Des ex-FAB à nouveau cible d’arrestations par le SNR

https://burundi24.files.wordpress.com/2015/12/qui-sauvera-les-militaires-burundais.jpg?w=363&h=242Plusieurs arrestations sont signalées ces derniers jours dans les corps de défense et de sécurité. Les militaires et policiers issus des anciennes Forces Armées Burundaises (ex-FAB), les agents de transmission de ces anciens officiers et les chauffeurs de certains des officiers en exil sont les plus visés. Les familles de ces militaires et policiers demandent la sécurité des leurs.

Selon des informations en provenance des corps de défense et de sécurité, plusieurs arrestations sont opérées depuis un certain temps. Les personnes les plus visées sont les anciens officiers issus de l’ancienne armée dite FAB. Ces arrestations sont opérées par des agents du Service National des Renseignements qui arrêtent les hommes ciblés où qu’ils se trouvent : dans la rue, à leur domicile ou à leur lieu de travail.

Cette chasse aux ex-FAB cible ces temps-ci surtout les anciens chauffeurs ou agents de transmission des officiers issus des anciennes Forces Armées Burundaises aujourd’hui en exil. Les cas récents sont ceux du chauffeur de l’ancien directeur général de la police nationale et celui de l’ancien chauffeur du commissaire de police Léonard Ngendakuriyo. Ce chauffeur du nom de Blaise Misigaro a été arrêté dans la zone Jenda, province de Bujumbura. Selon un témoin de cette arrestation, « pour le moment, on ne sait pas où est incarcéré cet ancien chauffeur du commissaire de police Léonard Ngendakuriyo ».

Blaise Misigaro avait été muté dans la zone Jenda où il conduisait un camion de la police. La peur a envahi les amis et les familles de ces hommes vus comme des victimes arrêtées illégalement par le SNR un à un. « Nous avons peur car ils sont enlevés un à un et personne ne sait où ils sont incarcérés. Nous pensons que d’ici peu nous allons les retrouver dans les caniveaux ou des marais » affirme une autre source proche de la famille.

Plusieurs membres des forces de défense et de sécurité affirment que ces arrestations ciblées ne font qu’accroître le climat de tension et de malaise au sein de la police et de l’armée. En plus de ces cas récents de policiers qui ont été arrêtés et conduits vers des destinations inconnues, des informations font état de l’arrestation imminente des gardes du corps de l’ancien ministre de la défense et des anciens combattants, le Général-major Pontien GACIYUBWENGE lui aussi en exile en Belgique.

jeudi, 04 février 2016 13:01, http://www.rpa.bi/

Advertisements

5 réflexions sur “Des ex-FAB à nouveau cible d’arrestations par le SNR

  1. @Mabinga Assurer la sécurité de tout le monde en incluant des ex-FAB et des ex-rebelles était peut-être une bonne idée, mais elle restera ineffective à moins qu’il y ait un ajustement majeur. Pourquoi? Parce que les soldats ne peuvent jamais être efficaces par eux-mêmes s’ils n’ont pas de leadership politique au gouvernement. C’est comme un corps musclé mais sans cerveau. Un cerveau sans muscles est inefficace, tout comme les muscles sans cerveau sont également inefficaces.

    Les ex-rebelles ont à la fois les troupes et le leadership politique, en l’occurrence Nkuru et son appareil dd. Côté ex-FAB, le leadership était censé venir du premier vice-président de la république selon l’idéal du schéma d’Arusha. Or les dd ont achevé de vider ce poste de son sens le jour où ils ont renvoyé Busokoza pour le remplacer par Bazombanza.

    Aujourd’hui on a Sindimwo qui n’hésite pas à déclarer qu’on a seulement le choix entre se soumettre, se suicider ou s’exiler. Il ne fait que singer Nyabenda dans son radicalisme. Ainsi privé de leadership politique, les élements ex-FAB ne peuvent être d’aucune efficacité.

    Ils ne peuvent même pas se protéger eux-mêmes personnellement. Il est hors de question qu’ils puissant protéger d’autres personnes ciblées par le régime. Ils peuvent tout au plus faire une sorte de grève du zèle comme on l’a presque observé lors des manifestations l’an passé. Mais même là c’est à leurs risques et périls. En plus les dd peuvent simplement décider de ne pas les déployer dans une situation donnée. C’est ce qui s’est passé lors de la répression en province Cibitoke fin 2014 – début 2015.

    En fait ils subissent le même génocide au compte-goutte comme le reste de la population tutsie. Encore une fois, ils ne peuvent organiser de résistance ni empêcher les crimes dd sans leadership politique clair.

    J'aime

  2. Personne n’a pitie pour ces ex-FAB, namba bararozezwe. amaze kubakuramwo bangahe bishwe ugwo agashinaguro ? Nabakirondera amata mumatako y’igihori nibaririndire. Bagomba tubafashe iki, mugihe twari tuzi kwaribo bodukingiye bakaba batumariye abana babona.

    J'aime

  3. Ntibashobora n ukwigwanira. Ils sont pitoyables et ils appellent les civils au secours quand ce sont eux qui ont les armes. La conséquence y ubukunzi bw inda bw abachefs babo qui préfèrent lécher les bottes de Nkurunziza pour des miettes. Nibawunywe on s en sacre, abasoda baragiye hasigaye ingwerigweri zirerekera abazimarira abana zirorera.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s