Dossier Putsch du 13 mai 2015: La plaidoirie du Général NDAYIRUKIYE Cyrille (principal accusé)

General NDAYIRUKIYEMonsieur le Président,

L’homme qui est aujourd’hui poursuivi devant votre haute cour a toujours eu la plus haute idée des fonctions suprêmes de l’Etat burundais, dont l’armée et la justice. Vous pouvez examiner l’ensemble de ma carrière et celle-ci en attestera.

Je pense aussi que cette très haute idée que je me fais de l’Etat et de ses missions, est basée sur le sens ultime de cette mission, servir le peuple burundais dans le respect de la loi.

Dans notre société burundaise, la loi du peuple burundais doit être le guide ultime de tous les serviteurs de l’Etat, dont le soussigné en sa qualité de militaire. Je n’ai jamais eu d’autre ambition ni d’autre perspective dans toutes les fonctions que j’ai eu l’honneur d’assumer.

Aujourd’hui, dans l’exercice de la magistrature judiciaire, vous êtes amené à poser un jugement de valeur sur les actes qui furent les miens du 13 au 15 mai 2015. Votre mission est de dire la loi.

L’exercice de cette mission de juger s’inscrit dans un cadre précis que les juristes ont mis en place, génération après génération et qui porte le beau nom de procès équitable. Devant toutes les juridictions au monde, sur tous les continents, progressivement se sont mises en place quelques normes essentielles à l’aune desquelles l’on apprécie si la justice peut être rendue par ceux qui sont tenus de la servir, à savoir les juges.

Dans mon propre pays, le Burundi, force m’est de constater qu’au moment où la justice doit être prononcée me concernant, ces garanties essentielles n’ont pas été respectées.

Toute instruction préliminaire d’un procès et toutes instructions d’audience doivent être faits à charge et à décharge. La partie poursuivante et la défense doivent être placés sur pied d’égalité pendant la procédure pour permettre d’échanger les moyens de preuve et les arguments de droit.

Permettez-moi, Monsieur le Président, de vous dire que cette garantie fondamentale ne m’a pas été reconnue ni avant ni pendant mon procès.

Aucun de mes avocats n’a eu copie des pièces de mon dossier et il en fut à fortiori pour le soussigné. Je n’ai pas eu le temps ni le loisir d’analyser ces pièces pour préparer ma défense.

Simultanément toutes mes demandes d’instruction ont été rejetées.

J’ai demandé maintes fois l’audition du ministre de la Défense et du chef d’Etat-major de l’époque ainsi que de l’ancien chef du service de renseignement, tous les trois étant des acteurs majeurs de ces jours cruciaux du mois de mai 2015.

Leurs témoignages et leur confrontation avec le soussigné auraient donné de précieuses informations sur les personnes concernées par ce dossier au sommet de l’appareil d’Etat et sur le choix douloureux qu’elles ont estimé devoir faire dans l’intérêt de la loi ainsi que sur leurs trahisons et sur les motivations de ces trahisons. Le récit des discussions entre les différents protagonistes les 13 et 14 mai dernier sont évidemment cruciaux et nous disposons de nombreux témoignages susceptibles de vous donner un éclairage complet sur ces événements.

La tenue de ces mesures d’instruction préliminaires ou d’audience aurait permis également de solliciter d’autres témoignages utiles à la manifestation de la vérité judiciaire. En effet, l’action entreprise ne visait pas à causer préjudice à qui que ce soit. Elle visait uniquement à garantir le respect des accords d’Arusha et de notre Constitution ainsi que des lois du peuple burundais.

Ces mesures d’instruction élémentaire n’ont pas été respectées à aucun stade de la procédure.

Pour me défendre, j’avais demandé l’intervention de trois avocats, Me Onésime Kabayabaya, Me Lambert Nsabimana et Me Bernard Maingain. Tous trois ont ma confiance.

Les premier et second jours du procès, ils ont tous les trois été récusés pour des motifs divers.

Me Maingain n’est pas burundais mais il a pris en charge nombre de défenses dans la région sans se soucier d’autre chose que la mission d’auxiliaire de la justice et peu lui importe l’origine ethnique ou sociale ou autre de ceux qui le consultent. Il a la confiance de nombre de mes concitoyens et reçoit leurs confidences en respectant scrupuleusement le secret professionnel. Il exerce son métier sans qu’on lui ait fait le moindre reproche disciplinaire ou pénal depuis plus de 37 ans.

Les avocats que j’avais choisis au Burundi sont de la même trempe et de la même qualité à mes yeux. Ils travaillent avec le plus grand respect de la loi et une haute idée de leur fonction d’auxiliaires de la justice. Ils n’ont jamais été mêlés à quelque violation de la loi que ce soit. Ils ont ma totale confiance. Je leur fais confiance depuis le début de mes difficultés judiciaires.

Ils ont aussi la réputation de servir la loi sans se laisser intimider. J’avais la conviction que leur parole serait libre à la barre ce qui est évidemment important. Pour ces hommes assumer une défense dans ces conditions n’est pas facile mais tous trois l’ont accepté. Ils m’ont tous les trois confié les nombreuses pressions dont ils furent l’objet depuis qu’ils ont signalé leur intervention.

Ils ont même été menacés dans leur existence physique au point que des négociations étaient menées pour leur assurer un minimum de protection.

Lors de l’audience d’introduction, ils avaient fait le choix de dénoncer d’abord devant vous les irrégularités de procédure qu’ils avaient constatées, de mettre en place un calendrier d’audience susceptible de favoriser une instruction complète de l’audience, de négocier un temps suffisant pour leurs plaidoiries. Ils ont tous trois été écartés des débats en deux jours d’audience. L’un sous le prétexte d’une complicité dans le putsch ce qui est une accusation absurde et les autres sous le prétexte d’une entrave à la justice alors qu’ils se contentaient de demander le respect des règles du procès équitable.

Ce procès se tient après avoir décapité la défense de toute possibilité d’intervention en ma faveur. C’est dès lors un procès sans respect des droits de la défense.

Avant-hier, j’ai appris que vous aviez commis d’office des avocats.

A supposer même que tout ceci soit légal, ce qui n’est absolument pas le cas, vous conviendrez que dans ce cas, j’ai le droit de rencontrer mes avocats et ceux-ci doivent pouvoir échanger avec moi, prendre connaissance du dossier, l’obtenir en copie, le lire, solliciter des mesures d’instruction complémentaires, déposer des mémoires pour faire valoir mes droits en justice.

Ils ont d’ailleurs eu la grande honnêteté de vous le rappeler avant-hier. Un avocat commis d’office ne peut être réduit au rôle de témoin impuissant d’une procédure. La robe de l’avocat ne peut être simplement le prétexte à une mise en scène dont il serait le spectateur impuissant. C’est pourtant ce que vous essayez de faire les concernant. En effet, après avoir commis d’office ces avocats, vous les forcez à assister impuissants aux audiences pour tenter de tirer avantage de cette présence au niveau procédural mais personne, dans le monde entier, n’est dupe de cette mise en scène.

Vous m’avez ainsi imposé de poursuivre seul ma défense sans même le moindre délai pour l’organiser et me préparer personnellement puisque je suis privé d’avocat. Une nouvelle fois, les droits élémentaires de la défense sont bafoués.

Enfin, et ce n’est pas la moindre des choses, je vous rappelle les conditions particulières de détention dans lesquelles les parties citées devant vous se trouvent. Nous les assumons avec dignité. Sous prétexte d’un risque d’attaque de la prison, vous avez renforcé les conditions carcérales de mes codétenus et de moi-même. Dans ce cadre, les conditions carcérales ne peuvent être ni inhumaines ni dégradantes. C’est pourtant ce qui arriva. Nous reconnaissons toutefois qu’il y a eu un léger assouplissement de ces conditions mais des atteintes aux droits de l’Homme subsistent notamment l’isolement, le non accès aux activités d’intérêt collectif de la prison et le droit au culte. L’exemple le plus fragrant est celui du refus à ce droit même le jour de Noel 2015.

Les conditions de promenade ont été réduites à plus qu’un minimum. Les possibilités d’activité sportive ou physique limitées. L’espace vital dans la prison diminué totalement. Je sais que le Haut-commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies qui a accepté de suivre mon cas et celui de mes codétenus a rédigé de nombreux rapports concernant notre situation de détention. Je demande ici que ces rapports soient déposés au dossier de procédure.

Je ne suis pas sûr que c’est en plaçant des policiers devant les portes des cellules et en leur donnant l’ordre d’abattre les détenus en cas d’attaque que ces conditions de détention répondent aux standards élémentaires de respect des droits de la personne humaine.

Toutes ces violations des droits de l’homme devraient m’amener à ce stade à arrêter de me défendre car je suis convaincu que les standards du procès équitable ne sont pas rencontrés.

Mais je veux aller plus loin.

Oui, il me faut redire que les actes posés par le soussigné l’ont été en conscience et connaissance de cause. Dès que l’autorité, fut-elle suprême donne des ordres allant dans le sens de la violation de la loi et mettant en danger le peuple, même le plus discipliné des militaires ou policiers est en droit de refuser l’ordre et ce pour l’intérêt supérieur du pays.

Quant à savoir le pourquoi du recours à des moyens lourds dont vous m’accusez, je me demande par quel moyen nous aurions pu tempérer la folie meurtrière d’une police et d’un service de renseignement surarmé à l’endroit d’une population innocente et sans défense. Par ailleurs, ces moyens lourds n’ont été utilisés qu’à titre dissuasif. Les images de l’événement en disent long.

Comme je l’ai dit à la barre il y a 48 heures, monsieur Nkurunziza a goûté au fruit défendu et personne n’a douté que cette violation de la loi était d’une gravité extrême et qu’elle portait un coup de poignard insupportable dans les accords d’Arusha. Tout comme la corruption endémique qui sévissait dans notre pays et qui n’était plus poursuivie, tout comme les nombreux assassinats politiques jamais suivis d’enquêtes dignes de ce nom, la violation du pacte fondateur à l’occasion des élections consommait la rupture entre le Président et son peuple.

Cette rupture fut suivie d’une répression sanglante et prévue de longue date de toute forme de contestation par la population. Au moment où nous intervenons le 13 mai, le peuple burundais est déjà atteint dans sa chair. Des militants tombent sous les balles de policiers, de faux policiers et de miliciens Imbonerakure. Le droit de manifester est désormais ouvertement réprimé sauf au bénéfice de ceux qui soutiennent Monsieur Nkurunziza et les pressions sur la société civile et sur les militants des droits de l’homme atteignent un niveau d’intensité considérable.

Ici encore, vous m’avez privé du droit de faire entendre les témoins des faits de contexte qui permet de comprendre notre action. Car la motivation de l’action des dirigeants de l’armée, du chef d’Etat major et du ministre de la défense lors des réunions préparatoires, n’était nullement de réaliser un putsch comme d’aucuns l’ont rappelé. Il ne s’agissait pas de ramener au pouvoir des personnes sans légitimité démocratique, ce pourquoi le peuple burundais se bat depuis des années.

Il s’agissait pour les personnes impliquées dont moi-même de démettre un homme qui avait goûté au fruit défendu et de neutraliser sa capacité de violer la loi, pour restaurer le processus démocratique. Ce sont en tous cas les ordres clairs que le Chef d’Etat-major et le Ministre de la Défense de l’époque nous ont donnés et que nous avions choisi d’exécuter en âme et conscience.

Nous voulions aussi que cette intervention soit exécutée sans effusion de sang. Tous les dirigeants militaires, du moins officiellement, partageaient cette vision et tous étaient convaincus que le peuple burundais dans sa toute grande majorité, soutenait notre démarche. La liesse populaire le 13 mai à Bujumbura en atteste d’ailleurs. Notre intervention a été comparée à la révolution des œillets au Portugal et à d’autres mouvements de forces armées lorsque celle-ci décide d’agir avec bienveillance pour la restauration de la loi. Ce fut exactement notre motivation.

Notre seule erreur fut de croire que tous ceux qui préparaient cette intervention avaient la même sincérité et la même honnêteté. Ce ne fut pas le cas.

Dans un procès respectueux des droits de la défense et des normes du procès équitable, il y aurait eu tant de témoins à inviter à la barre et tant d’éléments factuels à soumettre à votre analyse et à votre jugement mais tout cela nous a été interdit.

Voilà l’histoire qui a tourné tragiquement alors que nous nous devions de poser ces actes pour préserver la loi et la démocratie au Burundi.

Il reste à savoir pour vous si le souci du respect de l’accord d’Arusha et de la Constitution, si la volonté de respecter les droits fondamentaux des burundais, si la volonté d’organiser des élections libres et démocratiques sont des motivations justifiant une condamnation.

Les faits survenus depuis le 13 mai 2015 nous confortent dans l’idée que l’état de nécessité justifiait notre démarche de militaires. A aucun moment le moindre geste n’a été posé pour la restauration des libertés fondamentales. Le peuple burundais souffre comme il a rarement souffert. Le peuple burundais n’a pas pu participer à des élections libres et les dénonciations à ce sujet ont plu de partout. A aucun moment, une solution de compromis n’a été recherchée avec l’opposition. Les événements récents de Kampala en sont la triste illustration.

J’assume dès lors comme militaire le choix effectué même si cette démarche a échoué. La motivation était légale. Le principe de proportionnalité quant au choix des voies et moyens a été respecté, les militaires voulant agir en causant le moins de préjudice possible à la population et ayant agi en ce sens tout au long des événements.

Aujourd’hui nous sommes en prison mais la loi fondamentale n’est plus respectée et le contrat social qui devrait unir tous les citoyens semble oublié. L’on refuse même d’en discuter.

Aujourd’hui, à la faveur d’un procès bâclé, l’on tente de nous faire passer pour des boucs émissaires et l’on nous réclame des condamnations pénales et le payement de dommages et intérêts au civil concernant des événements survenus que nous n’avons pas ordonnés, auxquels nous n’avons pas participé et qui nous sont totalement étrangers. Nous contestons formellement ces accusations. Nous contestons formellement avoir commandité ces événements que l’on tente de nous mettre à dos aujourd’hui, nous contestons formellement en avoir été auteurs, coauteurs et complices. C’est l’étape ultime d’une procédure inadmissible visant à faire de nous les boucs émissaires de tous les maux qui ont touché notre pays.

Au terme de ce mémoire, je redis que mon seul souci fut le respect de la loi et du peuple burundais.

Si la justice inéquitable de Gitega ne veut pas rendre compte de la loyauté de notre démarche, le jugement de l’histoire subsistera à tout jamais. J’ai servi mon peuple. Je veux être jugé sur mes actes. Vive le Burundi libre, vive le peuple burundais libre, vive les accords d’Arusha, vive l’Etat de droit et la démocratie.

Général-Major Cyrille NDAYIRUKIYE

Advertisements

27 réflexions sur “Dossier Putsch du 13 mai 2015: La plaidoirie du Général NDAYIRUKIYE Cyrille (principal accusé)

  1. ubutwari bwawe, nintibagiranwa kandi ico womenya nuko tugusengera hama abagoka bakomeze bagoke,ariko ibigori vyerera umwaka ntivyerera inzara, ingero yabo izobaho , que le bon DIEU vous garde et vous benisse

    J'aime

  2. Des hommes braves comme vous se comptent sur les doigts chez nous au Burundi. Dire la vérité est devenue une raison d’être la proie des autorités burundaises. Certains en sont déjà morts d’autres figurent sur la liste noire et d’autres encore ont été contraints à l’exile. Mais tout cela ne vous a pas empêché de dire la vérité rien que la vérité. Je salue votre courage et dignité et je prie le Seigneur pour qu’il veille sur vous afin que vous puissiez voir le Burundi sortir de l’impasse imposée par le pouvoir de Bujumbura. Votre attitude de bravoure est une source intarissable d’inspiration pour la jeunesse burundaise sur laquelle reposera les fondements d’un Etat de droit quand le vent du changement soufflera sur notre pays et emportera la folie de Nkurunziza et sa clic.Que Dieu vous bénisse !

    GIRIYUVA

    J'aime

  3. Brovo mon cher Cyrille. J’ai déjà copié ton discours pour me le rappeler à tout moment. Je te prie de ne pas avoir peur de te bourreaux, tu gagneras bientot sur eux.Rappeles-toi de Jesus et surtout de Mandela qui était homme comme toi et que tu as eu la chance de cotoyer. Meme nous, tes parentés, nous sommes quelque part ciblés et sujet d’écoute télephonique par les SNR qui veut déceler, dans nos conversations, la moindre allusion de votre nom. Mais, tout cela passera.
    A bientot
    Ta Tante Stephanie

    J'aime

  4. Que le Dieu qui a crée les cieux et la terre veille sur vous. E n lisant votre récit on sent que vous êtes animés du courage à exprimer la vérité, à dire les choses telles qu’elles sont. Cette attitude manque beaucoup dans notre pays. Pas mal de Burundais n’osent pas dire ce qu’ils pensent ou le dit en chuchotant. On comprend parce que chacun a peur pour sa vie et pour celle des siens. Mais hagupfa nk’imbwa wopfa nk’umugabo.

    J'aime

  5. Mon General Cyrille, sindigera ndababona amaso mu yandi, ariko ndabafitiye icubahiro kinini cane kuva n’ibi bitaraba, nababwiwe n’umu cousin wanje yari muri SMO mu myaka ya 2000, ico gihe yakorera mu Kayanza, yambwiye ko umusi umwe bari bajanye n’abandi basoda mu kibira kurwana n’aba rebelles b’ico gihe aribo ba Nkurumbi, bafata inzira bagenda n’amaguru, ico gihe mwatwara region militaire yo muri Nord, ngira ni 3eme region militaire ou 4eme region, sinkivyibuka neza, ariko icankozeko nubu ntazopfa nibagiye, nuko mwabaciyeko bari en colonnes bagenda, aba commandants b’amakambi babatwara babataye bakigira n’imiduga ngo bazohurirayo, abandi nabo bariko bihereza imisozi n’amaguru, ico mwakoze ngo mwabwiye umu chauffeur wanyu ko yotwara imodoka muzohurira mu Kayanza, muca mwururuka iyo modoka murongora izo ngabo atariyo mission mwari mugiyeko, juste kuko babateye ikigongwe, aba chefs babo babataye. Gushika uyu musi numvise izina rya Gen. Cyrille nca nibuka iyo evenement, birababaza cane kubona ivyo muriko muracamwo muzira gukunda igihugu, muzira kurwanira agateka k’abarundi bato bato, uyu musi Gaciyubwenge na ba Prime iyo batabahemukira mugahagarika ubusazi bwa Nkurumbi abarundi ibihumbi bamaze gupfa ntibaba barapfuye, ibimaze gusenyurwa ntibiba vyarasenyuwe, urwanko rwasubiye kuba ndanse hagati y’amako ntiruba rumeze uko! Ariko rero, Imana ntirabaheba kandi n’Uburundi ntirabuheba, niyo babagandagura muzogende muzi ko muri mu mitima y’abarundi benshi, muri Intwari, un heros au vrais sens du terme!!! Que Dieu vous protege mon General!!!!

    J'aime

  6. N’ayez pas peur mon frère chaque chose à son temps. Après la chute prochaine de ce régime caractérisé par la dictature tu seras libre et respectueux dans ton pays. Nous remercions Dieu que tu as échappé à la mort.

    J'aime

  7. Cher Général Ndayirukiye, uri IGIHANGANGE C’UMUSHINGANTAHE! Le clan Nkuru… yose ishake ikwanke mais une chose est claire! NABO NYENE BARAKWEMERA! Kukwiyumvira vyonyene bibatera un sentiment de confusion! They surely hate you as a person BUT THEY ALSO ADMIRE YOUR BOLDNESS même s’ils éprouvent une grande difficulté à se l’avouer. POOR GUYS! Ni naco gituma bariko barakora uko bashoboye kwose ngo bagucuze bufini na buhoro. Cependant, une chose est certaine! Ikibi cose bazokugirira, KIZOSHIKIRA UMUBIRI WAWE wonyene yamara hari aho kitazopfa gishitse: NTIKIZOSHIKIRA UBUSHINGANTAHE BWAWE! Kanatsinda ngo : « Umugabo yama ari umugabo » peu importe les circonstances! Ahandi naho, abakurambere bacu barayamaze bati: « Uwabaye Nyambwa ntaba Nyanka ».

    J'aime

  8. Montesquieu disait qu’il n’ y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice.
    Jésus a dit à ses bourreaux: Père, pardonne -leur car ils ne savent pas ce qu’ils font

    J'aime

  9. mon Général, Tu es un patriotique que le Burundi n,a jamais connu et ne connaitra peut être plus jamais.us combattants.Tu n’as jamais trahi ni ta conscience ni ton peuple. Je défiés quiconque de ceux qui te jugent de révéler un seul acte de tant de bravour. Ta mémoire restera dans les annales de l’humanité comme un héritage de patriotisme,d’honnêteté et du sens de responsabilité envers son peuple. Dieu si bon ne pourrait ne pas intercéder pour que ta libération soit un message fort a tous les imposteurs

    J'aime

  10. j ai les larmes aux yeux en lisant ta plume mon general tu est un patriote.il est sans doute vrai que tu n a pas voulu renverser les institutions parce que le burundi n en avaient pas jusqu au jourdui il y a un vide institutionel…..courage mn general on prie pour toi

    J'aime

  11. En lisant ton témoignage, et les commentaires des autres, je me souviens de mon commentaire d’hier où j’ai dit que vous devez être hissés au Héros nationaux, et la prison n’est pas du tout votre place. Je ne me suis pas du tout trompé. Courage mon General , la justice vaincra en jour.

    J'aime

  12. Je vois pas comment je peux m’exprimer ni les mots appropriés pour te dire combien tu es un officier rare dans notre pays; Je continue à prier pour toi en t’ aspergeant du sang de Jesus-Christ pour ta protection;Puisque je suis croyant. Que les balles de l’ennemis ne t’atteignent pas; Ma prière c’est aussi de t’entendre donner ta vie au Seigneur jesus Christ et il protégera, te couvrira contre les dangers térrifiants qui t’entourent et te cachera sous ses ailes. Je ne peux pas dire que j’ai peur de ton assassinat en prison , ce serait donner pouvoir au diable. Tu ne mourras pas, tu vivras et tu proclameras les oeuvres de l’Éternel, je prophétise , AU nom de Jesus, je te couvres du sang de Jesus. Sois béni mon cher compatriote et vrai patriote. Nous t’aimons d’un amour sincère. Que ta famille sois bénie et courageuse pendant ces moments difficiles . Tu échapperas, les prières pleuvent de partout pour toi et tes codétenus. Je te demandes aussi de bien avoir le courage( puisque tu es un enfant de Dieu si tu accuieillesl Jesus dans ton coeur aujourd’hui) de pardonner ces traîtres qui t’ont abandonné alors que ce sont eux qui étaient les organisateurs du coup. Pardonne les. Il ya une puissance dans le pardon.
    i

    J'aime

  13. Ntucike intege, l’experience a montre que le president et le prisonier can suitch their role. And this is going to happen soon. Baguhora ko utari kagabo niryo canke ngo ube umuhimbiri. Uhoraho akuzigame kandi nawe iyo chance yokuba ufise ntuyipfishe ubusa wegere Imana gusumba hanyuma uyizere kuko iriko irakora. Il a cree le ciel et la terre a partir du neant, kugukura muri prison kuriyo est une chose facile.

    J'aime

  14. Un text académique qui me rappel Madela,quelle intelligence ,la beauté des mots,et l’élégance littéraire ,un homme honnête aucun mot sur les Hutus et tutsi,le général les anglais dirons the boss parle que des Burundi,un seul peuple pour un pays,Mandela avait raison à Arusha lui qui avait dit « si je peux choisir un président pour les Burundais je choisirai Le général Cyrile

    J'aime

  15. Merci cher Général de votre courage. Si au moins nous avions 10 personnes comme vous au Burundi, le pays ne tarderait pas à guérrir. Sois fort et courageux, bientot tu sera libre et les bourreaux te remplaceront et toi tu sera réhabité et cette fois si tu seras Liuetenant Géneral Cyrille NDAYIRUKIYE et Bunyoni deviendra un Caporal ou nun deuxième classe avant qu’on le jette en prison. Courage mon Général

    J'aime

  16. Voila un Homme courageux qui n’a que d’autres soucis que de sauver son peuple en detresse. Mais chers amis burundais levons nous tous pour sauver notre chere patrie. Et ne perdons pas du temps car le pays est entrain de se noyer petit a petit. qu’attendons nous? l’ONU, UA ou CEA? Prenons les armes et liberons notre patrie.

    J'aime

  17. Cher Cyrille tu as l,Ubuntu et la sincérité que maquent ceux qui vous jugent et condamnent à perpétuité. Tu viens de nous livrer tout ce que tu avais à dire, c,est à tout burundais de juger avec honnêteté intellectuelle ton rôle dans cette histoire. Ton amour patriotique mérite une reconnaissance, ta main tendue aux burundais sera bénie et recompensée. Garde ton Ubuntu

    J'aime

  18. Je ne parviens pas à retenir mes larmes en lisant votre plaidoirie. Tu es UN HOMME. Courage, papa, Dieu est au contrôle et Il pourvoira à tous nos besoins.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s