894746.jpg_1718483346.jpgLa population burundaise suit avec une attention particulière les nombreuses activités politico-diplomatiques de grande envergure sur le Burundi. En effet, de nombreux appels et conseils ont été donnés par les partenaires et amis du Burundi aux dirigeants illégaux et illégitimes du Burundi pour mettre un terme à la crise politique qui secoue le pays depuis le 25 avril 2015 ; les unes ont été acceptées, d’autres ne le sont pas encore.

Au-delà des dérives dictatoriales, le Pouvoir NKURUNZIZA n’hésite pas à réagir brutalement en utilisant parfois des propos discourtois voire une rhétorique de haine politico-ethnique qui menace la paix, la sécurité et la stabilité et qui constitue en même temps une violation grave des droits de l’homme comme nous l’avons constaté récemment à travers les déclarations de Pascal NYABENDA, Président de l’Assemblée Nationale illégitime, Révérien NDIKURIYO, Président du Sénat illégitime et Gélase NDABIRABE, Porte-Parole de la clique au pouvoir issue du parti CNDD-FDD.

Aujourd’hui, la Communauté Internationale s’est levée comme un seul homme pour dénoncer cette vague de meurtres que nous observons ici et là, principalement en Mairie de Bujumbura. C’est d’ailleurs dans cette perspective que le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine a réaffirmé sa détermination à assurer pleinement les responsabilités qui sont les siennes et ce, en collaboration avec la Communauté Est-Africaine (CEA), la Conférence Internationale de la Région des Grands-Lacs (CIRGL) et d’autres acteurs internationaux concernés.

Il en va de même pour le Conseil de Sécurité des Nations Unies qui propose la présence onusienne au Burundi pour apaiser les violences, hâter la tenue d’un dialogue inclusif. Il a également déclaré son intention d’envisager des mesures supplémentaires à l’encontre de tous les acteurs burundais qui, par leurs actes et leurs propos, concourent à perpétuer la violence et entraver la recherche d’une solution pacifique.

D’autre part, alors que le Burundi se réfugie derrière l’article 8 de l’Accord de Cotonou pour échapper à l’invitation de l’Union Européenne à participer à des consultations conformément à l’article 96 dudit Accord, l’U.E. vient de rappeler au Gouvernement de facto de Bujumbura que l’ouverture des consultations sur le fondement de l’article 96 reste pleinement justifiée et que cette évaluation constitue une occasion d’échanges substantiels avec la volonté d’aboutir à un accord qui permettrait la poursuite du partenariat pour le bénéfice de la population burundaise. Après moult tergiversations, le Gouvernement burundais vient finalement de confirmer sa participation à ces consultations.

Quant à la Chine et la Russie, point n’est besoin de rappeler que ces deux pays ont  finalement décidé de lâcher Pierre Nkurunziza en l’exhortant à dialoguer pour arrêter le bain de sang qui coule au Burundi. C’est dans ce cadre que la Chine a dépêché le Représentant Spécial pour les Affaires Africaines, l’Ambassadeur ZHONG Jianhua, dans différents pays africains et au siège de l’Union Africaine pour échanger avec les dirigeants africains et de l’UA sur les voies et moyens d’accélérer la recherche d’une solution durable à cette crise à travers un dialogue inclusif sous la médiation du Président ougandais, S.E. Yoweri Kaguta MUSEVENI.

Il est donc indéniable d’affirmer que les efforts consentis par la Communauté Internationale ont largement contribué à contraindre le Pouvoir NKURUNZIZA à accepter finalement de s’asseoir autour d’une table de négociations dans un pays étranger et de manifester dorénavant plus de retenue dans son langage et surtout dans ses propos combien acerbes et souvent mal placés.

  • CACOPHONIE ACRIMONIEUSE AU SEIN DES INSTANCES DIRIGEANTES DU CNARED

Alors que la Communauté Internationale s’attèle inlassablement à ramener Pierre NKURUNZIZA à la raison, les formations politiques et les Associations de la Société Civile burundaise s’investissent beaucoup plus dans les contacts et sollicitations auprès des partenaires occidentaux en vue de décrocher des postes juteux dans l’éventualité de la mise en place d’un gouvernement de transition auquel aspire, hélas, la majorité des membres dirigeants du CNARED.

  • L’INSUBORDINATION : MODE DE GOUVERNANCE AU CNARED

Rien ne va plus entre le Président du CNARED et ses proches collaborateurs, que ce soit au niveau du Bureau ou au niveau des Commissions. Tenez. En date du 23 novembre 2015, le Président du CNARED, l’Hon. NYANGOMA publie un communiqué par lequel il affirme haut et fort l’adhésion et l’engagement du CNARED pour des négociations globales et inclusives comme la voie la meilleure et la plus efficace pour trouver une solution urgente à la crise burundaise. Le même jour, le CNARED via son Commissaire en charge de l’Information et la Communication, Jérémie MINANI publie un autre Communiqué qui appelle les burundais à prendre les armes contre NKURUNZIZA. Que faudrait-il retenir de ces deux communiqués dont le contenu implique non seulement la contradiction mais qui confirme aussi l’incapacité et l’irresponsabilité des dirigeants du CNARED ; ces derniers n’ont pas mesuré le degré du danger auquel ils exposent la population burundaise en lançant un tel message.

Quel commentaire pourrait-on faire sur le comportement de ces dirigeants du CNARED ?

  • NYANGOMA Léonard

Le Parti CNDD de NYANGOMA n’existe que de nom. Il a perdu non seulement le charisme et la rigueur qui le caractérisaient à l’époque de NDADAYE mais aussi tous ses membres au lendemain de son limogeage du Mouvement CNDD devenu CNDD-FDD en 1997. Aujourd’hui ce n’est qu’une coquille vide qu’il gère comme un patrimoine familial. C’est pour cette raison  qu’il se laisse manipuler facilement par les personnages avides de pouvoir.

  • MINANI Jérémi

Il s’agit d’un personnage peu connu dans les milieux public, politique et des affaires burundais. Il en est de même sur le terrain. C’est un aventurier politique qui cherche une place au soleil. Jérémie MINANI a du mal à se faire un nom dans l’arène politique burundaise. Alors, à cor et à cri, il appelle les burundais à prendre les armes contre NKURUNZIZA sachant bel et bien que le monstre de dictateur est prêt à broyer impitoyablement tous ceux qui se lèvent contre lui. Quel laxisme intellectuel inconscient et criminel de la part de ce responsable du CNARED !

  • LA PLACE ET LE ROLE DES FRONDEURS DANS LA GESTION DU CNARED

Il n’y a pas de différence entre les frondeurs burkinabé et ceux du Burundi. Les uns et les autres faisaient partie du troupeau servile de NKURUNZIZA et de COMPAORE. Au Burundi particulièrement, rien ne se faisait sans eux, spécialement en ce qui concerne les dossiers en rapport avec des lois liberticides, les dossiers de corruption, les assassinats extrajudiciaires, l’exploitation du Nickel, l’exploitation anarchique des minerais, l’exploration des gisements du pétrole, etc.

Aujourd’hui, les frondeurs burundais voudraient se faire passer pour des saints aux yeux des burundais et jeter toute la responsabilité à NKURUNZIZA seul. Ils devraient plutôt reconnaître tous les torts qu’ils ont faits ensemble au peuple et en assumer cette responsabilité partagée. Malgré ces crimes, ils se sont arrangés pour faire partie du Bureau et des Commissions du CNARED et, aujourd’hui, ils s’activent inlassablement dans leurs magouilles pour faire partie de la délégation qui devra participer aux négociations de paix !!! Serait-ce donc cela le fameux « dialogue » gazouillé par l’irrespectueux soldat de Pierre NKURUNZIZA, Willy NYAMITWE ?

CONCLUSION

Le CNARED est loin d’être le Conseil dans lequel les burundais avaient placé leur confiance et leur espoir pour juguler la dictature et l’injustice au Burundi. Après quatre mois d’activités, tout le monde est conscient que cette organisation présente un bilan totalement négatif pour des raisons évoquées ci-avant.

Rien ne sert donc de multiplier des déclarations et des discours mielleux mais plutôt de s’organiser pour faire face vaillamment à ce dictateur qui a vidé les caisses de l’Etat pour armer les IMBONERAKURE et les INTERAHAMWE en vue de pérenniser son pouvoir illégal et illégitime.

Le CNARED a déjà fait preuve d’incapacité pour mettre un terme à ce pouvoir qui est déjà essoufflé et isolé par tous les partenaires et amis du Burundi. Nous invitons le CNARED à saluer chaleureusement la témérité des burundais qui se sont engagés corps et âme à combattre ce pouvoir tyrannique jusqu’à le déboulonner sans tarder et restaurer la paix, la sécurité et la stabilité au Burundi.  La franche collaboration du CNARED avec ces patriotes burundais serait le seul salut pour ledit Conseil et pour la Nation burundaise.

HENGEKA Richard, BUJUMBURA News

Advertisements

8 réflexions sur “CNARED à NKURUNZIZA : Ôte-toi pour que je m’y mette

  1. Je commence à douter des visées de cette mise à nue de la conversation entre Jeremie et Ciramunda.
    Pourquoi Hengeka entre en jeu. Est ce pour sauver le peuple burundais? Ou bien est ce la main de Nkurunziza qui est derrière tout cela? Ici le doute cartésien doit s’imposer? C’est peut être ce qui a manqué à Jérémie si non s’il savait que cela allait se terminer dans la rue, il n’aurait pas été aussi franch envers son interlocuteur.
    Si non j’ose espérer que ni Jérémie, ni Ciramunda, personne d’entre eux, n’est enchanté de voir des cadavres des victimes de la tyrannie de Nkurunziza s’exposer dans la rue, des jeunes gens castrés pour avoir manifesté contre la 3è candidature de Nkurunziza.
    La maldresse en Communication de l’un ou la précipitation de jéter le tort à l’autre, encore moins le souci de se montrer correct et professionell face à l’autre, ne devraient jamais primer au dessus de la détermination du peuple burundais pour se défaire du cancer cndd-fdd.

    J'aime

    • Je suis d’avis avec vous car on ne sait plus pour qui Ciramunda et Hengeka triment! Mais en fait on peut le deviner! Pourquoi s’efforcent-ils (Hengeka et Ciramunda) à discréditer le CNARED? Il y a quelque chose là!! Pour les intérêts de qui? On finira par le savoir! En parlant des autres, ils oublient qu’ils parlent plus d’eux-mêmes ou de ceux qu’ils veulent mettre à la place du CNARED! Les Burundais n’ont pas besoin de ces bavardages futiles et ennuyants! Ils ont besoin de la paix, et la paix qui dure!

      J'aime

  2. Hummmm! Mr Hengeka est vraiment l’incarnation de son nom! « Arazi guhengeka et surtout guhengekera iyo ashatse »! Qui sont ces compatrites burundais auxquels tu fais allusion! Dans un contexte socio-politique burundais que nous connaissons tous, il est quand même reconnaître une chose: tout le monde a échoué a tenir tête à Nkurunziza! Ni ceux qui étaient sur place à Bujumbura (les manifestants, les comploteurs du coup d’Etat du 13 mai) ni ceux qui sont à l’extérieur n’y ont pas réussi! Alors, il serait plus sage et juste de la part de Mr Hengeka de ne blâmer personne! Je trouve cela inadéquat! N’ y aurait-il pas du non dit dans son acharnement contre le CNARED! Je rappelle que ce n’est pas la première fois qu’il fait référence au CNARED pour seulement ne relever que ses faiblesses! Pourquoi ne pas aussi reconnaître ses apports positifs! Est-ce que Mr Hengeka peut affirmer aux yeux du monde que le CNARED n’a pas contribué à influencer la communauté internationale pour sa prise de position actuelle! Pensez-y!
    Quant à épingler les frondeurs du CNDD les comparant à de Comparore au Burkina Faso, je suis d’accord avec son analyse. On ne peut pas leur faire confiance car ils ont été complice de Nkurunziza. Mais par contre, je me pose toujours la question de savoir où sont passés toute la classe politique d’avant 2005 à savoir les complices de Bagaza et de Buyoya car eux aussi ils ont des comptes à rendre au peuple burundais! A en croire Mr Hengeka, c’est comme si seuls les complices de Nkurunziza ont fait souffrir le peuple burundais! Que cette CVR soit mise en place en bonne et due forme (je ne crois pas beaucoup en l’efficacité de celle que nous avons aujourd’hui), et qu’elle commence à travailler comme il se doit! On saura tout et on se rappellera que les traîtres du peuple burundais sont en fait plus nombreux que Nkurunziza et ses complices! Et il faudra que tous, sans exception aucune, se présente devant le peuple pour s’expliquer et payer de leurs actes! Je souhaite un bon week-end à tous!

    J'aime

  3. Pourtant, ce Richard est déjà connu comme un type qui veut renforcer le soi-disant pouvoir en place à lire avec belle analyse ces propos,ça ne diffère guère avec les propos de Thierry et tant d’autres qui ont opté de dénigrer l’opposition en vue de couper souffle aux membres pro-opposition. Ba nsumirinda twarabahinyuye, nimwashaka muzoreke gupubliya kuko twarabahinyuye.

    J'aime

  4. Selon il faudrait considérer les frondeurs comme un groupe à part qui a eu ses propres problèmes avec son propre parti. Pour cela, ils pourront chercher, éventuellement avec l’appui de leurs sages, chercher à éliminer les causes de leurs malheurs. En aucune façon, ils ne peuvent représenter l’opposition. Si le CNARED doit leur donner la place, elle ne devrai pas être chose plus que celle d’observateur/trice.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s