Ce qui est nécessaire pour la réussite de la visite des cinq chefs d’État africain selon le président NTIBANTUNGANYA

Ce qui est nécessaire pour la réussite de la visite des cinq chefs d’État africain selon le président NTIBANTUNGANYA

Pour lire l’intégralité de l’article en PDF cliquez sur le lien ci-dessous

Trois conditions pour la réussite de la mission de la « Délégation de Haut Niveau de l’UA au Burundi

ass-ado-protest

Advertisements

3 réflexions sur “Ce qui est nécessaire pour la réussite de la visite des cinq chefs d’État africain selon le président NTIBANTUNGANYA

  1. Je voudrais completer l’intervention du President Ntibantunganya qui, j’espere, me lira sur les deux aspects suivants:

    1º Sur les protagonistes: vous proposez a juste titre que la delegation vienne convaincre le President Nkurunziza d’accepter des négociations (le mot dialogue inclusif est deja désuet) entre son camp et le camp contre le 3e mandat, car tel est en effet le litige pendant. Je suis 100% d’accord avec vous. Viennent alors les modalités d’execution de cette attente qui a trop duré. Question: Comment la forcer?

    Constat 1: Nkurunziza, qui dit avoir été inspiré par Dieu, ne veut rien entendre de qui ose encore remettre en cause son 3eme mandat qu’il juge (a) legal et (b) en cours d’execution.

    Constat 2: De mon vivant (j,ai presque le meme age que vous Mr le President), je n’ai jamais vu un President qui va négocier la fin d,un mandat qu’il dit legitime et qui vient a peine de débuter. Et cela transparaît dans le discours de ses lieutenants qui craignent pour un lendemain incertain. Les deux Nyamitwe (fruit du népotisme, en passant!) remuent terre et ciel pour faire comprendre qu’on devrait oublier les elections et envisager de petits adjustements pour accommoder les frustrés.

    Question: Comment fait-on donc pour FORCER Nkurunziza a accepter ces négociations irréversibles?
    2º Ma proposition est simple: Le baton (la carrotte a echoué). Comment concretement?

    Apres la visite du Burundi, et en fonction de la reaction de Nkurunziza, la delegation des 5 chefs d’Etat devrait:
    a) annoncer a Nkurunziza que comme il ne veut pas coopérer, il sera frappé d’embargo économique immédiat (a l,instar de celui imposé a Buyoya II). Et s’il dit qu’il s’en fout (comme on s’y attend), allez a (b).
    b) Les cinq chefs d’Etat devraient (en equipe) rendre visite au Kenya, a la Tanzanie, au Rwanda, a la RDC et la la Zambie pour transmettre un message clair de l,UA via son President Idriss Deby libellé ainsi: L’UA decide d’imposer des sanctions économiques au regime de Nkurunziza et instruit les pays limitrophes de collaborer.
    Et au lieu de gaspiller des fonds dans la Maprobu, l’UA deploierait une mission de surveillance du respect de cet embargo, sur les frontières burundaises.
    Nkurunziza ne pourra pas tenir pendant 1 mois. Et les négociations ne seront plus nécessaires.
    3º Pensez intelligemment Messieurs les politiciens sinon… l’ouragan risque d,emporter tout sur son passage. Conseil d,un Inararibonye desinteressé. Je vais a la retraite dans 2 ans!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s