L’apocalypse chez les tutsi du Burundi: Le mutisme à l’ONU

L’APOCALYPSE CHEZ LES TUTSI DU BURUNDI

LE MUTISME A L’ONU

https://i2.wp.com/drapeaux.etoile-b.com/photo/autres/onu_armoiries.pngNous n’avons pas fini de nous interroger sur les raisons qui poussent l’ONU à garder le mutisme sur la désignation du crime des crimes que les Hutus au pouvoir au Burundi sont en train de perpétrer contre les Tutsi de ce pays.

Depuis avril 2015 en effet, et même avant cette date, des voies n’ont cessé de s’élever contre ce génocide qui se commet au vu et au su de tout le monde, dont les conditions de qualification étaient réunies dès le départ. Réunies parce que longtemps avant le début du drame, l’ONU, l’Union Africaine, l’East African Community, les Chefs d’Etats et de Gouvernements des Puissances européennes et américaines ainsi que leurs chancelleries, étaient régulièrement mis au courant de la fébrilité avec laquelle les préparatifs du projet macabre avançaient :

  • Dès 2006, Madame Alice NZOMUKUNDA l’ancienne Vice-Présidente de la République et hutu de son état, génocidaire de 1993 à 2003, détentrice jusque-là des secrets du régime NKURUNZIZA, dévoilait le terrible secret de la constitution d’une milice affiliée au parti au pouvoir, les Imbonerakure, qui dépassaient à cette époque déjà les 30 000 hommes solidement endoctrinés pour traquer les opposants à Nkurunziza et prêcher la haine ethnique.
  • La paupérisation programmée de la Communauté Tutsi par la destruction de leur tissu économique et culturel (confiscation sans la moindre explication et sans procès ni indemnisation des terres des Tutsi, déstabilisation de leur élevage impliquant en même temps la destruction de l’un de leurs ressorts culturels,  mise ou maintien en chômage systématique des Tutsi en âge de travailler,…).
  • Début 2014, il est mis au grand jour par le Hutu Pierre Claver MBONIMPA, grand et estimé défenseur des droits humains, un vaste programme d’entraînement au maniement des armes et à l’art de la guerre,  dans les brousses de la RDC, de centaines de milliers de miliciens imbonerakure. Ils ont été évalués à 300 000, leur formation assurée par les génocidaires rwandais interahamwe et les instructeurs français basés à Goma (toujours en RDC).
  • Trois personnalités Hutu de l’opposition, Léonce NGENDAKUMANA, Domitien NDAYIZEYE et Sylvestre NTIBANTUNGANYA, tous génocidaires de 1993, se sont rendus au siège de l’Union Africaine pour tirer la sonnette d’alarme, preuves à l’appui, sur l’imminence du génocide des Tutsi du Burundi, par le régime Nkurunziza.
  • Le 3ème mandat lui-même, de toute évidence inconstitutionnel et contraire à l’Accord d’Arusha,  n’était rien d’autre qu’une ultime provocation – l’assassinat de Sarajevo en quelque sorte – destiné à déclencher les hostilités.

Aucune instance internationale ne peut donc prétendre ne pas avoir su que le génocide des Tutsi du Burundi allait avoir lieu. Et il a eu lieu effectivement. Nous dénombrons à ce jour plus de 170 000 morts, dans des conditions atroces de tortures, comme celles qui ont été filmées aux confins de la réserve naturelle de Karuzi, l’un des hauts lieux de l’horreur, de la barbarie et des fosses communes, dont le fossoyeur en chef est le prénommé Anglebert, député sanguinaire et élu illégal de la circonscription. 170 000 assassinats, sans parler des disparus qui se comptent eux aussi par dizaines de milliers et dont les cadavres, s’ils ne finissent pas dans les fosses communes pour faire simple, nous sont distillés, par petits paquets de corps horriblement mutilés, sur les bords des rues des banlieues des villes et dans les rivières qui les traversent.

Le crime de génocide ainsi minutieusement préparé depuis de longue date est donc en cours d’exécution depuis avril 2015, mais l’ONU, le Conseil de Sécurité de l’ONU, l’Union Africaine et son Conseil de Paix et de Sécurité, l’Union Européenne, etc. s’obstinent à ne pas le nommer. Pourtant il est devenu difficile et inconfortable d’appeler les choses autrement. Même certains Hutus parmi les plus en vue tels que Léonce NGENDAKUMANA, Président du FRODEBU et Président de la Coalition des partis d’opposition, Charles NDITIJE, Président de l’UPRONA, reconnaissent sans la moindre nuance que le génocide est en cours et qu’il est dirigé contre les Tutsi du Burundi.

Tous les éléments de la définition adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies sont là : une préparation méthodique du crime, une accumulation de fonds énormes destinés à financer l’opération, une fanatisation des congénères Bahutu à travers des discours incendiaires et prometteurs de bonheur après l’extermination terminée…

Alors devant cette avalanche de constats et de preuves de l’apocalypse des Tutsi du Burundi, pourquoi l’ONU, l’UA, l’EAC, l’UE, les USA, etc. s’entêtent à ne pas dire ce qui est vu et su par tout le monde, ce que eux-mêmes ont anticipativement décrit à partir d’une définition claire et précise ?

Je pense pour ma part qu’on n’a même pas besoin de l’adhésion de la France ou d’autres pyromanes de l’humanité pour dire seulement qu’au Burundi un génocide est en cours. C’est une question purement technique qui n’a pas besoin d’un accord quelconque. L’accord était nécessaire lors de l’adoption de la définition du mot par l’Assemblée Générale. Maintenant il s’agit uniquement de l’appliquer aux cas d’espèce, après l’analyse des faits et l’interprétation juridique des textes, au besoin par une commission créée à cet effet. Je n’ai pas le moindre doute qu’une telle démarche, menée loin des pressions et de la langue de bois des diplomaties spéculatives, aboutirait à moins de quelques heures seulement à la même conclusion que moi, que les Tutsi du Burundi sont en train de vivre le génocide le plus répugnant de ce 21ème siècle.

Il y a lieu de remarquer par ailleurs que la reconnaissance du fait peut et doit être détachée de l’envoi d’une force de paix. Constater la situation n’est pas synonyme de résoudre le problème. On peut ne pas réunir les conditions et les moyens d’intervenir, mais reconnaître la réalité comme elle est. Une institution se doit d’être honnête, plus qu’un individu. L’hypocrisie, le mensonge et la démagogie ont des limites, même en diplomatie ! Ils ne font qu’aggraver les blessures et tourner le couteau dans la plaie d’un peuple sauvagement assassiné.

Une délégation du Conseil de Sécurité de l’ONU vient de séjourner au Burundi du 20 au 22 janvier 2015. Elle a été convoquée aussitôt arrivée, dans un mépris souverain, à se rendre dans les provinces sous une escorte étouffante, allant jusqu’à l’agression physique et publique de la cheftaine de la délégation, l’Américaine SAMANTHA Power, et des autres membres de son équipe.

Au nom de tout le peuple burundais, nous présentons nos excuses à nos éminents visiteurs et au Conseil de Sécurité pour ce geste indélicat, indigne de nous, perpétré par des énergumènes que nous contrôlons peu, descendus tout droit de l’âge de la barbarie !

Nous osons espérer, en revenant sur le sujet, que malgré les manœuvres grossières que le pouvoir génocidaire a utilisées pour camoufler le crime et surtout son ampleur, la mission de l’ONU n’a pas été dupée. Qu’en dépit de l’effort des autorités de cacher la fumée, nos illustres hôtes n’ont pas manqué de voir que la maison est en feu, que sous la natte qui leur a été déroulé dans la case, il sentait mauvais en dessous, trop mauvais ! Et qu’ils ne manqueront pas de le dire !

Jean Jacques MAKUNGU

Advertisements

15 réflexions sur “L’apocalypse chez les tutsi du Burundi: Le mutisme à l’ONU

  1. Nibaje bose mu biganiro nkuko ONU ibisaba kuko mu Burundi haramaze gupfa benshi cane k’ubube gito bwabipfuza kurutwara biciye mu ngwano z’amoko, z’imigambwe n’iz’intara. Nugusubira rero Arusha vuba, inyeshamba/rébellions n’imigambwe, bose hamwe bagire ico bashikirije kuri kazoza k’abanyagihugu b’Uburundi na demokrasi.

    J'aime

  2. Nimureke ivyisi tubireker ab’isi natwe dukomeze urugendo iwacu niheza nta muhutu cnk umututsi azavugwa kko twese dukomoka kri data umwe nn dupfiki?ikibuze mumitima yacu ni urukundo kko ahri urukundo ntakibi kihaba.hanyuma gutukana ntaco bizatumarra.dusenge kugra ngo umudayimoni yatey tuwusende mw’izina ry’uwasamwe atagicumuro.

    J'aime

  3. vous avez toujours cette manie de commettre des forfaits et de les en accuser les Tutsi, que signifie : i nivo ni ugutwi? Niwaba utemerako Niba,Léonce, Nyangoma , aribo bateguye Génocides y,abatutsi 1993, nturi umurundi,bonyene baravyemera, wewe uvyanka kubera iki?
    Je pense que c’est la honte qui t’empêche ‘accepter les faits,noneho ntawubaza ko amata yera !

    J'aime

  4. Finalement jusqu’à ce jour il y a des gens qui n’ont rien compris ! l’ennemi unique et commun pour tous les hutu tutsi twa de bonne foie est le même : « c’est nkuru et sa clique » . pour cela je vous conseillerais de nous unir pour éradiquer ce groupe génocidaire. Ne nous attendons à ce que les NU UA ou EAC viennent nous défendre c’est une illusion. Défendons nous nous mêmes mes compatriotes. Nkuru est là pour son ventre. il ne cèdera pas le pouvoir.

    J'aime

  5. Encore une fois, je me pose la question suivante: le site Bujumbura-news fait-il un tri ou non dans les articles qui lui sont soumis? Y a-t-il un comité qui statue sur les articles polémiques? Cherche-t-il à faire un buzz à tout prix au risque de sacrifier la recherche de l’information vérifiée et objective?
    Il y a beaucoup de contre vérités dans cet article: M. CIRAMUNDA devrait logiquement le retirer de son site. C’est indécent de laisser des mensonges comme ceux-là sur le premier site d’information burundaise. Je ne prêche pas la censure, je prône un journalisme responsable.

    J'aime

  6. Extrémiste que tu es! Je t’avoue que tu viens de rater une unique et meilleure occasion de se taire au lieu de crâcher sur une place publique comme celui ton extrémiste et ta haine envers les hutus et les divisions du peuple burundais sans précedent. En 1965, 1972, 1988, 1993,… le sang des burundais n’a pas cessé d’être versé y compris même celui des hutus. Vu ton article, tout hutu est génocidaire?? Continue à vivre ton extrémisme mais tu sauras plus tard que tu as gâché ton temps rien si non les hutus , les tutsis et les twa existeront tous pour toujours au Burundi et toi tu mourras avec ta haine inaboutissante!

    J'aime

  7. Mr Arsene… erega abatutsi benshi bazi Mandi bigishije ko Umuhutu wese ari genocidaire! so ntutangare rero, kanatsinda iyi article uyiravye urabona ko ariyo kubiba urwanko!
    Nahumwe wese gutahura iryavuzwe ICO rigomba kuvuga…
    Irambire

    J'aime

  8. A ce Monsieur qui s’appelle Makungu, je voudrais attribuer le nom de MUKUNGU car son article est de nature incendiaire.Si tu appelles Leonce, Sylvestre et Domitien genocidaire de 1993 seulement parce qu’ils sont Hutus, toi aussi tu es genocidaire de 1959,1965, 1972, 1988 a ntega Marangara, a ne citer que cela.Tu oublies la pauperisation qu’a endure le peuple Hutu pendant plus de 40ans, lorsque les Hutus qui reussissaient au concours ne pouvaient pas aller au secondaire, a leur place les Tutsi,lorsque les bourses d’etudes, etc…..Tout cela ne te dit rien?

    En plus, je souligne que de tels soi-disant compositeurs d’articles riches d’extremistes ne font que reveiller l’extremisme de l’autre part car insister qu’ on donne au tueries qui se font le nom de « genocide des Tutsis »,n’as pas de sens parce que plus de Hutus que de Tutsi ont ete tues sans que ce MUKUNGU ouvre sa bouche pour decrier.

    Clin d’oeil aux gestionnaires du site: » Vous risquer de semer une graine d’extremisme dans vos lecteurs sans que vous le sachiez en postant de tels articles sur votre site ».Par exemple, moi je suis oppose au 3 eme mandat de Nkurunziza mais je me sens revolte par cet article de Mukungu.Nous voulons un Burundi nouveau, ne contenant pas des raisonnements semblables a ceux de MUkungu.Merci

    J'aime

  9. Cessez cet extremisme. Nkuruziza et sa clique ne visent pas les tusti seulement, mais tous ceux qui sont contre ce troisième mandat illegal. Cessez alors d’inventer d’autres raisons pour susciter compasion. Meme si on évacuait tous les tutsi pour les proteger contre ce soi-dosant génocide, le Burundi ne serait pas stable. Ceux qui ont manifesté leur desaccord ne sont pas seulement les tutsi mais les burundais, hutu, tusti et twa ensemble.

    J'aime

  10. Tout ce qui divise est de nature mauvais. L’article qui condamne en masse tous les leaders hutus de genocidaire me semble plutot teleguide par Nyamitwe. Car il cherche a mettre tous les hutus sous la meme defensive. Aujourd’hui on a a faire avec un systeme corrompu qu’il faut dementeler. Melanger le probleme avec l,, extremisme temoigne de la faiblesse ideologique. Apres le combat Centre les crimes et la mise en place d’un leadership eclaire on procedera a restitution historique et identifier les fossoyers d’hier.

    J'aime

  11. M. Jean Jacques, il ne faut pas être extrémiste! Abantu bose n’abantu, ntanyagupfa kandi ntanyagukira. Ivyo bijambo vyanyu vyokwama muvuga ngo Abatutsi barahonye canke ngo abahutu barahonye izo n’invugo ziva kubadayimoni. Igihe Imana yarema umuntu ntiyabavanguye ngo uyu n’umututsi canke ngo n’umuhutu. Uwica uwundi wese aba ari umwicanyi uko vyogenda kose n’impamvu iyariyo yose. Amaraso yabantu nzi nez ko iyo asesetse bizanira umuvumo igihugu cose. Haragezeko abarundi mwisubirako mukareka gutandukanwa n’amoko. Amazuru yabamwe namba ari maremare, arico bokwishimira canke cotuma bagaya abandi, nibayaduze bamanure imvura bayikwegesheje amazuru! Abafise ayagutse nabo nibakuremwo imodoka n’ubuki ubukene buhere mu gihugu c’Uburundi!

    Ntamahoro kubishimira amako yabo, ntamahoro kubicanyi, ntamahoro kubanyamacakubiri, ntamahoro kubanyavyaha! Harageze ko mwihana mugaharanira ineza yabose, mugakunda bose mutavanguye. Ataruko naho ONU yobafasha mugashika umwe wese kuvyo ashaka, urubanza rw’Imana ruguma rubarindiriye. Agakiza k’Imana gatangirwa ubuntu uwuzokanjanjako azohona ntakibuza! Ndabipfuriza kwihana mukazoronka ubugingo budashira, mukazokwama mu mahoro adashira.

    J'aime

  12. Je trouve triste qu’une personne puisse faire de telles déclarations. Sur quelles bases établissez-vous que Ngendakumana, Ntibantunganya et Ndayizeye sont des génocidaires? Nkurunziza n’est pas un président hutu qui est là pour l’intérêt des Hutu. Votre raisonnement ne fait pas sens. Lorsqu’il a fait poser des mines dans les rues de Bujumbura, ce n’était pas pour cibler les Tutsi. Parmi ceux qui ont succombé sous les balles de Bunyoni et consorts, les Hutu sont peut-être les plus nombreux. Nkurunziza est un sanguinaire sans foi, il faut le traiter comme tel. Mais génocide contre les Tutsi, je pense que vous avez tort.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s