Quand l’UA veut se donner bonne conscience

DELEGATION AFRICAINE DE HAUT NIVEAU AU BURUNDI :
Quand l’UA veut se donner bonne conscience

http://i1.wp.com/lepays.bf/wp-content/uploads/2016/02/IMG_78955.jpg?resize=660%2C330Face aux tueries qui se poursuivent au Burundi, l’Union africaine (UA) ne démord pas de son idée d’envoyer une force de stabilisation dans ce pays. C’est dans ce sens que, faute de pouvoir y déployer ses hommes sans le consentement de Bujumbura, l’institution africaine veut y dépêcher une délégation de haut niveau, composée de quatre chefs d’Etat et d’un Premier ministre. Ainsi, les présidents, mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, sud-africain Jacob Zuma, sénégalais Macky Sall, gabonais Ali Bongo Ondimba, et le Premier ministre  éthiopien Hailemariam Desalegn auront pour mission de convaincre le président burundais, Pierre Nkurunziza, d’accepter l’envoi de soldats africains de la paix pour stabiliser prioritairement la situation et renouer le fil du dialogue entre protagonistes burundais.

De prime abord, l’on peut saluer la ténacité de l’institution africaine qui ne semble pas vouloir reculer devant les difficultés pour trouver une issue à la crise burundaise. Cela est tout à son honneur. Mais vu l’hostilité affichée et maintes fois répétée des autorités de Bujumbura à tout déploiement de troupes sur leur sol, l’on se demande quels mots les émissaires de l’UA trouveront pour ramener Nkurunziza à de meilleurs sentiments. Surtout que l’institution de Dlamini-Zuma avait envisagé entre-temps la possibilité de déployer 5000 hommes pour protéger les populations des tueries, même sans le consentement de Bujumbura, avant de se dégonfler comme un ballon de baudruche devant l’entêtement de Pierre Nkurunziza qui avait décidé de les traiter en envahisseurs et de leur réserver le traitement approprié.

Or, si l’UA avait été suffisamment audacieuse dans cette démarche, cela aurait certainement permis de faire évoluer positivement la situation sociopolitique, qui voit chaque jour le Burundi se rapprocher un peu plus de la guerre civile.  Hélas, mille fois hélas, l’histoire retiendra que l’UA n’a pas eu suffisamment de couilles pour intervenir au Burundi, si ce ne sont pas les chefs d’Etat qui ont simplement agi de façon à saboter l’initiative de la présidente Dlamini-Zuma, en optant pour le dialogue avec Nkurunziza dont la position intransigeante est pourtant connue de longue date.

L’échec de l’UA au Burundi  serait un mauvais augure pour la démocratie dans cette partie de l’Afrique

C’est pourquoi l’on peut comprendre l’attitude de l’opposition burundaise armée, qui a choisi de se faire entendre par le canon à la veille de la visite de haut niveau, pour que l’UA prenne toute la mesure de la nécessité du déploiement de ses troupes dans ce pays, contrairement aux autorités qui continuent d’affirmer que tout y va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

En vérité, un tel déploiement serait gênant pour Bujumbura à plus d’un titre, mais il serait plus que profitable au peuple burundais. Aussi, l’on ne serait pas surpris que cette mission de haut niveau, qui en appellera certainement d’autres, se termine par un autre camouflet pour l’UA. Et l’on ne peut pas dire que l’institution africaine n’en est pas consciente. C’est pourquoi l’on est porté à croire que l’UA cherche simplement à sauver les apparences suite à son échec constaté à Addis-Abeba.  Nkurunziza continuera de se montrer intraitable sur la question, lui qui s’est jusque-là montré inflexible et imperméable à toute médiation visant à remettre

en cause son troisième mandat qui est le véritable nœud gordien de la crise burundaise. Renforcé en cela par la légitimité de fait que lui reconnaît l’UA en demandant son accord avant toute intervention à Bujumbura. Le boucher du Burundi l’est tout autant par le soutien des dictateurs de tout poil qui infestent la région et qui partagent in petto son combat. Quel retournement spectaculaire de situation pour un président dont la légitimité était sujette à caution !

En tout cas, l’échec de l’UA au Burundi  serait un mauvais augure pour la démocratie dans cette partie de l’Afrique, car la stratégie gagnante de Nkurunziza pourrait inspirer, si ce n’est déjà fait,  plus d’un de ses pairs qui nourrissent les mêmes ambitions.

Outélé KEITA, http://lepays.bf

Advertisements

2 réflexions sur “Quand l’UA veut se donner bonne conscience

  1. Burundi, c’est maintenant finalement que je viens de decouvrir combien tu es vraiement raciste! Les burundais ne devraint pas s’attendre grand chose à ta personne caractérisée par un esprit d’intolerance éthnique. C’est dommage pour une personne qui peut lire et écire la langue de Monlière! D’où vient au juste ce vénin raciste? Je voudrais savoir ce qui se passe? Moi j’ai perdu les miens mais je n’ai jamais juré fort pour me decoude coûte que coûte contre les autres éthnies contraire à la mienne notamment les hutus! Tu dois avoir un problème ou tout simplement ton esprit a besoin d’une aide d’un prêtre ou tout simplement d’un spécialiste psychologique.
    D’abord je dois tenir à t’informer que Pita n’est pas un hutu ni un tusti à 100% si on peut croire ce que les autres parlent que son père est hutu et que sa mère est tutsikazi.
    Si nous pouvons croire aux sciences matématiques, on pourrait aumoins donner une petite partie de samère! N’est ce pas que sa mère tutsi l’a porté dans son ventre pendant 9 mois, a consommé le sang de sa mère à partir du cordeau ombilical de la même mama? Pourrions-nous aumoins accepter que Pita aumoins bénéficié l’éducation de son maman aumoins à 20%? Reste à voir si son maman n’était pas frustré pour éduquer seule tant d’enfants ce que je trouve normal car elle avait droit de vivre ensemble avec son bien aimé et cher mari! Est-ce que à partir de cela peut-tu me covaincre que Nkurunziza est vraiement hutu??? Qu’ en deviennent donc les enfants dont les parents sont (maman hutu+papa hutu)? Vraiement dis-moi Burundi toi qui connais apparement la vérité plus que les autres?
    Y’a t-il une diffrence entre les deux versions ci-haut citées? À Quand faudra t-il dire la vérité, vraiement quand pour le bien de notre génération future?
    De toutes les facons le problème actuel dans notre pays est la mauvaise gouvernance pas l’éthnicité comme tu essaies de l’explique sinon tu es penché sur un côté (Urahengamye!).
    Les gens ne veulent que pouvoir souvir à trois besoins fondamentaux. Autrement dit pouvoir se nourrir, se loger et se vêtur sinon le reste n’est le lux! C’est cela que nous voulons nous le bas peuple, nous les personnes normales burundais, nous les burundais non racistes, nous les burundais un peu hutu, nous les burundais un peu tutsi, nous les burundais qui ne croient pas à votre théorie xénophobe. Que Dieu, le vrai Dieu Tout Puissant change ton âme amen!

    J'aime

  2. Tu peux tromper les autres qui ne sont pas Burundais!
    Le noeud du Problème Burundi est l’ethnicité. Nkurunziza n’a commis aucune erreur, ce n’est pas le troisième mandat qui est le problème au Burundi, mais la faute que Nkurunziza a commise est qu’il est né Hutu. On a témoigné à cela en 1993 lorsque Nadaye était élu, les manifestation ont eu lieu dans les mêmes quartiers contestaires. Il en était de même lors de la signature des accord d’Arusha, le même phénomène s’est produit dans les même quartier. La même chose après l’éléction de Nkurunziza en 2005.
    Alors, cherchez d’autres raisons. Vous avez formulé plusieurs mensonges mais je vais le répeter la seule faute que Nkurunziza a commise est d’être né Hutu et même un autre Hutu qui sera élu pour gouverner le Burundi fera face au même problème. C’est pour cela que on crit génocide parce que les malfaiteurs qui sont tués ne sont qu even des Tutsi et peu être un peu de mercénaires Hutu qui sont utilisés pour masquer cet élément ethnique.

    Je vous remercie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s