Burundi: Kagame exprime son exaspération

https://i2.wp.com/tyglobalist.org/wp-content/uploads/2013/02/Emma-6-Paul-Kagame-_2330227b.jpgLe ton monte dangereusement entre le Rwanda et le Burundi : dans un série de messages sur son compte Twitter, le président Paul Kagame a répondu sans ambages aux accusations portées jusqu’aux Nations Unies par le Burundi, qui a dénoncé le soutien que Kigali apporterait aux rebelles armés. Pour Kagame, il s‘agît d’une « stratégie de diversion » visant à reporter sur quelqu’un d’autre un problème interne. Il a aussi accusé son voisin burundais de ne pas commanditer des massacres de masse, mais des assassinats ciblés au fur et à mesure, ajoutant : « il s’agît, si on peut dire, d’une solution finale… ».

Cette réponse traduit l’exaspération des autorités et même de l’opinion rwandaise qui estime que le pays n’a fait que son devoir en accueillant dans des conditions décentes près de 70.000 réfugiés vivant soit dans des camps soit, pour les plus aisés, auprès de leurs proches ou dans des maisons louées à Kigali. Elle fait suite à des accusations de plus en plus précises, formulées non seulement par le Burundi qui fait pression sur le Conseil de sécurité de l’ONU pour qu’il rappelle Kigali à l’ordre, mais aussi dans un rapport publié par des experts de l’Onu et corroboré pare les Etats Unis, selon lequel des militaires rwandais forment et arment des réfugiés burundais afin de les renvoyer dans leur pays les armes à la main. Ces informations ont été confirmées par les services de sécurité congolais qui assurent avoir intercepté au Sud Kivu plusieurs dizaines de ressortissants burundais dotés de fausses cartes d’électeurs congolais (tenant lieu de documents d’identité). Ces cartes auraient été imprimées au Rwanda grâce à du matériel électoral volé en 2013 par les rebelles tutsis du M23. Ces opposants burundais dotés de documents congolais leur permettant de circuler librement auraient eu l’intention de s’infiltrer au Burundi via le Sud Kivu. La violence du ton utilisé par le président rwandais ne vise pas seulement à désamorcer les critiques. Elle est aussi animée par le risque de voir la crise burundaise dégénérer en conflit régional, et par la peur, jamais totalement conjurée au Rwada, d’être à nouveau la cible d’attaques menées par les Interhahamwe, ces rebelles hutus réfugiés au Congo et qui n’ont pas été complètement désarmés.

A Kigali en effet, l’on constate que la crise politique ouverte au Burundi avec l’accession du président Nkurunziza à un troisième mandat a tendance à s’ « ethniciser » , à faire renaître un clivage Hutu Tutsi qui, au cours des dix dernières années s’était cependant sérieusement estompé. A l’heure actuelle en effet, ce sont les « quartiers tutsis « de Bujumbura qui, après des semaines de manifestations, sont ciblés chaque jour par des assassinats, des pillages, des disparitions. Pour tenter de mobiliser les masses rurales (Hutues dans leur grande majorité) le pouvoir joue sur la fibre ethnique. Il rappelle volontiers les massacres de 1972, parfois qualifiés de « génocide sélectif » au cours desquels 300.000 Hutus avaient été massacrés par les soldats tutsis tandis que des centaines de milliers de réfugiés accueillis en Tanzanie (parents et compagnons de route du président actuel Pierre Nkurunziza) vivaient dans l’espoir de revenir au pays et d’y prendre enfin le pouvoir. Rappelons que cette « ethnisation » de la politique burundaise passe par l’abandon des accords d’ Arusha, qui, non seulement limitaient le mandat présidentiel à deux exercices, mais avaient imposé une clé de répartition numériquement injuste mais rassurante pour la minorité tutsi, qui s’était vue garantir 50% des places dans l’armée et 40 % des postes dans les ministères.

Dramatisant volontiers la situation, Kigali assure que les Interhahamwe, auteurs du génocide de 1994, sont aujourd’hui présents aux côtés des « Imbonerakure » les miliciens proches du régime, des jeunes gens issus des groupes sportifs mais qui sont aujourd’hui dotés d’arme et multiplient intimidations et violences.

Le Rwanda n’est pas le seul à s’inquiéter de la dérive du Burundi : le Congo, qui redoute l’hégémonie de Kagame et de son voisin ougandais Museveni dans la région, soutient discrètement Nkurunziza et avec lui l’Angola, le Congo Brazzaville et surtout la Tanzanie, en première ligne sur le front humanitaire…L’internationalisation du conflit se profile à l’horizon…

Colette Braeckman, 23 février 2016, http://blog.lesoir.be/

Publicités

7 réflexions sur “Burundi: Kagame exprime son exaspération

  1. Dear brothers, I don’t understand how Nkurunziza has got in power. The world is civilized now, there is too many things to do to develop a country instead of bringing this ethnic ideology that belongs to the past. The country is very poor, it needs development of all kinds. The countries sellers of weapons are looking how to make money, at the same moments the propose to the stupid Nkurunziza a plan to win the war- a plan to sell more weapons – a plan to involve more countries of the regions – a plan to kill more dear African brothers in the region – a plan to keep the region and Africa in the slavery of poverty and Satan. Dear all brothers citizen of the region East Africa, and central Africa, even the whole Africa, wake up and do something to stop these White men who want the region to be a kingdom of the evil. All Christians of the world, as Jesus recommended us to one body in Him, in the Church, wake up and shine to push the world change his habits to be liar. For sure, if nothing is done, the war smeells in the region. Only your whatever contribution is expected to change the situation. God bless his 7 churches not only in Asia, but also in Africa and the whole world. Glory be to the Almighty God, Amen.

    J'aime

  2. Humura ZACHÉE! Kagame ne peut pas faire cela! Son ministre des relations extérieures a declaré à Addis-Abbeba, quand l’autre Nyamitwe portait des accusations, que jamais Rwanda n’enverra les réfugiés burundais vers le pays qui les persecute!!! YOU CAN TRUST KAGAME ON THAT!!! Il sait bien que machiavel et son régime les acceuillirait à mains armées pour les charcuter et les enterrer dans les fosses communes!!! Quand il a dit vouloir les transférer dans d’autres pays, il voulait faire chanter ces présidents et organisations qui l’accusaient de tous les maux du Burundi! As-tu entendu aucun d’eux dire qu’il est prêt à acceuillir ces réfugés burundais! Que font les USA, les Nations Unis dont le Secrétaire Géneral vient de se faire ROULER par Nkuru par une traduction biaisée de son serviteur NYAMITWE, que fait la Gambie et d’autres pour activement participer à ce transfert qu’envisage Kagame? Bazoguma BAVUGAGURIRA muri izo ntebe z’ubutegetsi bashizwemwo n’abanyagihugu canke BIHAYE BAKORESHEJE IGIKENYE! Ni naco gituma bashigikiye umwicanyi!!!

    Avec son chantage, Kagame voulait montrer que « TALKING IS EASY » et que ceux-là qui chiallent RESTERONT INACTIFS! Zachée, La réponse de Mushikiwabo à Alain était sans equivoque quant à l’expulsion des réfugiés Burundais de Mahama et ailleurs vers le pays qui les persecute!!!

    J'aime

  3. Bravo Colette Braeckman surtout sur le dernier point de votre article. Merci de mentionner cette alliance de tous ces pays qui ne dorment pas afin de donner leur plus grand appui au pouvoir MACHIAVELIQUE de Bujumbura, ce qui lui crée un alibi et l’intention de vouloir aider les FDLR-Interahamwe très PRÉSENTS AU BURUNDI à ce moment même, à DÉFERLER sur le Rwanda ! THIS IS PART OF THEIR PLAN KNOWN AS: « LA SOLUTION FINALE…! » La liste de ces pays est bien longue mais pas exhaustive ! Il y a aussi quelques pays fournisseurs d’armes, qui comme des vautours qui rodent en attente d’une carcasse quelconque, attendent impatiemment pour armer les belligérants ! Quant au pouvoir de Buja, il offre de régler la facture en argent provenant de l’aide étrangère sur laquelle spécule Nkuru mais aussi en échange contre l’exploitation du Nickel, du Gaz naturel ou que sais-je encore… Il est aussi secret de polichinelle que l’actuel gouvernement rwandais N’ENCHANTE PAS DU TOUT la France. Celle-ci voudrait plutôt voir une sorte de marionnette à la présidence rwandaise comme cela avait été le cas pendant plusieurs décennies auparavant! WAKE UP AND SMELL THE COFFEE guys ! Les temps sont révolus !

    J'aime

    • Hello guys, this is might be a very good opportunity to express our feelings for the political matter occuring in our region (Greatlakes). I am so sad to see most of you relying on obe side, leaving aside the truth and realities to the violence occuring not only in burundi but even in rwanda. unfortunately its like you are threated while contributing to the medias. If yoy have no ideas or remedies you better leave your contribution instead of posting nonsense. For this matter, Nkurunziza has no big probleams compared to his coynterparts in his neighborhood. Our governments have no good plan for the citizens, no life improvement, no economical prospects. most of oue ressources do end in the pocket of big government officials, citizens are tortured adyl basis, kidnaped, no expression right, no democraty but phantom. . .GREAT: staying for ever on power. All these are in rwanda, burundi. . .So if nkurunziza complains about his people who flee to rwanda. repatriate them,

      J'aime

  4. L’objectif de Nkurunziza est de voir le Rwanda entrain d’expulser les réfugiés Burundais qui sont au Rwanda, puisqu’il puisse les torturer comme il a fait dans les quartier Mutakura, Cibitoke, Nyakabiga, Jabe et Musaga de la ville de Bujumbura. Chers frère Rwandais ne tombez pas dans cette piège de Nkurunziza!!!!!

    J'aime

  5. « Dramatisant volontiers la situation, Kigali assure que les Interhahamwe, auteurs du génocide de 1994, sont aujourd’hui présents aux côtés des « Imbonerakure » les miliciens proches du régime, des jeunes gens issus des groupes sportifs mais qui sont aujourd’hui dotés d’arme et multiplient intimidations et violences ». Colette Braeckman.
    Commentaire : Il serait regrettable que les dirigeants des pays voisins ou étrangers, au lieu de s’interposer entre « les frères ennemis», selon la coutume africaine, prennent position dans les velléités belliqueuses de Bujumbura et de Kigali. Dans le cas présent de désaccord entre les deux « faux jumeaux », les nations devraient se mettre d’accord pour prendre des stratégies, en commun accord, pour concilier les belligérants et éviter le basculement dans la guerre absurde. Qui peut prévoir l’hécatombe, le génocide possible, qui résulterait de cette guerre? Ce qu’on peut dire, c’est qu’il n’y a pas ni de fatalité. Si les hommes prennent la voie de vertu et de sagesse tout finit par trouver une solution, provisoire ou durable.
    Il n’y a pas non plus de hasard : on remarque un enchevêtrement de causes et de leurs effets qui expliquent les tensions actuelles, d’abord entre les Burundais eux-mêmes, entre les rwandais eux-mêmes, enfin entre le Rwanda et le Burundi, deux pays qui marchent, l’un après l’autre, à pas mal accordés. Le problème des deux pays est le manque de bonne volonté, de bonne foi, d’identifier les causes perturbantes de l’harmonie afin d’éviter leur répétition et au mieux les neutraliser pour effacer définitivement les effets destructeurs qui en résultent. Un proverbe kirundi et rwandais dit : « Ukora iciza kikagutanga imbere, ukora ikibi kikaguherekeza » (Tu fais le bien, il te devance ; tu fais le mal, il t’accompagne).

    J'aime

    • Tant que la France est toujours dans la danse derriere les FDLR et Pierre Nkurunziza on ne peut pas espérer grand chose. Il faut seulement retrousser les manches car c`est nos pays, nous rwandais et burundais peu importe l`appartenance ethnique. Inzigo izokwimika abafaransa mu vyacu nta na kimwe izomarira izo mbonerakure n`izo nterahamwe. Kandi izoteza imbere Nkurunziza gusa.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s