Burundi Crime Watch: « Un génocide en préparation ou les exagérations d’experts ? » (Invitation à la conférence)

COMMUNIQUE DE PRESSE

flyerBurundi Crime Watch organise une conférence internationale sur la crise politique actuelle au Burundi sous le thème: crise du Burundi: Un génocide en préparation ou les exagérations d’experts. Cette conférence se tiendra à Manchester (Royaume Uni) au centre International de Conférence Media City UK, le 25 Mars 2016

Depuis Avril 2015, le Burundi a plongé dans une profonde crise politique en raison des ambitions du président Nkurunziza pour briguer un troisième mandat illégal. Les organisations de la société civile et de l’opposition sont descendues dans la rue pour manifester contre cette violation ouverte de la constitution et des accords d’Arusha. Ce qui a commencé comme des manifestations pacifiques contre ce 3ème mandat du président est maintenant entrain de se transformer en une guerre civile en raison de la répression par la police et l’armée. Jusqu’à présent, plus ou moins 2500 vies de civils innocents ont été perdues et plus de 250 000 sont devenus des réfugiés dans les pays voisins

Les crimes commis comprennent des viols de femmes et assassinats ciblés de jeunes Tutsis et des Hutus opposés au 3e mandat du président. La plupart des experts tels que Adama Dieng, le conseiller de l’ONU sur la prévention du génocide, ont averti que « compte tenu de l’histoire de violence ethnique au Burundi et sur base des craintes d’attaques basées sur l’ethnicité, les parties burundaises sont encouragés à utiliser leur influence pour empêcher toute action qui pourrait augmenter le risque de violence contre des personnes ou des groupes sur la base de leur identité, y compris l’affiliation politique, l’identité religieuse et ethnique ». Burundi Crime Watch rappelle l’avertissement de Zeid Ra’ad Al Hussei, chef des droits de l’homme de l’ONU qui a mis en garde le monde que «le temps pour des réponses fragmentaires et tripoter sur le pourtour du problème doit s’arrêter. La situation au Burundi exige une réponse vigoureuse et décisive de la part de la communauté internationale « .

Le but de cette conférence est d’appeler la communauté internationale à prendre des mesures collectives pour empêcher que cette crise ne dégénère en cette situation que le chef de maintien de la paix des Nations Unies a reconnu pourrait être « un véritable pire scénario qui se traduirait par une échelle de violence au-delà des capacités de protection  des Nations Unies ». Le risque de ce pire scénario est en train de devenir une réalité du fait que président Nkurunziza a menacé d’utiliser la force contre une force militaire de protection qui émanerait de l’ONU et / ou l’Union africaine

Parmi les conférenciers invités, il y aura des membres du parlement britannique, des administratifs britanniques au niveau local et national, des académiciens de renom international, des ONG locales et internationales, des juristes, des experts en relations internationales ainsi que les membres de la diaspora burundaise.

Pour plus d’informations, veuillez contacter le chargé des relations publiques:   emery.igiraneza@burundicrimewatch.org

Publicités

4 réflexions sur “Burundi Crime Watch: « Un génocide en préparation ou les exagérations d’experts ? » (Invitation à la conférence)

  1. Tout comme Nkurumbi et ses acolytes, ceux qui nient qu’il n’y a pas de génocide contre les Tutsi et les Hutu anti troisième mandat est en cours ou ceux qui déclarent qu’il n’y en a pas eu et qu’il n’y en aura jamais nabo nyene ni ba BINYOMA! Parmi les maux dont souffre le Burundi harimwo IBINYOMA! Il est secret de polichinelle que le pouvoir de Buja IS THE FATHER OF ALL LIES LIKE LUCIFER HIMSELF! Imana irababona! IN DUE TIME, THIS WILL CATCH UP WITH ALL OF YOU! May God Almighty SAVE BURUNDI! Amen, amen!!!

    J'aime

  2. Le genocide a bel et bien commence au Burundi. Que les gens incapables d’aider pour l’interrompre se taisent et laissent la paix aux familles affliges. Le pouvoir de Bujumbura commet le genocide et fait tous pour qu’on ne l’appelle pas genocide de peur des consequences. Les 50% tutsi et 50% hutu n’existent plus depuis que Nkurunziza a detruit la constitution pour mourir au pouvoir. Tuer ou chasser les EX-FAB est l’un des objectifs de Nkurunziza et sa clique pour les remplacer par les imbonerakure. Pourquoi Nkurunziza n’accepte pas l’enquete internationale independante sur les crimes commis par ses milices ? Ca finira par arriver et les gens qui nient qu’il n’y a pas de genocide au Burundi tomberont des nues. Des centaines et des centaines des jeunes surtout les tutsi ont ete tues et continuent de l’etre et enterres dans des fosses communes. Un president hutu d’un parti politique d’opposition vient d’affirmer que  » les tutsi sont arretes et tues rapidement ». Apres la repression sanglante des contestataires du 3eme mandat maudit, un autre hutu ancien collaborateur de Nkurunziza en exil avait revele un plan macabre d’eliminer les anti 3eme mandat de mort. S’il ya des gens qui attendent que leurs bourreaux acceptent qu’ils sont en train de commettre un genocide n’auront pas de reponse. Au lieu de perdre du temps a discuter sur un genocide qui saute au yeux, il faut discuter sur les moyens de l’arreter et arreter les criminels connus de tous mais qui semblent ne pas deranger personne.

    J'aime

  3. Burundi Crime watch, arrêtez les manupilations. Les propos ou analyse de Zeid Hussein ne sont pas paroles de la bible. Seul Dieu va le désavouer. Les choses évoluent positivement, mais les détracteurs du Burundi n’en sont pas du tout fier. Wait and see le temps nous dira. Je considère cette conférence comme celle du Tribunal Russell qui a eu à Paris.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s