La MAPROBU mise en hibernation

https://i0.wp.com/bwiza.com/wp-content/uploads/2015/12/frd-1024x576.jpgLa question burundaise n’accorde pas du repos au monde entier. Le conseil de sécurité s’est déplacé au Burundi pour convaincre Nkurunziza d’accepter l’envoi de la force MAPROBU et de s’engager dans un dialogue inclusif.

L’envoi de cette force MAPROBU déjà décidé par le conseil de paix et sécurité de l’Union Africaine s’est heurté au refus catégorique de Pierre Nkurunziza. Face à ce refus, les présidents africains devaient prendre une décision radicale d’envoyer ces troupes en force. La décision devait être prise au deux tiers des chefs d’Etat. Les chefs d’Etat ne sont pas arrivés à ce vote car les tendances étaient déjà connues. Le vote positif ne pouvait pas atteindre les 2/3 des membres.

Hésitation des chefs d’Etat africains

 Les Présidents gambien et équato-guinéen ont lancé une salve d’ attaques contre la MAPROBU. L’Angola, la Tanzanie, la Namibie  et l’Afrique du Sud ont appuyé le refus de la Gambie et de la Guinée équatoriale. D’autres chefs d’Etat ont préféré se taire pour ne pas entrer en confrontation directe sur cette question d’envoi des troupes. Il faut dire que Nkurunziza avait fait un grand travail de lobbying au moment où l’opposition se reposer sur ses deux lauriers. Les chefs d’Etat n’ont eu qu’une seule version. Le CNARED devait se ressaisir. C’est en quelque sorte son échec.

L’Union africaine est en fin de compte l’Union africaine des chefs d’Etat. Celle des peuples n’existe pas encore. La protection des chefs d’Etat prime sur celle des peuples comme si les chefs d’Etat pourraient diriger des pays sans peuples.

Les chefs d’Etat ont peur que l’envoi de ces troupes soit le début du commencement; ce qui pourrait mettre en danger les dictateurs qui tuent leurs peuples. Ils s’identifient avec Nkurunziza. La peur du printemps africain les hante. Ils aimeraient que ce printemps s’arrête au Burkina Faso.

Que faire ?

L’Union africaine est à la croisée des chemins et surtout le Président Idriss Deby. Il est le nouveau président en exercice de l’Union africaine. L’ envoi de ces troupes est aussi son défi car si la situation empire, il n’aura aucune solution que celle de contempler le malheur du peuple burundais. Il devra assumer. C’est la même chose pour Mme Zuma.

Pour les Burundais, les espoirs sont déçus. Il fallait s’y attendre. Comme il fallait être politiquement correct, il était difficile d’affirmer qu’il n’ y aura pas d’envoi de troupes au Burundi. Les morts burundais ne motivent pas assez une intervention militaire en phase de combat pour ces chefs d’Etat. C’est un engagement fort qui requiert de fortes personnalités comme Mandela, Nyerere, Nkrumah, Nasser, Sankara. Aujourd’hui, l’Afrique souffre de ses maux mais elle souffre surtout du vide créé par le départ de nos illustres héros africains. Les places sont vides. Les chefs d’Etat dignes de l’Afrique manquent. Si le Président rwandais fait redorer le blason de l’Afrique, la question burundaise est un piège pour lui et se retrouve les mains liées.

Les Burundais doivent compter sur eux- mêmes. Il est temps de dépasser les sentiments, les faux espoirs, l’usure des genoux pour prier un Dieu qui a déserté le Burundi et qui n’écoute pour le moment que Nkurunziza. L’union est toujours souhaitée mais la trahison, les mensonges ne payent pas. La lutte sera longue. Celui qui dira qu’elle durera quatre ou cinq mois sera un menteur. Elle nécessitera un engagement de chacun. Elle n’est ni ethnique, ni régionale. Les hutu sont tués comme les tutsi. Chez les imbonerakure, il n’ y a pas de cadeau. Certains des cadavres sont des imbonerakure tués par le camp Nkurunziza parce qu’ils ont des secrets et ce camp craint des révélations, d’autres hésitent ou refusent même d’aller tuer les tutsi. Ils subissent le châtiment. Ce pouvoir est dangereux pour toutes les ethnies, tous les partis, y compris le CNDD-FDD. Beaucoup de  membres influents du CNDD-FDD disent hors micro comme on le dit qu’ils ont peur, qu’ils ont l’impression que Nkurunziza est devenu fou et qu’il écoute personne. Personne n’ose plus lui dire ce qu’il ne veut pas entendre.

Une petite MAPROBU pourra être envoyée au Burundi

 L’Union africaine sera ridiculisée par Nkurunziza. Elle tient à envoyer la MAPROBU. Les négociations vont tourner autour de la mission de la MAPROBU. On parle déjà de sécuriser la frontière avec le Rwanda. Or, il n’ y a pas eu d’attaque sur la frontière avec le Rwanda. Les combats se déroulent dans la capitale Bujumbura et au sud du pays. Or, le Rwanda se trouve au Nord. Nkurunziza aurait dû accuser le Congo plutôt car c’est le pays qui est à moins de dix kilomètres de la capitale. MAPROBU serait envoyée dans les quartiers contestataires pour désarmer la population non armée. Ca sera une façon de la ridiculiser. Les massacres pourront alors continuer avec une force inerte par des missions ramenées au rabais juste pour sauver la face. Nkurunziza cherche une acceptation de mission conjointe MAPROBU-police-Imbonerakure afin de la réduire et de la désorienter.

Les Burundais pourront regretter l’arrivée de cette MAPROBU car elle pourra avoir la mission de chasser les rebelles plus que les criminels de Nkurunziza. Ce n’est pas la MAPROBU qui pourra sécuriser les opposants pour un dialogue au Burundi.

Burundi news, le 31/01/2016, RUKINDIKIZA Gratien

Advertisements

6 réflexions sur “La MAPROBU mise en hibernation

  1. Moi aussi comme l’a dit le premier commentateur, je m’inscris en faux contre les propos de Monsieur Rukindikiza qu’il faut renoncer a prier soit-disant que Dieu aurait déserté le Burundi et n’écoute qu’une seule personne.c’est n’est pas juste,Dieu ne déserte pas car Il vit partout en même temps et écoute tout le monde sauf les pécheurs.Mais un pécheur qui se repend(reconnait ses péchés et les confesse) celui-la Dieu l’écoute. Donc, Dieu attend de nous de ne pas commettre les péchés et lui dire ce qui va bien et ce qui ne va pas bien. Car Il est notre père. Je t’inviterais a lire Philipiens 4: 4,… montrer toutes choses a Dieu par des prières et des supplications et des actions de grâce…Tu serais peut-être surpris si tu apprends que nous pouvons rendre des actions de grâce a Dieu même pour la situation actuelle au Burundi!Car sa parole nous recommande de le remercier en toutes choses ( y compris dans les difficultés comme celles dans lesquelles le Burundi se trouve).Bref, la solution du problème Burundais et même mondial est par la voie de la prière et précisément par la Puissance Divine.J’invite tout un chacun a changer de vue et de suivre Jésus Christ car c’est lui le chemin, la vie et vérité.La vérité du Burundi sera connue a travers Jésus Christ…cherchons a nous affilier a lui et nous ne serons pas déçus.A défaut, nous essuierons des échecs en échecs.

    J'aime

  2.  » l’usure des genoux pour prier un Dieu qui a déserté le Burundi et qui n’écoute pour le moment que Nkurunziza »

    Monsieur Gratien,
    Je suis désolé de vous entendre entrain de dire que » Dieu a déserté le Burundi »!! comment?
    au fait si tu ne t’approche pas de LUI et que tu sois loin de Dieu dans tes pensée et tes actions journalières ne t’en prends pas de notre Tout-Puissant. il est là, et au contrôle de tout.
    le commentaire de PONTIEN en dit long.
    Je vous conseillerais de demander pardon à DIEU et aux lecteurs de votre analyse.

    J'aime

  3. Le rétropédalage des Chefs d’Etat africains sur la question de l’envoi d’un contingent militaire de paix au Burundi n’est une surprise pour personne. Regardez la photo de famille à l’issue du sommet et vous verrez que nombre des président en exercice sont des dictateurs ou des fossoyeur de la démocratie dans leur pays.
    Qu’on se le dise, la MAPROBU était une très mauvaise solution car personne n’imagine les dommages humains et matériels qu’auraient causés les affrontements entre l’armée de Nkurunziza et celle de l’UA. Le risque d’échec ou d’enlisement était réel.
    Et pourtant, un embargo sur les importations et les exportations mettrait Nkurunziza et son équipe à genou avec très peu de moyens. Pourquoi l’opposition et les sociétés civiles ont-elles perdu de vue cet outils qui a été efficace à l’époque du règne d’un autre Pierre?
    On réagit tous comme les moutons de Panurge. L’opération de diversion a été efficace! Il a suffi qu’une personne lance l’idée d’une mission d’interposition et tout le monde l’a reprise comme une panacée. On n’a plus pensé à rien d’autre! L’héritage de la pensée unique est encore trop tenace dans notre vieux logiciel de raisonnement. Impinga iracari ndende, mwishwanje!
    Qu’on se le dise aussi, cette décision des chefs d’Etat montre les limites du CNARED: sa diplomatie, son lobbying est encore balbutiant. Son carnet d’adresse est encore presque vide. A suivre….

    J'aime

  4. Monsieur RUKINDIKIZA, votre analyse est pertinente. En fait ces troupes une fois venues, que feront-elles? Vont-elles combattre du côté des rebelles? C’est inadmissible! Vont-elles empêcher la police burundaise de faire son travail de tous les jours? C’est impensable! Alors, que feront-elles au juste? Plutôt, les groupes armés n’ont qu’à déposer les armes et donner la paix aux burundais qui sont fatigués des guerres. D’une guerre entre burundais personne ne gagne. Laissons la démocratie grandir, tous seront contents.

    J'aime

    • M. Bigirimana, les burundais qui sont fatigués sont ceux qui défendent leur cause personnelle, ce sont Nkurunziza et ses soutiens, ce sont eux qui vont s’épuiser. Ceux qui luttent pour défendre ce pays contre les intérêt égoïstes, pour la liberté et la vérité ne font que commencer et ne se fatigueront jamais. Ils vaincront. Chaque mort, chaque blessé est une raison de plus, une motivation de plus pour abattre le dictateur et lui faire payer le mal qu’il a commis à l’endroit de ce pays. La mort, la terreur, la division, la pauvreté et la régression dans tous domaines, telles sont ce que Nkurunziza fait payer au Burundi pour rester au pouvoir. Ceux qui n’ont rien compris parmi les burundais toutes ethnies confondues ne réalisent pas qu’un groupe de vampires est entrain de sucer le sang de tous les burundais de toutes les ethnies. Tout au long de cette lutte, les gens comprendrons. C’est la force de ceux qui sont morts qui va alimenter la lutte et ne vous en faites pas et soyez certains, Nkurunziza et ses soutiens sont au bout du rouleau. Il n’y en aura pas pour longtemps.

      J'aime

  5. Malheureusement, tu ignores Le Tout-Puissant! Urinze uvugako abantu bakwiye kureka gusenga Imana ngo ntibumva ngo yumva Nkurunziza wenyene, aho ntanumwe w’umutimana akwiye gushigikira ivyiyumviro vyawe! Uretse Imana , uvuzeko itatwumva uba urogose kuri yo kandi vy’ukuri ntaho yigeze yibagira uburundi n’abarundi. Yesaya 59: 1-4 havuga ngo: Ehe ukuboko kw’Uhoraho ntikubaye kugufi ngo kunanirwe gukiza n’ugutwi kwiwe ntikwapfuye ngw’inanirwe kwumva , ariko ibigabitanyo vyanyu nivyo vyabatandukanije n’Imana yanyu bituma yanka kwumva…….
    Reka rero gutuka Imana ngo ntiyumva abarundi, iguma ari Imana , uko yamye niko iri, niko izohora ibihe bidashira.

    Umuntu wese yica abandi , n’umwna wa Satani kuko niko Biblia ivuga muri Yohana8:44. Yaba abari muri leta canke abayirwanya, nimubimenye yuko umuntu wese yica uwundi aba ari umwana wa satani kandi ivyo se wiwe satani ashaka nivyo akora.Ndagira inama umuntu wese asoma yisubireko ntahave asnaga ari umwana wa satani aho kuba umwana w’Imana.
    Murakoze nokwihana!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s