Sommet de l’Union africaine: toujours pas d’accord sur le Burundi

https://i2.wp.com/scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_7I4FO_0.jpg

Le président kényan Uhuru Kenyatta au Conseil paix et sécurité de l’UA sur le Burundi, à Addis-Abeba le 29 janvier 2016 © TONY KARUMBA / AFP

Un Conseil de paix et sécurité restreint s’est tenu vendredi 29 janvier à Addis-Abeba, à la veille de l’ouverture du sommet de l’Union africaine. Une douzaine de chefs d’Etat présents ont, sans surprise, discuté du Burundi, du bras de fer entre la Commission de l’UA et le gouvernement de Bujumbura. Ce pays est enlisé dans une crise profonde depuis neuf mois, mais son régime s’obstine à refuser la force de protection décidée par l’UA.

On attendait beaucoup de la réunion consacrée vendredi soir au Burundi, et l’on se prenait presque à rêver d’un consensus. Mais le rendez-vous a accouché d’une souris. Après cinq heures de discussions : rien. Aucune décision arrêtée, mutisme du côté des chefs d’Etat présents.

Finalement, le commissaire Paix et Sécurité de l’UA, l’Algérien Smaïl Chergui, a dû annoncer qu’aucun accord n’était finalisé sur le Burundi et que la question était renvoyée à ce samedi avec l’ouverture du 26e sommet de l’UA.

Au début de la rencontre, pourtant, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a félicité l’Union africaine pour « le signal fort » qu’elle avait adressé à tout le continent lorsqu’en décembre, elle avait autorisé le déploiement d’une force au Burundi.

Mais ensuite, dans le huis clos entre la douzaine de chefs d’Etat africains présents à ce Conseil paix et sécurité de l’UA, plusieurs présidents, dont le Gambien Yahya Jammeh, se sont élevés contre ce qu’ils appellent une « atteinte à la souveraineté d’un pays africain ».

Le ministre des Affaires étrangères burundais Alain Aimé Nyamitwe l’a redit : « A aucune condition nous ne sommes prêts à accepter cette force. » Le gouvernement burundais se dit capable de contrôler son pays. C’est un État souverain.

La souveraineté étant sacrée, certains Etats se rallient à la position burundaise : sans consentement de Bujumbura, pas de déploiement possible.

La crise au Burundi aurait pourtant fait 400 morts selon les Nations unies. Amnesty International vient de publier des images qui, selon l’ONG, prouveraient l’existence de fosses communes. « Comme les armes de destruction massive en Irak, on attend de les voir », a déclaré M. Nyamitwe.

le 30-01-2016 à 08:02, http://www.rfi.fr/afrique

Publicités

5 réflexions sur “Sommet de l’Union africaine: toujours pas d’accord sur le Burundi

  1. Mr Bigirimana Jean, si au Burundi des gens se sont levés contre la candidature de Nkuruziza, c’est parce que nous sommes un peuple moins manipulable que ceux des autres pays que vous avez cités. Les guerres que nous avons vécues nous ont ouvert les yeux. Quand Nkuruziza a voulu changé la constitution il n’a pas pu, et c’est pour cela qu’il s’est mis de force, après avoir chassé ceux de son parti qui étaient contre et aprés une mascarade d’élections. Alors, laissons le temps faire son cours, le futur nous dira. Mais prions sans cesse au Roi de des rois, Jésus Christ, de nous donner la paix.

    J'aime

  2. Bavandimwe reka mbabwire, niba Leta y’u Burundi idashaka force iza gukingira abarundi bariho bicwa bazira ko badashyigikiye mandate ya 3 ya Nkurunziza, nta gitangaza kirimo kuko yaba ije kubahagarika kandi bashaka gukomeza kubica. Gusa ayo magambo yose ariho avugwa nuko Nkurunziza agifite akabaraga umunsi yatewe hafi gufatwa muzima, niwe azasaba inkunga y’ingabo ziza kumutabara icyo gihe nawe abe yitiguye ko bizamugora. Ubu bwari uburyo bwo kubuza na za Rebellion gukomeza gutera hanyuma bakajya muri negociation. Ubu rero igisigaye harakora umuheto kandi Nkurunziza niwe uzabihomberamo kuko niwe uzabazwa amabi yose ariho akorerwa I Burundi. Yamenyako I Burundi nta Ruganda rw’imbunda ruhari, abazimuha bazaziha n’abandi kandi bo bashaka isoko.

    J'aime

  3. Le monde entier sait très bien que les escadrons de mort qui sèment la terreur et la mort dans certains quartiers de Bujumubra en l’occurrence sont armés par Kagame. Ce fait est de notoriété publique. Au demeurant, certains membres de ces escadrons ont été présentés au représentant d’Obama et à la presse internationale. Madame Zuma, présidente de l’UA a été parfaitement informée et conséquemment, elle connaît les véritables auteurs des crimes commis au Burundi. Dans tous les Etats du monde, le devoir premier de tout gouvernement est d’assurer la sécurité des citoyens. Cette mission est impérative. Les assassins des citoyens et policiers burundais doivent en tout état de cause être mis hors d’état de nuire. C’est ce que fait le gouvernement légal du Burundi. Il convient de rappeler que les autorités burundaises ont été choisies librement par le Peuple Burundais et que sous réserve de mauvaise fois, nul ne peut contester leur légitimité.
    La mal qui ronge notre région et certains quartiers de Bujumbura a notoirement son siège au Rwanda. Le véritable auteur des crimes commis au Burunndi est Kagame et exclusivement celui-ci. Pour des raisons incompréhensibles pour tout homme rationnel, l’Union Africaine et l’ONU opèrent une fuite en avant. Au lieu de sommer Kagame à respecter la Charte de l’UA et celle de l’ONU dont les dispositions s’imposent au Rwanda, Madame Zuma et Ban Ki-moon demandent au gouvernement burundais et partant au Peuple Burundais d’accepter l’inacceptable c’est-à-dire ce qu’aucun gouvernement légal digne de ce nom ne peut accepter: accepter la présence des soldats étrangers sur le territoire burundais, au lieu de les envoyer au Rwanda, siège du mal. C’est méprisant à l’endroit du Peuple Burundais.
    Il faut espérer que, pour l’honneur et la dignité du Peuple Burundais, le président Nkurunziza continuera à opposer irrévocablement une fin de non-recevoir au chantage de Madame Zuma et de Ban. Il en va de la crédibilité du gouvernement légal du Burundi. Il doit suggérer à Madame Zuma d’envoyer ces soldats au Rwanda et nullement au Burundi. C’est une question de bon sens élémentaire. Madame Zuma et Ban ont pour mission première de faire respecter les dispositions des chartes de l’UA et de l’ONU par les Etats membres sous peine de sanctions. Kagame a maintes fois impunément bafouer les chartes de l’ONU et de l’UA. C’est en raison de cette impunité qu’il s’est octroyé le passeport de commettre des crimes non seulement dans son pays à l’endroit des Rwandais comme en témoignent des cadavres des Rwandais ligotés que les pêcheurs burundais ont trouvé dans le lac Rweru mais également au Burundi contre les citoyens burundais, le tout au vu et au su du monde entier.
    La question posée est la suivante: pourquoi ce mépris de Madame Zuma à l’endroit du Peuple Burundais? En l’espèce, dès lors que les causes et les auteurs des crimes commis au Burundi contre les citoyens burundais dont les policiers et les militaires sont connus, la question que tout homme rationnel bien informé sur ce sujet peut raisonnablement se poser est la suivante: pourquoi ce mépris de Madame Zuma à l’endroit des Burundais? Le Peuple Burundais vient du fond des âges. Il n’a pas attendu qui que ce soit pour manger et vivre. Tout mépris à son égard est inopérant. Le président légal du Burundi, au surplus le plus démocratique dans notre région, doit prouver à son Peuple que l’honneur et la dignité du Peuple Burundais n’a pas de prix et que toute manœuvre tendant à lui demander de les bafouer est en tout état de cause inopérante.
    Ce que doit Madame Zuma est de sommer Kagame à respecter la charte de l’UA. A défaut, demander aux présidents africains présents à ce sommet de prendre des mesures qui s’imposent contre un hors-la-loi notoire. Osera-t-elle le faire ? Alors qu’elle connaît les causes du drame qui frappe les citoyens burundais de certains quartiers de Bujumbura, par ses déclarations minables et pitoyables contre le gouvernement légal du Burundi, elle s’est déjà discréditée à telle point qu’il serait raisonnablement logique de se demander à ce qu’elle fait. Elle est payée pour faire quoi ? Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les blancs prennent les nègres pour des gens incapables à tout point de vue de diriger un groupe et/ou de prendre une décision dans l’intérêt de leurs peuples. Au regard de l’Affaire Burundaise, nul ne peut prouver le contraire. Comment Kagame peut-il former et armer les escadrons de la mort qui vont ensuite semer la terreur et la mort dans un pays voisin avec l’appui de la Belgique entre autres au Burundi au vu et au su de monde entier sans que Madame Zuma ne le somme à respecter la charte de l’UA, sous peine de sanction ? Les faits ne sont pas à prouver car ils sont notoires. Que fait Monsieur Ban? Pour Kagame, les chartes ci-dessus évoquées sont de vulgaires papiers dépourvus de valeurs juridiques qu’il peut bafouer comme bon lui semble. Pour lui et ses sponsors, la vie humaine des Burundais comme celles des Congalais Rwandais et n’a aucune signification.

    J'aime

  4. Il n’y aurait pas autant de morts au Burundi s’il n’y avait pas eu des rébellions et des soi-disant manifestations! Alors, qui en sont les responsables? Dans quel autre pays en Afrique cela pourrait se faire sans que le gouvernement ne réagisse? Est ce au Rwanda voisin? Vous ne connaissez pas qui est Kagame. Que fait-il de l’opposition? Parle-t-elle? Est-ce en Ouganda? En RDC? Où alors??? Seulement au Burundi l’opposition a eu trop d’émotion et pensait qu’elle serait soutenue par la population qui quant à elle est restée très sereine et n’a pas cédé à la quasi folie de certains politiciens. L’UA serait sage si elle disait à toutes les rébellions du Burundi de déposer tout simplement les armes et de demander pardon au peuple burundais qui en a assez des guerres. On en a vraiment assez. Nous voulons na paix, rien que la paix et construire la démocratie. Pourquoi les politiciens ont-ils peur des élections? On a peur de les perdre? Mais c’est normal! Tous ne peuvent gagner en même temps! Il faut bien attendre son tour sans se presser.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s