La face cachée de la communauté internationale

LE GENOCIDE DE 2015-2016 DES TUTSI DU BURUNDI

LA FACE CACHÉE DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

https://i2.wp.com/jeunesaras.e-monsite.com/medias/images/3035647851-1-3-kcijetxn-1.jpgLe génocide des Tutsi du Burundi arrive à sa phase critique. La quasi-totalité des jeunes Tutsi entre 13 et 40 ans ont été atrocement exterminés dans tout le pays ; les fillettes tutsikazi en bas âge sont régulièrement violées ainsi que leurs aînées et leurs mères, puis effroyablement torturées et assassinées ; les habitations des Tutsi en ville comme en campagne sont chaque jour incendiées avec le mobilier et les effets. Destruction physique, destruction biologique et psychologique, destruction matérielle et économique, destruction morale et culturelle, tels sont les desseins diaboliques du régime Nkurunziza depuis plus de dix ans. Les auteurs de ce calvaire sans fin de tout un peuple sont clairement identifiés. Il s’agit de l’oligarchie au pouvoir et de la garde personnelle de Monsieur Nkurunziza, du parti CNDD-FDD, de la partie de la police et de l’armée gagnée à la cause du génocide, des interahamwe (génocidaires de 1994 au Rwanda) venus spécialement de la RDC pour la besogne, et de la milice hutu  imbonerakure affiliée au parti, entrainée à l’art militaire à cet effet et fanatisée à outrance. La stratégie du crime et les moyens sont assurés par certaines puissances avec en première ligne la France.

L’attitude de la communauté internationale face à ce drame qu’elle a vu venir sans s’en émouvoir outre mesure est tout aussi sans équivoque et répréhensible. Elle a affiché une indifférence proclamée et un mépris souverain du Tutsi qui se meurt.

Les hyènes de l’Union Africaine

L’Union Africaine, dont il était attendu le secours de la  population civile massacrée, a surpris en passant allègrement dans l’autre camp, celui de l’exterminateur. Non seulement elle n’est pas intervenue pour prévenir le crime des crimes ou à tout le moins l’arrêter lorsqu’il était devenu une réalité,  mais en plus elle a promis à Nkurunziza l’assistance dont il aurait besoin dans sa besogne, s’il en exprimait la nécessité (voir le même auteur, Le génocide de 2015 des Tutsis du Burundi et l’Union Africaine, La tempête autour de la MAPROBU).

Donald TRUMP, candidat aux présidentielles américaines de 2016, ne s’en est toujours pas remis et propose ni plus ni moins la recolonisation de cette Afrique entre les mains d’un gang de chefs d’Etat « sans cœur humain », qu’il a comparé à des hyènes. Cela m’a rappelé le cannibalisme hutu qui se développe dans certains quartiers de Bujumbura (Buyenzi, 24ème avenue, où un restaurant sert depuis des mois de la chaire tutsi) et peut-être dans le reste du pays. Le scandale a éclaté, mais on n’en connaît pas encore l’ampleur. Il n’est pas en effet possible de savoir ce qui se passe exactement, les médias, la société civile, les observateurs libres nationaux et étrangers, ayant été tous saccagés ou pourchassés par le pouvoir sanguinaire de Bujumbura. Tout ce que l’on peut affirmer avec certitude est que des milliers de  jeunes Tutsi ont disparu et continuent à disparaître chaque jour par centaines pour ne plus être retrouvés, arrêtés par la police de la garde présidentielle et par les imbonerakure. Il est probable que les corps des suppliciés sont répartis entre les fosses communes et les restaurants de la honte hutu tenus par des imbonerakure.

L’ONU flirte avec le gouvernement en plein génocide

L’ONU, au lieu d’arrêter d’abord par la force les tueries qui se poursuivent, et parler ensuite seulement des enquêtes et des responsabilités, ne surprend pas moins en sollicitant de se joindre au Gouvernement de Bujumbura s’il décide d’enquêter sur les exactions de ces derniers mois de crise. Comme si ce gouvernement était pressé à enquêter, comme s’il était hors de cause à l’égard des crimes commis, comme s’il était moralement en mesure de diligenter une enquête indépendante et impartiale. L’ONU feint d’ignorer le rôle criminel de la clique qui règne sur le Burundi, mais elle sait très bien à qui elle a affaire. L’ONU et le Conseil de Sécurité ne sont ni naïfs ni légers, ils ont suivi, l’un et l’autre et pas à pas, par le Secrétaire Général interposé, tout le processus qui a conduit au génocide qu’endurent les Tutsi depuis bien avant avril 2015. Ils deviennent même, de ce fait et en n’organisant pas une intervention de protection des civils assassinés chaque jour, et surtout en continuant à caresser un régime honni dans le sens du poil, de véritables complices du génocide en cours et devront le moment venu s’en expliquer !

En tout état de cause, tous les Tutsi et tous les amis de ce peuple meurtri doivent se lever et dénoncer le crime de l’ONU et de son Conseil de Sécurité, en leur rappelant que toute démarche qui n’implique pas de leur part une intervention armée et sans délai en vue d’arrêter les coupables et de mettre fin au carnage qui a trop duré, relève de l’hypocrisie et du  même mépris pour le peuple Tutsi exterminé sans la moindre défense depuis maintenant dix mois par les Bahutu au pouvoir au Burundi.

L’East African Community préfère se faire oublier

L’East African Community a simplement démissionné devant ses obligations de solidarité communautaire, en se réfugiant derrière une médiation de façade et en étalant au grand jour l’immaturité politique et humaine qui mine l’Organisation.

Les Etats-Unis sur les traces de Clinton

La posture des Etats-Unis d’Amérique ne manque pas non plus d’intriguer dans cette affaire d’extermination des Tutsi du Burundi.

En août 2000, lorsque quelques négociateurs Tutsi, dans un sursaut de lucidité, ont tenté de poser le problème du déséquilibre manifeste contenu dans le projet de l’Accord d’Arusha concernant la sécurité mutuelle des communautés antagonistes, Monsieur Clinton, le Président des USA d’alors, s’est joint à Monsieur Mandela pour taper du poing sur la table et exiger la signature immédiate du document, en balayant du revers de la main les préoccupations exprimées.

En 2006, les premiers actes de barbarie du régime Nkurunziza sont accomplis et n’ont jamais cessé depuis. 60 cadavres de militants Bahutu et Tutsi des partis FNL et MSD sont retrouvés mutilés, ligotés les uns contre les autres et leurs corps noyés dans la Ruvubu. Les imbonerakure venaient de signer leur premier grand exploit criminel. Ils ne s’arrêteront plus jusqu’aujourd’hui. Les assassinats d’opposants ou supposés tels, les viols sélectifs restés impunis des enfants, des écolières et des femmes tutsikazi partout dans le pays, la confiscation des terres des Tutsi sans la moindre référence aux lois de la République, la corruption érigée en règle de gouvernement et dirigée subtilement contre les Tutsi et contre leur business, la destruction méthodique de l’activité d’élevage du bétail chez les Tutsi, les tracasseries administratives diverses, etc. seront le lot quotidien des Tutsi du Burundi jusqu’au paroxysme du génocide d’avril 2015. Les autorités américaines n’ont jamais cessé d’être mises au courant, sous une forme ou une autre, de la situation et de son évolution, mais nous ne les avons à aucun moment entendu exprimer la moindre indignation face à cette violation répétée de la loi burundaise en général et des droits élémentaires de l’homme en particulier.

Le cas qui a le plus choqué est celui des étudiants Tutsi et opposants Bahutu cherchant refuge auprès de l’ambassade des USA à Bujumbura au mois de mai 2015, à un moment où la chasse à l’homme battait son plein et où leur vie était réellement en péril. Tout ce que nous savons de cet épisode, c’est que l’ambassade à verrouillé ses portes au nez des fugitifs, qui sont restés là pendant des mois sans rien, séchant sous le soleil accablant de Bujumbura et barbotant dans la boue des pluies diluviennes des tropiques. La police viendra les disperser sans ménagement, pour ensuite les pourchasser dans les villages et les quartiers. A l’heure où nous écrivons ces lignes, beaucoup d’entre eux sont morts entre les mains des imbonerakure et dans les conditions de tortures que l’on connaît. L’Etat Américain du vieux Clinton n’a élevé la moindre protestation qui nous soit parvenu, ni à l’époque de la demande de secours ni après la dispersion brutale de ces jeunes en détresse.

Un autre repère d’inquiétude puisqu’on ne peut pas tout relever dans un papier aussi bref, c’est la récente accusation portée contre le gouvernement du Rwanda selon laquelle ce dernier entraînerait des combattants burundais en vue de déstabiliser le pouvoir de Bujumbura. Nous sommes aujourd’hui dans le onzième mois de génocide sur fond d’horreurs contre les Tutsi du Burundi par le pouvoir sanguinaire de Nkurunziza. Les imbonerakure, après des mois d’exécution sommaire des jeunes Tutsi, de torture et de décapitation, d’émasculation, d’empalement des femmes, d’entassement des corps dans des charniers, d’incendies volontaires des habitations des Tutsi et de leurs effets, en sont aujourd’hui au charcutage des corps pour de copieux repas dans les restaurants « spécialisés » de la capitale et probablement dans les auberges du reste du pays. Le scandale a éclaté au grand jour dans un restaurant de Buyenzi, 24ème avenue, ce vendredi 12 février 2016.

Ce qui est d’abord remarquable, c’est que les autorités américaines ont gardé un mutisme imperturbable devant cette terrifiante barbarie, étalée dans le temps et dans l’espace, et qu’elles ne sont subitement montées au créneau que pour dénoncer un hypothétique entraînement assuré par le Rwanda, qui aurait eu lieu il y a neuf mois, et qui aurait été renseigné par des supposés participants à ces exercices. Outre que la sélection des interviewés et du matériel à conviction ainsi que le temps écoulé laissent peu de place à la vérification objective des allégations, il est étonnant que les responsables américains choisissent de se manifester pour un tel fait, passant sous silence les monstruosités qui se commettent à Bujumbura. Veulent-ils finalement faire comprendre que le génocide qui se poursuit au Burundi – avec les horreurs qui l’accompagnent et que l’on connaît   –  est moins préoccupant que les entraînements qui se seraient passés il y a près d’une année, si même ils auraient eu lieu car le doute reste permis quant à la véracité du fait ? Les Américains donnent la désolante impression, en s’adonnant à un tel acharnement contre un pays qui a donné son hospitalité à tant de d’enfants et de mères terrorisés dans leur propre pays, de chercher à détourner l’opinion sur le Rwanda afin d’aider les autorités burundaises à poursuivre et à dissimuler la tragédie qu’elles font endurer au peuple Tutsi du Burundi. Les Etats-Unis ne devraient pas franchement en être fiers !

Le peuple Tutsi prend acte

Encore une fois, les Tutsi du Burundi ne doivent pas se leurrer sur qui que ce soit. Ils ont seulement à prendre acte des agissements des uns et des autres, à redoubler d’efforts pour refuser la disparition et à compter d’abord sur ses propres forces. Les Tutsi sont un grand peuple avec une civilisation multimillénaire, il n’y a pas de doute qu’il gagnera cette autre guerre horrible qui lui est livrée, aidé des amis correctement identifiés.

Jean Jacques MAKUNGU

Publicités

10 réflexions sur “La face cachée de la communauté internationale

  1. wiyita «  murundi«  ariko uri umufaransa canke interahamwe sinon ntiwari kubahuka kuvuga ivyo. Burya wibaza ko uko buca budacana ayandi? komera mu bwicanyi bwawe uzoraba.
    Ndabona ko uvuga ivyo kwihora none uretse ubujuju gusa bw`inzigo yabazingamitse ko mwicana mushigikira nkurunziza ugira azogutabara umusi hagize uguta muri yompi? kandi harya be mwikebuka ko mwirirwa muramara abo bana ataco bazi Buyoya yabishe ntari harya? Ariko nkurunziza na Nyamitwe na Nyabenda na Reverien babatuma kumara abantu muzi neza ko mubahora ubusa ariko mumenye mumenyere ko umusi uri izina mufatwa. Muramenya ko ubwoko budahera muzoteba muvyishure kuko France ija kwagirizwa iheze ibave inyuma urabe uko mugoka.

    J'aime

    • Lambert muvukanyi w’Abarundi, reka guta amajambo, reka kwibabariza ubusa! Naho wokwanka izi mpanuro ndaguha wewe n’abo mwiyumvira kumwe, ntivyoroshe guhindura ubutegetsi buhari ubu udaciye mu matora! Ko unyita interahamwe, ni vyiza kandi ndahimbarwa. Naho ndi « uwo », nkundira ndakwibarize: mbega ni kuki nahisemwo kuba interahamwe canke nagizwe interahamwe? Lambert, nagomba ndakubwire ko la politique à la kagamienne, n’a pas de place au Burundi. Tu pourrais ne pas épouser ma vision politique, mais au moins sache que je t’attends sur terrain et que partout où je sens ton odeur, j’y reste, t’y attends, kugeza ndagucakiye hanyuma nkakumesa kuko ko wewe n’akarwi ka « el muja » muri abo kumesa kandi inguvu n’ibikoresho bikenewe vyose birakwiye. Ndavuga, si mvura!!!

      J'aime

  2. Effectivement, m Murundi tu viens de dire la verite, mutwarira ku gashavu k’ivyabaye, ariko abo muriko murica uno munsi, hari nabatari bwavuke ico gihe, murishimirije ubwinshi, ugutwara , ariko bitebe bitebuke, muzobibazwa, ubu ntimwihende ico mukoze cose kirabitswe ahantu, hazogera aho umwe wese yishura ku gahanga kiwe. Iijuju nico cipfuza kwica kugira kibeho kandi naco kiva amaraso, Murya umuhero

    J'aime

    • Mr Ruberintwari, Abarundi bamaze gupfa ubu ni abahenzwe na babandi bakora bimwe vyo muri 1965, 1972,1993 kugirango ibibi bakoreye Abarundi n’Uburundi bigume binyegejwe. Uti » Ubu ntimwihende ico mukoze cose kirabitswe ahantu. » Mbega muri irya myaka haba burya bwicanyi, ababikora boba barigeze biyumvira ko ukuri kuzoteba kukaja ahabona? Mbega ko abatwara ubu bagirizwa ubwicanyi, ababarwanya twokwemeza ko ari aberanda? Ndashobora kwemeza ko wewe Ruberintwari, wibaza ko hari akarwi k’abarundi gategerezwa kuba hejuru y’Abarundi bose kuko amaraso yabo afise ibara yisangije kandi agaciro kayo karengeye kure cane akayabandi Barundi. Shishikara ico gikorwa co kubika amafoto y’ibiziga bimwe, kuko abandi Barundi bapfa baturiwe,bakerewe, barashwe nta gaciro bafise, ababo barasinziriye, vyongeye naho vyoshika bakikangura ntiboshobora kwibuka ko hari ababo babuze kubera ubutwari bwa « el muja »!! Igihambaye si uko Abarundi boguma bibuka amarworwa babonye muri kahise k’Uburundi, igihambaye ni uko botegera ko Uburundi buriho kuva le 26 Avril 2015: quel jeux politique!!!! Très interessant eh !!!

      J'aime

  3. Ah! Quelqu’un ose écrire que le roi est nu! Ce n’est pas une mince affaire depuis l’ère Ntega-Marangara qui consacra l’inversion de la réalité comme règle générale.

    Mais j’espère que malgré l’imposition de ce handicap cognitif les gens peuvent voir ou sentir dans leur chair que les arrangements d’Arusha pour la protection de la population tutsie sont inopérants car incomplets. Prendre des militaires tutsis et les mettre sous l’autorité exclusive d’un gang dd les rend incapables de protéger qui que ce soit, y compris eux-mêmes, contre ledit gang.

    L’autorité politique doit donc être partagée, véritablement et non à la Sindimwo. Cela doit être la priorité des nouvelles négociations dont tout le monde parle actuellement.

    Le nouvel arrangement doit pouvoir assurer une protection effective sur le plan non seulement physique mais aussi judiciaire, économique, social et culturel.

    J'aime

  4. Bien répondu Mr Murundi,on pensait que la chanson génocide n est plus a la une.
    Au début on était ensemble pour un seul combat(anti-3éme mandat) quand on était presque au but,ils ont changé,et les voila seuls aujourd’hui .Ils nous ont trahit,sinon Peter ne serait pas dans la président aujourd’hui.Mwaraduhemukiye basha ,kubera kwikunda,none tu risqua kurindira izindi 5 ans encore.

    J'aime

  5. Ohhhhh ivyo sivyo, abarundi bamaze gupfa s’abatutsi gusa!!!!! Les grenades ne choisissent pas les hutus ou les tutsi. Le problème du Burundi c’est « Toujours la faute aux autres » dites la vérité rien que la vérité et le pays sera sauvé . Les HUTUS ne sont pas des cannibales . Turi Abarundi….

    J'aime

  6. cesser de pleurnicher passer plutôt à l’action, aide-toi le ciel t’aidera c’est ca l’adage, je me pose la question de savoir où sont les Amasekanya et autre Sogedem, Est-ce que leurs leaders sont morts? ils se vantaient d’être pour la lutte de la survie des tutsis;maintenant il ne s’agit plus de la survie des tutsis,mais d’un génocide exécuté de sang froid par gouvernement burundais au vu et au su de la communauté internationale et plus particulièrement des militaires tutsis qui regardent la scène indifférents en attendant leurs tours d’aller en Somalie et en RCA pour aller récolter des millions, les traitres! ruriye abandi rutabibagiye mwa mimbiri mwe!

    J'aime

  7. Mr Makungu, la politique rwandaise au Burundi est impossible! Les fils et filles du Burundi savent bien ce que signifie « massacres sur fond éthnique. Tu pourrais tenter d’occulter la vérité, de manipuler l’opinion nationale et internationale, mais la Vérité sur le Burundi est connue. Je t’invite à te ressaisir car nous Burundais ne sommes pas endormis comme tu le penses! Les évenements de 1965, 1972, 1993 et biens d’autres nous ont profondément marqués. Tu peux continuer à crier « génocide, génocide=hymne rwandais » mais sache que Abarundi turi « yeux »!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s