Infiltrations de rebelles burundais en RDC: ce que disent les services

https://i1.wp.com/scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_Par7907000_1_0.jpg

Des soldats congolais en patrouille, dans l’est du pays, non loin de la frontière avec le Rwanda (photo d’illustration). © AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH

Des informations faisant état d’infiltrations de rebelles burundais sur le sol congolais inquiètent les services de sécurité de la RDC. Dans le territoire d’Uvira, l’armée et les autorités locales ont multiplié les opérations de sensibilisation auprès de la population pour signaler la présence de ces infiltrés. Il s’agit de quelques 70 km à surveiller. Une présence d’autant plus compliquée qu’il y a des groupes anciens, mais aussi des groupes nés depuis le début de la crise au Burundi. Les services de sécurité congolais disent avoir intercepté 36 de ces nouveaux rebelles burundais. Et sur la base des informations recueillies auprès des prisonniers, ils disent aujourd’hui avoir une bonne vue de ce phénomène d’infiltrations et, par extension, des nouveaux groupes rebelles burundais.

La première arrestation remonte au 28 août dernier, avec l’interpellation de quatre individus suspects dans un quartier d’Uvira. Les services de sécurité congolais ont la surprise de découvrir des cartes d’électeurs congolaises flambant neuves, qui auraient été volées par le M23 au Nord Kivu et seraient aujourd’hui distribuées au Rwanda sur de présumés infiltrés burundais qui « ne savent même pas dire bonjour en swahili », dit-on.

Ils alertent notamment les postes frontières, ce qui leur permet de nouveaux coups de filet début septembre. 24 individus dont 6 mineurs, la plupart originaires de Kirundo qui sont passés, disent les services congolais, par les camps de réfugiés de Gashora ou de Mahama avant d’être envoyés dans deux camps d’entrainement au Rwanda, Nyungwe et Higitumu. Deux camps que les services congolais disent être capables de localiser sur une carte.

Tous disent, selon les autorités congolaises, avoir été pris en photo et qu’on leur aurait remis avant leur départ ces fameuses cartes d’électeurs, ainsi que 25 000 francs burundais et 3 500 francs congolais. Ensuite par petits groupes, ces prisonniers auraient affirmé qu’ils étaient plusieurs centaines à avoir été formés et qu’ils étaient convoyés vers la rivière de Rusizi pour traverser au Congo.

Trois autres individus ont été arrêtés dans la région de Mutarule où ils se faisaient passer pour des éleveurs et auraient assuré que d’autres infiltrés burundais se dissimulent ainsi au sein des communautés barundi et banyamulenge.

L’ombre du M23

Deuxième coup de filet significatif, disent les services congolais. Six éléments ont été arrêtés fin septembre, dont trois formellement identifiés comme M23, parmi lesquels le capitaine de nationalité burundaise Aldabert Rugamba, qui aurait notamment travaillé par le passé pour le chef d’état-major du M23, Sultani Makenga.

L’ex-capitaine de l’armée burundaise, Claude Arakaza, aurait, quant à lui, été arrêté dans le camp de réfugiés de Lusenda où, avec trois autres personnes, il tentait de recruter. Il aurait dit avoir traversé au Congo après le putsch manqué avec le colonel Jean-Marie Ntirampemba et une centaine d’éléments.

Beaucoup de ces infiltrés auraient déclaré travailler pour le compte d’Alexis Sinduhije, le président du parti d’opposition MSD et du général putschiste Godefroid Niyombare. Les services congolais pensent également qu’il existe un autre groupe, l’Union des forces patriotiques révolutionnaires, actif dans la forêt de la Kibira au Burundi. Avec notamment l’arrestation sur leur sol du colonel Emmanuel Maniriho. Ce dernier aurait impliqué un autre opposant burundais, Jean Minani, comme fondateur. Même s’il s’est mis en retrait, il serait toujours en contact, aurait affirmé ce déserteur de l’armée burundaise.

L’implication du Rwanda

Selon les services de sécurité congolais, il ne fait aucun doute que le Rwanda est impliqué dans la création de ces nouveaux groupes rebelles burundais. Outre le lien avec le M23, le passage dans des camps de réfugiés ou même d’entrainement au Rwanda, il existe, toujours selon ces services, d’autres éléments concordants.

Le réseau d’infiltration au Congo aurait lui été mis sur pied par les services de renseignements militaires rwandais, les DMI, mais si d’autres officiers rwandais de l’armée et de la police auraient été cités par les prisonniers. Ce serait également l’armée rwandaise qui serait, selon les services congolais, impliquée dans le convoyage de ces infiltrés vers la frontière jusqu’à la rivière de la Rusizi.

Le dernier élément qui, selon ces services, irait dans le sens de l’implication du Rwanda, est la participation jusqu’à sa mort du chef de milice congolais, Bede Rusagara, dans l’infiltration de ces éléments burundais au Congo. Ses liens avec Kigali remonteraient au temps du RCD, auraient été attestés par le passé par le groupe d’experts des Nations unies. Le chef de milice congolais Bede Rusagara a été tué au cours d’un accrochage avec des militaires venus l’arrêter dans un quartier d’Uvira le 29 septembre dernier.

le 05-01-2016 à 05:15, http://www.rfi.fr/afrique

Advertisements

4 réflexions sur “Infiltrations de rebelles burundais en RDC: ce que disent les services

  1. Aba congolais baratwenza kweli Urwanda rushaste kwinjiza aba rebelle iburundi wibaza ko congo hari nico yomenya ko iriya region ya kivu abanyarwanda bayizi neza kurusha aba congolais kandi bahafise abantu benshi babaha information.
    Kandi abanyagwanda bashaste gutera Nkurunziza ntiborinda guca muri congo buca kukanyaru canke kirundo kumurango ect.. wibaza ko haruwo batinya
    Impamvu batabikora nuko ntanyungu barabibonamwo naho ubundi bomugira nkuko bagize Mobutu canke havyarimana

    J'aime

  2. Les relations entre la France et le Rwanda ont toujours été amères depuis le genocide de 1994 et l »ouverture du corridor « Zone turquoise » par la France afin que les Interahamwe puissant traverser la frontier est pour se rendre au Congo to upgrade in wickedness to become what they are today! Ce sont eux qui font la pluie et le beau temps au Burundi!
    Therefore, there is nothing new if French Radio, namely RFI, sometimes comes up with these unsubstantiated allegations against the above mentioned African country! Even if the corpses which were seen floating on Akagera river a few years ago were of FNL members, they were said to be coming from Rwanda until when it was recently discovered that it is FDD-CNDD that has been doing it for the last 10 years. It is doing the same right now: , killing Burundians and throw their bodies in the same river!

    What transpires here is « The enemy of my enemy is my friend »! Right RFI?

    J'aime

  3. Document de propagande. Si ce n’est pas Nyamitwe qui est derriere, il s’en servira pour boycotter la session de dialogue prevu prochainement! L’homme fort, personalite de l’annee, commanditaire de la repression sanguinaire se la coule douce en souriant alors que les Burundais et surtout ceux de l’ethnie different de la sienne sont traques, tortures,exiles, massacres comme des betes! Les femmes sont reservees pour être tuer en humiliation de viol sexuel! Voila la souverainete!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s