Le médiateur de l’Union africaine au Burundi interdit de visite à Bujumbura

https://i2.wp.com/ds2.ds.static.rtbf.be/article/image/770x433/1/1/0/4f3006e059abd72e9fc4f5445a63f29d-1449581329.jpg

« Le chef de l’Etat burundais n’était pas disponible pour le recevoir » le président béninois Thomas Boni Yayi, désigné médiateur de l’Union africaine (UA) dans la crise au Burundi. – © AHMED OUOBA – AFP

Le président béninois Thomas Boni Yayi, désigné médiateur de l’Union africaine (UA) dans la crise au Burundi, n’a pas pu se poser lundi à Bujumbura pour rencontrer son homologue Pierre Nkurunziza, rapportent mardi plusieurs médias internationaux. « Le chef de l’Etat burundais n’était pas disponible pour le recevoir. Les autorisations de survol du territoire burundais et d’atterrissage au Burundi ont été annulées« , ont indiqué Radio France Internationale (RFI) et l’hebdomadaire ‘Jeune Afrique’, citant l’entourage du président béninois.

La partie burundaise aurait évoqué un problème d’agenda du président Nkurunziza. Les autorités de Bujumbura avaient pourtant validé le principe d’une rencontre entre les deux présidents à Bujumbura, selon RFI.

Les autorités burundaises n’étaient pas au courant

La mission du président Boni Yayi a été imaginée en marge du sommet Chine-Afrique qui s’est déroulé la semaine dernière à Johannesburg, en Afrique du sud. La présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, lui avait demandé de se rendre au Burundi « dès que possible » pour aider à sortir le pays de la crise qu’il traverse depuis la contestation du troisième mandat de M. Nkurunziza.

« Les autorités burundaises affirment qu’elles n’ont pas été « associées » à la démarche. « La coopération bilatérale ou multilatérale a des règles : il n’y a pas eu de ‘note verbale’, sollicitant une visite de travail du président béninois au Burundi », a affirmé le conseiller à la communication du président burundais, Willy Nyamitwe, à ‘Jeune Afrique’.

Selon lui, l’aéroport de Bujumbura n’a reçu qu’une demande sollicitant une « escale technique » dimanche pour l’avion de M. Boni Yayi.

Le Burundi est plongé dans une crise politique majeure depuis l’annonce fin avril de la candidature de M. Nkurunziza à un troisième mandat, jugé contraire à la constitution par l’opposition. Les violences liées à la crise ont déjà fait plus de 240 morts, selon l’ONU.

Belga, 8.12.2015 à 14h30, http://www.rtbf.be/info/monde/afrique

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s