Le génocide des tutsi du Burundi: La main de la France

LE GENOCIDE DE 2015 DES TUTSI DU BURUNDI

LA MAIN DE LA FRANCE

https://i2.wp.com/www.humanite.fr/sites/default/files/images/38938.HR.jpgL’attitude de la communauté internationale face au génocide en cours au Burundi relève de la pure absurdité. Elle ressemble à celle des chiens qui multiplient les aboiements autour d’un buisson où le fauve est en train de dépecer l’agneau, sans oser l’attaquer. Mais où le fauve Nkurunziza trouve-t-il la force de défier cette communauté internationale qui pourtant avait juré, après avoir laissé périr les mères et les enfants rwandais en 1994, qu’on ne l’y prendrait plus ?

Pour y répondre, il faut remonter à 2005 lorsque Nkurunziza fut porté à la magistrature suprême par le Parlement burundais d’alors. La France voit désormais en cet ancien rebelle foncièrement tribaliste  et névrotique un tremplin intéressant pour une déstabilisation future du Rwanda. Ce dernier pays est coupable, aux yeux de la France, de l’avoir accusée pour son implication avérée dans le génocide des Tutsi du Rwanda en 1994. Au lieu de reconnaître l’évidence et les faits, les dirigeants français ont choisi la fuite en avant belliqueux en utilisant les marionnettes à la tête des pays limitrophes.  En jouant sur la corde sensible du tribalisme bantoue contre les Tutsi d’Afrique Centrale, la France pouvait mobiliser les forces négatives des Etats voyous et des rebellions génocidaires de la région.

La France a convaincu Kabila de la RDC, Gikwete de la Tanzanie et Nkurunziza du Burundi qu’il leur fournira la logistique, les moyens de combat ainsi que l’assistance technique nécessaires pour écraser le régime de Kigali et en finir avec les Tutsi de ces trois pays. Elle aurait sur la même lancée intéressé Zuma d’Afrique du Sud en lui achetant l’armement requis. On a parlé de la somme colossale de 5 milliards d’Euros d’armement qui devait être fourni au seul Burundi. L’importance du montant ne doit pas étonner. Selon le plan conçu par les stratèges français, c’est en effet le Burundi qui aurait à déclencher les hostilités. Il lui fallait en conséquence une supériorité en armes en plus de la supériorité en effectifs. De toutes les manières, cette somme reste modique par rapport au montant de l’indemnité que la France devrait au Rwanda une fois convaincue du génocide de 1994.

Les préparatifs ont débuté vers 2010. Au Burundi, Nkurunziza est réélu cette année-là à la suite d’une fraude massive non dénoncée, suivie d’une chasse aux opposants. Les uns sont tués, les autres parmi les plus populaires prennent le chemin de l’exil. Débutent également vers 2011 un programme d’entrainement des miliciens imbonerakure à Kiliba, localité de la RDC frontalière avec le Burundi. De 2011 à 2014, date de la découverte du pot aux roses par Pierre Claver MBONIMPA de l’APRODH, plusieurs centaines de milliers d’imbonerakure (certains parlent de 300 000 miliciens) y reçoivent une formation militaire complète sous l’encadrement des interahamwe (génocidaires Rwandais) et des instructeurs français. Les imbonerakure formés retournent au Burundi où ils sont armés et disséminés dans toutes les Communes du pays. La solde des recrues et des formateurs ainsi que les armes dont ils sont équipés sont fournies par la France.

En RDC, Kabila fournit et couvre les espaces d’entrainement, héberge les miliciens instructeurs et en formation, et disponiblise les hommes et les autres moyens dont il est capable. Pendant ce temps, il doit maintenir le Rwanda sous pression, sur les médias français en particulier, en l’accusant de belligérance toutes les fois que les Tutsi de son pays se révoltent contre la marginalisation et l’extermination sournoises et obstinées dont ils sont régulièrement l’objet par les pouvoirs bantous qui se succèdent à Kinshasa.

Il fallait entretemps dégager les espaces en chassant les Tutsi du M23 du Nord Kivu où ils résistent contre leur exclusion de l’armée nationale par Kabila. Le mensonge à ce niveau est grotesque : Les Forces de l’ONU basées en RDC reçoivent en 2014 l’ordre d’éradiquer toutes les milices qui écument l’Est du pays. Il est nommément désigné le M23 créé en 2012 et les interahamwe qui sont là – et pas chez eux – depuis 1994. Comme prévu, le M23 est rapidement défait. Et pas par n’importe qui : Les drones sont français, les troupes sont Sud-Africains et tanzaniens ! Extraordinaires n’est-ce pas ? Les Congolais marchent derrière pour achever les blessés « ennemis ». Ce qu’ils font à merveille ! Extraordinaire aussi que la priorité des casques bleus ait été le M23 d’existence récente et qui de surcroît revendique en qualité de citoyens congolais. Ne devait-on pas s’il y avait logique en la matière commencer par les interahamwe qui sème la désolation depuis 20 ans et cela dans un pays souverain qui n’est pas le leur ?  Encore plus extraordinaire : lorsque les forces « de l’ONU » tournent maintenant leurs drones vers les interahamwe après en avoir terminé avec le M23, le Gouvernement de Kinshasa les arrête net. Il déclare ni plus ni moins qu’en ce qui concerne les interahamwe, il s’en occupe lui-même et lui seul sans aucun besoin d’un quelconque appui extérieur. Vingt ans s’étaient écoulés sans qu’il trouve la force nécessaire pour mettre hors d’état de nuire ces criminels de réputation mondiale, et voilà que seulement au lendemain de la neutralisation des Tutsi du M23, il dévoile au monde une capacité insoupçonnée de régler le compte à leurs frères hutu qui menacent le Rwanda et la région. Toujours est-il que les interahamwe sont encore présents en RDC et au Burundi, comme un poisson dans l’eau, semant la haine et la mort en toute impunité sur les territoires tutsi de ces trois pays.

Quant à la Tanzanie de Gikwete, elle reçoit, en attendant, la mission de provoquer le Rwanda et de contribuer davantage à son isolement. Gikwete  déclarera dans ce contexte en 2013 et à la surprise générale, que le Rwanda doit négocier avec les terroristes génocidaires interahamwe, à un moment où la consigne des pays civilisés était de combattre sans la moindre concession les terroristes partout où ils se trouvent. Pourquoi sinon jusqu’à ce jour aucune négociation avec les nazis n’est envisagée ?  Seul Gikwete peut y répondre. En attendant, nous osons espérer que Magufuri saura apporter les rectificatifs nécessaires, et que surtout il en a la volonté.

En attendant encore de voir de quelle matière est fabriqué Magufuri, la France a trouvé un autre allié de taille en la personne de Sassou Nguesso, autre candidat contesté au 3è mandat pour la présidence de son pays. Il est connecté sur Kabila et sur Nkurunziza. Il est bantou comme eux, et comme eux il s’apprête à commettre un holdup électoral. La France passe par Sassou Nguesso pour le financement du génocide en cours au Burundi (voir l’article très documenté à ce sujet de Flavio Beltrami). Elle passe par l’Afrique du Sud pour l’acquisition des armes et par Kabila pour leur transfert aux autorités sanguinaires de Bujumbura. Les armes entrent par la localité frontalière d’Uvira, tandis que l’argent est remis de mains à mains à Nkurunziza par des émissaires de Sassou Nguesso. Le dernier versement de 8 millions d’euros a été effectué par Monsieur Okemba, et destiné à payer leurs salaires aux militaires, policiers et mercenaires fidèles à Nkurunziza.

Les préparatifs sont maintenant au point. La priorité pour la France, c’est détruire le régime de Kigali et s’assurer l’impunité pour son implication dans le génocide des Tutsi du Rwanda en 1994. A cette fin, Nkurunziza multiplie les provocations contre le Rwanda. Il a déjà tué plusieurs ressortissants rwandais et s’est attaqué aux intérêts de ce pays partout où ils se trouvent au Burundi.

Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre son rêve de génocide des Tutsi du Burundi. Les jeunes d’abord, à la fois pour couper la progéniture tutsi (à des fins de génocide donc) et pour assurer les arrières lors des hostilités contre le Rwanda (à des fins de guerre). Il a déjà exterminé une grande partie des jeunes tutsis entre 13 et 40 ans, dont il craint qu’ils pourraient se joindre aux forces rwandaises lors de l’affrontement programmé. Le 12 janvier 2016, l’une des rafles les plus spectaculaires, et les plus atroces aussi, a concerné 104 jeunes tutsi de Mutakura, les bras ligotés par le dos à arrêter le flux sanguin et à faire claquer les omoplates, et jetés dans des camions de la police, entassés les uns sur les autres comme des sardines dans un bateau de pêche, et emportés dans cette posture mortelle, vers une destination inconnue. Peut-être vers Karuzi ! Le Treblinka burundais ! Les mères et les proches pleuraient, s’évanouissaient, et restaient là. On ne sait même pas ce qu’ils deviennent après.

De leur côté, les autorités de Kigali ont bien compris le stratagème de Paris, et ont choisi de ne pas céder aux provocations. Initialement, il était question que les imbonerakure et les interahamwe s’entassent sur une partie de la frontière du Burundi avec le Rwanda. Ils auraient alors simulé une attaque du Rwanda et la guerre serait partie. Les médias français se seraient déchainés comme d’habitude pour accuser le Rwanda d’attaquer son voisin, et en première ligne viendraient la RDC, la Tanzanie de Gikwete, l’Afrique de Sud et le Congo Brazza pour ouvrir autant de fronts et soutenir ainsi le Burundi « injustement agressé ». La France, en chef d’orchestre, ferait condamner sans difficulté au Conseil de Sécurité le Rwanda, « pays belliqueux et conquérant ! », et fournirait les arsenaux de combat, toujours via l’Afrique du Sud. En écrasant ainsi Kagame, ce serait, pour les Africains présents, la victoire (assistée) des bantous sur les Tutsi, sur les Nilotiques. En réalité la victoire sur eux-mêmes par une guerre inutile, le seul gagnant étant, comme par le passé, la France, planificateur et seul bénéficiaire des retombées d’une guerre qui ne manquerait pas d’être désastreuse.

Le plan n’a pas totalement fonctionné à cause de la découverte par la société civile burundaise des centres d’entrainements massifs en plein régime en RDC (Kiliba Ondes) des imbonerakure, et à cause également du départ de Gikwete de la présidence de la Tanzanie. La France a tenté de précipiter les choses en multipliant les provocations du Rwanda par Nkurunziza interposé, et en créant l’énervement par l’accélération ouverte du génocide des Batutsi du Burundi. Mais la communauté internationale, horrifiée par la barbarie, a pris le parti opposé en dénonçant vigoureusement et sans équivoque Monsieur Nkurunziza et sa clique.

Aujourd’hui les choses en sont là, Nkurunziza poursuit le génocide et les tortures des Tutsi au Burundi, la France torpille les tentatives d’interventions armées internationales, verse la solde aux imbonerakure et interahamwe, et sans doute envisage d’autres scenarios de guerre contre le Rwanda. Car la guerre aura lieu. Les plus intéressés à la faire sont la France pour les raisons qui viennent d’être exposées, et les interahamwe. Ces derniers, ayant pris  Nkurunziza en otage par une garde qu’ils lui assurent et qui l’étouffe, sont devenus de facto les maîtres de Bujumbura. Ils contrôlent tous les rouages de l’Etat et décident des options stratégiques du moment. Il n’est pas pensable dès lors qu’ils puissent arrêter en si bon chemin l’avantage. Ils ont l’occasion rêvée, unique, et même historique de disposer d’un Etat et des moyens de cet Etat, d’un territoire et d’effectifs en nombre impressionnant, auxquels ils peuvent ajouter des mercenaires qu’ils sont en mesure de payer avec les ressources du Burundi qui désormais leur appartient, au moins provisoirement.

Nous voulions montrer, par cette présentation malgré tout résumée, d’où Monsieur Nkurunziza tire la force et l’arrogance de défier tout le monde, et de commettre sans s’en cacher le moins du monde, l’un des génocides les plus monstrueux et les plus cyniques de ce 21ème siècle : les charniers sont partout autour de Bujumbura, à Karuzi, à Kayanza et partout dans les réserves naturelles et dans les forêts du pays. Sa force, c’est la France, qui cherche à se laver du crime du Rwanda par le crime du Burundi. Ce pays n’en est pas à son premier essai : il a été – la France entière – dans le camp peu respectable des collabos de 1939 à 1945, il a participé activement à l’extermination des Tutsi du Rwanda en 1994, et maintenant la voici au Burundi où seule la langue française habilement maniée leur permet de maintenir le voile sur la réalité cruelle que les Tutsi vivent jour et nuit.

Qu’est-ce qui devrait être fait ? Maintenant que le mal est identifié, il faut l’attaquer par la racine. C’est-à-dire qu’avant de s’occuper de Nkurunziza, il est impérieux de neutraliser d’abord la France, mettre ce pays hors d’état de nuire en le mettant ouvertement devant ses responsabilités historiques et diplomatiques. Il est, pour la nème fois, attrapé la main dans le sac et il doit lâcher prise. Si la communauté internationale s’approprie rapidement la proposition et met en garde sans délai le concerné, elle se trouvera peut-être en mesure de sauver quelques femmes Tutsikazi des viols collectifs des miliciens de Nkurunziza, et de l’égorgement et émasculation des jeunes Tutsi non encore attrapés et suppliciés.

Jean Jacques MAKUNGU

Advertisements

17 réflexions sur “Le génocide des tutsi du Burundi: La main de la France

  1. Ariko iyo ndirimbo ntabwo mwari mwayirambirwa koko?! Abarundi nta byanyu walayi.

    Kuva Yezu yavuka, ngo batutsi minoritaires birirwa bicwa, Abo batutsi ntibashira?

    Mu Rwanda ngo hapfuye miliyoni y’abatutsi, kandi nta na 700000 barubagamo. Ngo abarokotse bari -300000 !!! Mana yanjye, none ngo namwe bo mu Burundi barabamaze! Nimwiyambaze Niyombare azababohore.

    Ibi bintu aho bigeze, biteye isesemi

    J'aime

  2. C’est une analyse de Kagame via Jacques Makungi interposé. A vous entendre parler, on dirait que ça sent une lutte d’influence géostratégique entre les anglosaxons pro tutsi(d’une part) et les Français(pro hutus) d’autre part.

    Le problème central est la relation entre Kagame et ĺa France.La France reproche à Kagame d’avoir tiré sur l’avion présidentiel de Feu Habyarimana, élément déclencheur du génocide rwandais.Kagame à son tour, reproche à la France d’avoir armé et protégé les génocidaires avec leur opération turquoise.

    Et au-delà de tout ça, qui ont perdu hier?Qui perdront demain?Ce ne sont ni les Français,ni les Anglosaxons.Ce sont les Rwandais,ce sont les Burundais,ce sont les Congolais.Bref, c’est l’Afrique qui perd.Evitons de grâce la guerre dans notre région des Grands-Lacs.

    J'aime

  3. Murihenda abazungu ntibazi Abatutsi canke Abahutu! Bazi leurs interets! Ni abasuma! Baduteranya, baducemwo imigwi,barementanye genocide, washaka bayikore, biyibire nos matieres premieres atacamira, hanyuma bigire! Duce ubwenge! Dukanure tubone!

    J'aime

  4. Faites tout ce qui est à votre pouvoir, mais les burundais d’aujourd’hui ne sont plus dupes, ils sont sur terrain , ils maitrisent la vraie vérité des faits, ne perdez donc pas votre temps à déformer , à intoxiquer,à mentir, à calomnier, ça n’a aucun effet sur les burundais qui savent tout.Ils savent bien qui est avec qui , qui est contre qui.Voilà ce que les burundais maitrisent à merveille, et ils savent bien s’y prendre au moment opportun. Le reste n’est que foutaises.

    J'aime

  5. birateye ubuoba ivyo bintu si c est vrai , muga ikibabaje nikimwe le gagnant si burundi ni france , twebwe twagiye mukumarana abapha nibipha bitikire ham bafaransa bahatungire kuko turi mubindi , ibi rero bikaba bizodutwara iyindi myaka myishi kugira twubake ivyo twasambuye ham le monde nayo iriko iratera imbere tuzovyishure turuhe nabana bavyishure . mwebwe imbonerakure mukorera Peter nakagui kiwe na mwebwe ba esclaves biwe babahendesha ubuhumbi bungahe mudashobora nukuwbaka inzu ngo mugire ico muimarira muriko murikwegera akarambariye ndababuire , bahutututsitwa tuzovyishura kandi hazogera aho tubona ko twahenzwe muga ataco tugikiza . kanguka benewacu tuzokwama tubana vyanka vyakunda ,africa ntiyavumwe nitwe twama twikwegera amabi yose . gira mahoro

    J'aime

  6. Nkabibona ukuntu bitwara nkaho umenga u Burundi ni puissance mondiale!! kandi turi mu bakene ba mbere kw’isi!
    L’aguerre n’a jamais profité à personne. Nkurunziza et ses alliés devraient savoir qu’ils seront les premiers victimes de cette salle idée de destabiliser la region. et puis les tutsis et les hutu du Burundi devarient quand meme sortir de cette someil profond et se revolter pour chasser toute ces milices qui salissent et endeuillent la patrie!

    J'aime

  7. Voilà un article plein des vérités et merci à Mr Jean Jacques MAKUNGU.
    Pour en avoir le cœur net (pour ceux qui ne l’ignore encore), rendez-vous tout de suite sur google et taper : Jacques Chirac – les biens mal acquis. Il s’agit d’une petite vidéo d’1’30 seulement mais son contenu fait froid au dos et révoltant. Et lorsque ces paroles viennent de la bouche d’un géant comme Jacques Chirac, on y croit ! Il parait aussi que c’est François Hollande qui aidé Blaise Compaoré à fuir le pays lors du dernier soulèvement des Bourkinabés. Une autre vidéo est : La France, le pire ennemi de l’Afrique.
    Erega iyo bagiye gusahura Afrique ngo biha nk’uko biha mu kigega cabo. Iyo baguze naho ngo nibo ba fixa ibiciro. L’Afrique sera toujours l’esclave des grandes puissances et ça c’est une triste vérité !!!

    J'aime

  8. Aho bimeze rero, .ca me m’etonerai pas de voir akagaye nakagagazo la mujeri. Ubu, eaeundi ngo mbeire go to canje gito cuwundi yumvireho. Batutsi barundikazi. Ngo ibuye riserutse, ntiriba ricishe isuka. Nabahutubumuyima bavyumve( kuko turazi yuko Atari abahutu Bose bimeze nabi. None Barundi barundikazi, Batutsi hamwe abahutu bumutima, igihugu .ca libiya, cari igihugu cikwiye, hamwe KADAFI yariyarahaye umunyagihugu were umushahara Kandi atariko arakora.maze, kubera urwanda bamwanka bavugako yikeije, amashetani nabafaransa nkuko mwavyumvise binjira muri benegihugu nabakuru bibihugu cya Africa batembagaza intwaro ya KADAFI. None Barundi mwese, muriyumviye ukuntu abo bafaransa baciye afrika yefo, baraza muri kongo, bagaca muri tanzaniyabagerageza guhonya abatutsi nabahutu batashigikiye ikiringo ca3 va mujeri Nkurumbi iyi musi abarundi tumerewe nabi kubera oyó shetani yabazungu babafaransa.abahutu título duhona kubera abafaransa bagomba kwihorera hágame kubera ihonyabwoko bakoresheje mi rwanda, None kugira kagame akurwe kubutegetsi bagomba kubanza guhonya abatavuga rumwe ha mujeri mubahutu nabatutsi, None barundi barundikazi mwese, iyi musi murumvise yuko bwabundi atari mujeri Ariko aratwica, ni ubufaransa bariko buratumara. Simvuze ngo mujeri Nkurumbi ntagakurikiranwe, kuko yaremeye kwica abiwe, mukuduhonya Ariko nawe yariyibahiye kubera agateka yarikuronka nkabandi Barbate abahutu bigihugu cacu, gushika uyu musi ntakagifise. Azota ari mujeri nyene. Ariko rero, bagomba gushika kukubabwira nti » Mugabe ukuntu igihugu Cadi Cágate kubera oyó Stefani yumufaransa, hanyuma tuje hamwe, abarundi bahutu batutsi dukure mujeri Nkurumbi hakirikare, inyuma yaho kwikurako umuzungu uwariwe wese agomba kudutesha amahoro yacu mukuduhonyangira amateka yacu kumvo zabo baba bagomba gushikako. None, abo bazungu babafaransa ayo mashetani, afise ico bafa na KAGEME, babanze baduhonye, baduhonereze ibibondo vyacu tuvyemere? Nikuki atotumbera uwagomba gutumbera akaturekera amahoro yacu? Vanity batutsi, a ahora babona nandika, ngira bavuga bari iyi muhutu arasara numunyamacakubiri.oyaye nukuri, alarido kavurwabuko paro.tuvire hasi rimwe tutwanye uwo mugesera wumuzungu twivuye inyuma, tutibagiye kwikurako ico gikoresho c’ikijuju kitazi ivyo kiriko kirikorera nugukorera abanyagihugu gitwara.twiganzure umuzungu uwariwe wese agomba kuducanishamwo.Erega turavukana ntimugasubire guhendwa mufise ubwenge ngo mwisamburireko mukanura.akarorero murakabona.aho turage murabonako atakigenda.nimukubitize agatima mpembero musubire inyuma imyaka 15 mwiyumvire uko igihugu carikimeze, nuko kimeze iyi musi.mwabifamutima mwe.muve ibuzimu muje ibuntu tube abantu babikwiye.twizere koimihari irwana ubu bamenye umwansi canecane hakwiye guhangana no ari umuzungu yumufaransa na mujeri. Ariko en Premier lieu, nukubanza gukuraho icogifamutima cigikoresho cabo bazungu mukutumarira ibibondo vyacu.

    J'aime

  9. Barundi Barundikazi, Bahutu Batutsi mwifuza amahoro mu miryango yabo no mu gihugu catwibarutse! Ibuka wa mugani wacu uvuga uti: « Uwutazi umuti unyako »! Mushingantahe, mupfasoni, musore, Mwigeme, nimba wahora wibaza igituma abarundi bagowe, bicwa,bangazwa! Inyishu ihagaze kuvyo uyu muvukanyi wacu Petero Makungu anonosoye!Sinzi uwariwe, ariko nomusabako akomera kwijambo! Ntagire nka ba Barundi bihe amabarabara mu bisagara vyo kwisi yose barwanira agateka ka Zina muntu na demokarasi hanyuma CNARED itanguye Baca barahagarika! Emwe Nkurunziza nabiwe baciye barushiriza mwihonyabwoko bateguye atacamira! None, uyo Petero Makungu ko mbona ikinofunofu ameze nkuwakinyoye mu maberebere naheze ntacike intege duheze dushir ahabona abo bicanyi n’ababashigikiye!
    Kuvyo Petero Makungu avuze nokwongerako: La France via le CSNU fait tout pour bloquer la force (MAPROBU) proposee par UA pour proteger la population contre les forces de Pierre Nkurunziza!

    Mukomere! Abo babisha bazokwijana mbona no mu Rwanda barananiwe guheza ubwoko! Na Hitler ntavyo yashoboye! Le peuple juif evolue dans le monde! A luta continua vitoria e certa!

    J'aime

  10. Le profil bas, la honte, la bassesse, et la lâcheté caractérisent la France qui, on ne le répètera jamais assez, n’a pas gagné une seule guerre depuis Napoléon!!

    Pendant la seconde Guerre Mondiale le Maréchal Pétin et son valet de François Mitterrand ont tout fait pour exterminer les juifs de France, mais n’ont pas réussi!! De 1990 à 1994 le même sinistre François Mitterrand a envisagé une extermination totale des Tutsi du Rwanda pour continuer jusqu’à celle des Tutsi du Burundi, ce qui l’a poussé à faire tuer Le Président Ndadaye dans le même projet macabre, mais il a échoué lamentablement puisque le peuple Tutsi est toujours làjjjj! ‘qui arest istat sunt et nunc manet’,..c’est François Hollande qui prend le relais…mais il se tompe fort puisque les Hutu et les Tutsi que ce soit au Burundi, que ce soit au Rwanda vivront un jour définitivement en paix.

    J'aime

  11. Ndagushimiye cane Jean Makungu,ubu harageze ko zina Mututsi ahaguruka tukava mugacerere.Ndashaka kubibutsa kwata histoire muri Est Africa dufitaniye nubu Franca,kandi kibutsa ko aba Belges naba Allemands vyadutwaye ataco bariko barakora kugire bamire icaduka cubu franca tubanze twigwanire mukugira inama yihutirwa yo kwiga ingene isi yose yo menya ivyo ubu franca buriko bgigenza muri Africa,ama societe civil akabimenya bikavugwa mu binyamakuru hose vyo kw’isi.Harico bibagiye nuko ubu abatutsi bo mu Burundi,Rwanda ndetse na Congo turi mumihingo yo kw’isi,bivuga ko harico twovuga.Kwerekana neza ko ubu Franca ari tres dangereux pour les afriques bakora ivyo abandi bazungu badakora bamaramare.Ivyo birashoboka.

    J'aime

  12. Abafaransa ni babi ninzigo yinzikira. Abarabu nibo babazi neza, partout en commençant par les collaborateurs avec les Nazis, pendant la guerre d’Algérie baraheza bakotza aba mumuriro algériens, tutavuze leur part dans le genocide Rwandais. Igihugu ca Libiya gifise amakuba kirimwo ubu kubera abafaransa.

    J'aime

  13. Nukuri tudahendanye turiko turisamburirako nki mpene .umuhutu canke umututsi dukwiye kumenya Yuko dutegerezwa kubana atawukumiye uwundi.amahanga araduhenda,natwe tukemera.haragezeko twikubita Agashi ,tukamenya Yuko Turi bamugabo umwe.

    J'aime

  14. Merci Mr Makungu, maintenant il serait mieux que les gens avises et avec des capacites scientifiques puissent constituer sans tarder les dossiers avec preuves a l,appui
    , sur toutes les puissances exterieures qui organisent les genocides des tutsi au burundi.
    Mobilisez parallelement les tutsi sur cette question de leur survie. Une mobilisation qui serait permanente et des la premiere annee primaire.
    Le silence tue plus que tout parce qu’il laisse champ libre au developpement des ideologies de la haine contre les tutsi et a des deformations de l,histoire a la seule faveur des hutus. Il faut des aujourd,hui une conscience tutsi forte et je vous assure, elle sera imbattable. Fini les temps des hypocrisies d,une unite entre hutu et tutsi au cas ou l’impunite persiste dans les deux camps. Faites toutes les lobbies necessaires aupres des organisations epries de justice impartiale.

    J'aime

  15. Cher Jean merci pour ces éclaircissements pour le rôle que la France joue dans les pays de grands lacs et particulièrement dans ce petit pays le Burundi. La France devrait être conscient de l’histoire de 1994 du Rwanda et avoir honte d’autant de Tutsis tués et collés à son nom. Si franchement la France serait dans les coulisses de ce qui déchire le Burundi, ça serait impropre de parler liberté , fraternité et égalité en France. Le Burundi est un pays souverain et les Burundains veulent vivre en liberté, jouir la fraternité et être égaux entre eux Hutus et Tutsi. Nos frères africains devraient ouvrir les yeux et sortir de leur obscurité, vous avez besoin de ceux qui participent à la croissance de vos chers pays et non aux divisions. Nous invitons d’autres gens courageux comme Makungu Jean Jacques d’informer haut et dénoncer tous ceux qui sont entachés dans cette guerre au Burundi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s