Clin d’œil à l’opposition burundaise: SINDI UMUJA ou SINKIRI UMUJA ?

CLIN D’OEIL A L’OPPOSITION BURUNDAISE (i):
SINDI UMUJA OU SINKIRI UMUJA ?

https://i2.wp.com/www.isanganiro.org/IMG/arton10038.jpgSindumuja. Un terme qui entre progressivement dans le lexique politique burundais. Lancé par un prélat bien connu pour divers rôles qu’il a joués dans la vie politique nationale, dont certains étaient controversés, cette formule s’énonce comme un seul bloc alors qu’elle comporte en réalité deux mots. Sindi (je ne suis pas) umuja (un esclave). Je ne suis pas un esclave. Un bon slogan, ou plutôt un cri de ralliement pour l’opposition politique burundaise. Une opposition qui, aujourd’hui, semble apparemment plus unie que jamais dans ses efforts visant à mettre fin au pouvoir sanguinaire de Pierre Nkurunziza et qui s’est constituée conjoncturellement à cette fin en un collectif dénommé CNARED.

Pour la plupart de ceux qui se trouvent au CNARED, cependant, l’esclavage de Nkurunziza, ou plutôt la soumission à son régime, dure depuis dix ans et a revêtu par moment des allures d’un véritable acolytat. Pour d’autres, notamment ceux qui ont évolué au sein de l’organisation terroriste et génocidaire CNDD-FDD, cette situation date d’il y a près de 15 ans, car c’est en 2001 que cette formation terroriste et génocidaire s’est choisie le sanguinaire Pierre Nkurunziza comme chef suprême.

Ainsi, si les mots ont encore un sens, cette opposition qui a accompagné pendant plus de dix ans un régime terroriste et génocidaire, devrait s’appeler Sinkiri umuja (je ne suis plus un esclave) et non Sindi Umuja. Cette précision vaut surtout pour les biherengende, traduisez, ces bonzes du CNDD-FDD et de sa mouvance qui, jusqu’au milieu de l’année 2015, étaient les pilliers du régime, qui en tant que Président du Parlement, qui en tant que Vice-président de la République, etc, mais qui font mine de s’attaquer au système aujourd’hui.

Voilà pour la grammaire. Parlons maintenant de ce qu’il faut faire pour chasser le régime sanguinaire du CNDD-FDD qui a trop duré. A moins de chercher à démontrer une évidence, on a pas besoin de rappeler pourquoi Pierre Nkurunziza doit être écarté du pouvoir. Ce qui n’empêche pas qu’on se rappelle mutuellement que s’il est vrai que sa présence au pouvoir pose problème, il n’est pas moins vrai que le problême en question est l’aboutissement d’une situation que Pierre Nkurunziza a empirée certes mais sans l’avoir causée individuellement.

Ainsi, tout en ne niant pas la responsabilité personnelle du génocidaire qui dirige illégalement et illégitimement le Burundi depuis 10 ans, le minimum d’honnêteté recommande de reconnaitre qu’il n’est qu’un conducteur (parmi tant d’autres) du courant maléfique DD. Voilà pourquoi ceux qui ne raisonnent qu’en terme de « Non au troisième mandat » auraient tort. Voilà aussi pourquoi il ne faut pas se limiter à chercher à contraindre Pierre Nkurunziza à démissionner. Qu’on exige d’abord et avant tout qu’il n’y ait pas d’amnistie pour les crimes inamnistiables comme cela s’est passé au cours de ces dernières années. Logiquement, un tel agenda ne peut pas être confié aux innombrables complices d’hier de Pierre Nkurunziza qui se retrouvent aujourd’hui au CNARED. Pourquoi?

En février 2008, ils étaient tous là, adultes et vaccinés, quand le terroriste génocidaire Pierre Nkurunziza a déclaré pour la première fois sa guéguerre contre Arusha, un accord qui l’avait pourtant porté au pouvoir en lui garantissant immunité et impunité contre les poursuites pour le génocide qu’il a commis avec ses “compagnons” Niyombare Godefroid, Hussein Radjabu, Manassé Nzobonimpa, Léonard Nyangoma, Jean-Bosco Ndayikengurukiye, pour ne citer que les plus connus. C’est en effet au cours d’une visite officielle au Gabon, que Pierre Nkuru déclara que l’Accord d’Arusha comporte des dispositions qui ne lui permettent pas de bien mettre à exécution ses promesses électorales. On notera en passant le fait apparemment anodin mais combien significatif, que c’est de chez feu Omar Bongo Ondimba, l’homme qui passait pour certains comme l’Empereur officieux des bantous d’Afrique centrale, que Pierre Nkuru a lancé sa guerre contre Arusha…

Et alors, que (ne) faut-il (pas) faire?

Comme nous le disions dans nos livraisons antérieures, il ne faut pas chasser Nkurunziza pour faire du Nkurunziza sans Nkurunziza (1). Nous en sommes convaincus, cela mènerait à un bordel semblable à celui que nous connaissons actuellement. Qu’on ne cherche pas par exemple, à remplacer Pierre Nkurunziza par un général générique et génocidaire, fut-il Godefroid Niyombare qui, comme on le sait, a failli acquérir un titre de héros national de la même façon dont il avait acquis ses gallons de général; c’est à-dire, frauduleusement: seulement (a) pour avoir eu « l’audace » d’adresser à Pierre Nkuru un rapport rédigé pour lui par des Administrateurs de la Sureté jouissant de la compétence intellectuelle requise qu’il n’a pas, lui; et (b) pour s’être assuré les services d’un véritable général, le brillantissime Cyrille Ndayirukiye, dans une tentative de renversement de Pierre Nkuru dont les véritables commanditaires restent toujours à identifier…

Il faut viser surtout le démantelement des fondements idéologiques du régime génocidaire CNDD-FDD, notamment cette manie de passer l’éponge sur les crimes passés et ceux qui se commettent sous nos yeux, l’amnistie des crimes autrement inamnistiables, tel que le génocide. Ce qu’il faut donc éradiquer, c’est cette culture des non-valeurs démocratiques sur laquelle s’est bâti le régime CNDD-FDD avec l’appui (direct ou indirect selon le cas) de ceux-là même qui aujourd’hui, du CNARED dominé par des terroristes génocidaires avérés qui essaient de se faire une peau neuve de démocrate. Sans cela, on n’aurait aucune raison moralement valable de chasser Pierre Nkurunziza.

En définitive, sindumuja, est en train de pénétrer dans la politique burundaise. Elle a toutes les chances d’y rester, mais sous quelle forme? Comme substantif ou comme adjectif? Nous ne saurons le dire pour le moment, nous laisserons le temps s’en occuper comme c’est le cas pour les autres faits de langue. Ce que nous savons par contre, c’est que c’est l’opposition qui vulgarise ce terme, principalement à l’écrit, et ce avec une erreur de forme; une erreur qui n’est pas sans faire penser aux contradictions qui guettent le collectif constitué conjoncturellement pour renverser le tyran Pierre Nkurunziza et qui a choisi sindumuja comme cri de ralliement. (BINFO)

______
 (1) CNARED: FAUT PAS FAIRE DU NKURUNZIZA SANS NKURUNZIZA

 Burundi Information, le 13 décembre 2015
Publicités

15 réflexions sur “Clin d’œil à l’opposition burundaise: SINDI UMUJA ou SINKIRI UMUJA ?

  1. Sindumuja. Au lieu de vous perdre dans les interprétations, nous aurions mieux fait de nous référer à son auteur. Il est toujours là quand même. Peut-être a-t-il vu plus loin que nous.

    J'aime

  2. je suis désolé pour cet écrivain.
    sindumuja signifie je ne suis pas esclave mais si on retourne dans le passé on sait ce que esclave =umuja signifiait.
    umuja c’est umuhutu
    Donc ne nous manipuler pas avec les mots nous connaissons que vous avez eu le temps de l’école.
    si on analyse ses propos tu es un extrémiste pur mais ce que je peux te dire mm si notre Nkurunziza quittait suis sûr que c’est le système nkuru qu’on vivra pour toujours.
    si un jour tu rêves un tutsi sur le pouvoir burundais ça sera vraiment des rêves.

    J'aime

  3. Clein d’oeil!!!!!!!!!!!!!!!
    Kumbura mureke intambara ahandi ho muzokwibonerako.
    Aba DD barabarwanije murata muromoka mufise igisirikare c’ubwoko bumwe n’ibigwanisho vyose vy’igihugu nabo atakigwanisho bafise babarasisha ivyo babatse, ubu bafise ibigwanisho mwibaza ko ariho muzobashobora? Ikindi, mwibagiye ko bafise abagwanyi mu gihugu cose ku gacimbiri kose? Ngira ni yuko muri gukirimbira mu ma quartiers y’i Bujumbura mwabona batekereje mumihana mukibaza ko atabagari! Emwe bandanye musirogere rukere mu mwobo muzokwibonerako kandi ngo akataretse kaba gasema. Imponjo mwaraye muyiboneyeko le 11 aho abateye bose bamize ako ifuku yamiriye mu mutego hanyuma aho gusubiza inkota mu rwubati mukaba muriko murabesha mukokeza abasigaye mubabwira ko mwatwaye ibirwanisho mu makambi mukagenda atawubakomye namwe mwashize. Reka ubwicanyi, reka amacakubiri, subiza inkota mu rwubati, kananirabagabo ntiyimye, mutisubiyeko murashira nk’ifu y’imijira sindababesha.

    J'aime

  4. Vous avez oublie quelque genocidaires! Ou est Buyoya? On ne peut pas eradiquer le genocide par l’ethnisation! Vous avez oublie tous les genocidaires de 1972, 1988, 1993-2005? Namba dushaka amahoro agaruke koko mu Burundi, ntihagire n’umwe dukingira ikibaba kubera ubwoko bwiwe, ahubwo umuntu wese yakoze amabi abihanirwe canke naho ababarirwe. Bitabaye gutyo, intambara zizokwama zibonekeza. Abaticanke canke batakoze amabi mu Burundi nibake cane. Ahubwo mwihane mugaruke ku Mana mufate ingingo yoguhinduka maze abana bacu tubigishe gukundana no guharirana niho amahoro yogaruka.
    Uwohora imbwa gusutama yozimara kandi ntamwonga utabura isato iba itarondewe! Turondererere amahoro ku Mana niho hari ayadashira nayo abandi mwese murondera ivyanyu gusa muraduhenda. Mutubwira amahoro ku munwa gusa ariko mu mitima atayariyo!

    J'aime

  5. belle analyse!!! le CNARED est par exemple dirigé par un ex.DD en la personne de Nyangoma. Imagine si ce dernier accède au pouvoir en cas de chute de Nkurumbi, quels genres de changements aurions-nous? Ou si le FNL avait gagné les élections controversées de 2010, où serions nous aujourd’hui avec Agathon rwasa, qui est aujourd’hui, a choisi de s’assoir à côté de ce régime sanguinaire et illégal de Nkurumbi? Je ne suis pas ici pour soutenir les DD ni leurs actes mais vous suggére qu’il faut aussi regarder à côté, cette personne ou ce groupe qui va le remplacer en cas de son chute. Si on regarde les grands opposants de ce régime, on y voit que des criminels déguisés en en mouton, qui soutenait ce régime mais ki ont choisi de se sauver par crainte d’être emporté avec ce régime en cas d’échec de son tentative de cout d’état constitutionnel.

    J'aime

  6. SINDUMUJA, au présent de l’indicatif, exprime une action qui se déroule au moment où on parle ou pour exprimer un fait habituel. C’est le présent historique qui peut se trouver associé à un temps passé. Je pense que SINDUMUJA est donc mieux indiqué pour exprimer le passé, le présent et le futur. Je pense que SINDUMUJA est un substantif parce que c’est une phrase complète (JE NE SUIS PAS UN ESCLAVE). Or le substantif désigne une notion par elle-même, alors que l’adjectif s’adjoint inévitablement á un nom. IL FAUT RESTER TOUJOURS SINDUMUJA POUR COMBATTRE LES TYRANS.

    J'aime

  7. Oser qualifier tous les D D et/ou les anciens responsables aujourd’hui contre la dérive autocratique de Nkurunziza de génocidaires relève de l’ extrémisme- ethniste globalisant et renvoi directement aux mani de la vieille école, igihe bamwe mu batwara basuzugura bakanasuzuguza ubwoko butatwara !!!!
    Ng’uyu rero umwe mu bwoko bw’ abaja bwamunzwe n’umugera w’ amacakubiri nka Nkurumbi, na cane cane ko mu kwandika nk’ ibi bigaragara neza ko ata kindi yarondera atari kuzura akaboze!!
    Heureusement, heureusement ko u Burundi bugifise intwari nk’ aba uyu muja w’ amacakubiri yumva akajingitwa, nayo ubundi umu génocidaire s’ uwica gusa, ukwiragiza umugera waryo ni mubi kurusha…!
    Ico yomenya n’ uko  » Ako gatosi abona mujisho ry’ abandi kangana Urugiga mu ryiwe »
    Sindumuja

    J'aime

    • NOUS SOMMES AU 21 EME SIECLE!!!!

      abahutu abatutsi abatwa b’umutima mumihingo yose y’igihugu mugume mufatanye munda mumagogwa no mumahigwe!!!!!mugandarire hamwe mufashanye muvyo mushoboye ntawasavye IMANA NGO avuke ari mu bwoko ubu canke buriya!!!!!dukeneye abatware bakunda igihugu n’abanyagihugu b’ukuri atari ibikoko inyamaswa mumoko yose!!!!!ntidushaka un gouvernement des assassaints,des bandits bateje imbere igiturire gusa kigashika aho gifuta ubutungane!!!!!ntabutungane bukibaho kungoma y’abicanyi!!!none rero turanse n’ibiganiro hagati y’abasuma gusa abicanyi gusa intungane bakazikumira!!!!turanse igiganiro vy’abicanyi gusa !!!abasirikare batari ba nsumire inda ni musubize igihugu iteka mwebwe mwenyene mumoko yose mutuze abo basuma n’abambunzi mumoko yose!!!!!!fatane munda mwomore interahamwe mwarinjiranywe nibo bapangiwe amazu meza meza ,nibo bafungurigwa neza,nibo bahabwa ubushimwe namwe imiryangoyanyu iriko iraturatura bicwa n’inzara!!!!!tabara urwo rwaruka rwose rw’uburundi n’imbonerakure zirimwo bansumirinda bareke kuzikoresha ubwicanyi bwo kwica benewabo!!!!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s