Memorandum du MORENA sur le génocide en cours au Burundi

MEMORANDUM SUR LE GENOCIDE EN COURS AU BURUNDILogo MORENA 28022016 104546

Pour avoir accès aux annexes illustrés du memorandum cliquez sur ce lien pour parcourir le document en PDF … Memorandum du MORENA sur le génocide en cours au Burundi

Adressé à :   

  • Le Président du Conseil de Sécurité des Nations-Unies
  • Monsieur le Secrétaire Général des Nations-Unies
  • Le président de la Commission des Droits de l’Homme des Nations– Unies
  • Monsieur le Président Yoweli Kaguta Museveni, Médiateur dans la crise actuelle au Burundi
  • Monsieur le Président des Etats-Unis d’Amérique
  • Monsieur le Président Paul Kagame du Rwanda
  • Monsieur le Président de la République Unie de Tanzanie
  • Monsieur le Président du Kenya
  • Monsieur le Président de la République Française
  • Monsieur le Premier Ministre Belge
  • Monsieur le Premier Ministre du Royaume Uni
  • Madame la Chancelière de l’Allemagne
  • Madame la Secrétaire Générale de l’Union Africaine
  • Monsieur le Secrétaire Général de l’East African Community
  • Madame la Secrétaire Générale de l’Union Européenne
  • Monsieur le Président du Burundi

 

Peu après l’expiration de l’ultimatum lancé sans succès en date du 1er octobre 2015 par Nkurunziza aux combattants contre son troisième mandat, les opposants à ce dernier ainsi que la communauté Tutsi du Burundi sont en cours d’extermination, les uns pour raison politique, les autres pour raison ethnique, et ce dans un génocide et une barbarie sans nom. L’ultimatum lui-même n’était qu’un prétexte et un coup d’envoi pour le génocide. Deux faits parmi les plus saillants corroborent ce propos.

D’une part les rebelles attaquent, et au lieu de les poursuivre et de les combattre, Nkurunziza lance ses troupes militaires et policières contre les populations civiles et contre les femmes et les enfants des quartiers habités en majorité par les Tutsi. Et ces forces, déjà disproportionnées au regard de la condition de misère dans laquelle vit cette population absolument sans défense, reçoivent encore le renfort de milliers de miliciens interahamwe et imbonerakure, bien connus pour leur cruauté lors du génocide de 1994 au Rwanda et de celui de 1993 et au cours des dix années de règne  sanguinaire de Nkurunziza au Burundi. Si donc, la réaction contre l’attaque des rebelles a été de massacrer les opposants et d’envahir les quartiers Tutsi paisibles, encerclés et sans défense à ce moment, l’attitude n’a d’autre explication que l’accomplissement du génocide préparé longtemps à l’avance. D’ailleurs, lorsqu’un pouvoir forme et arme des centaines de milliers de miliciens alors qu’une armée et une police régulières à sa dévotion sont opérationnelles dans le pays, il n’y a pas de doute possible que le génocide auquel nous assistons était le principal objectif de Nkurunziza. Il faut surtout bien noter que dans ces quartiers qui pleurent aujourd’hui des milliers de jeunes gens sommairement exécutés, et des milliers de jeunes filles trivialement violées, aucune arme n’a été trouvée, ni entre les mains des suppliciés, ni à leurs domiciles où ils étaient appréhendés.

D’autre part, ces populations des quartiers à prédominance Tutsi, déjà mal en point à la suite d’un chômage et d’une paupérisation planifiés durant une décennie, sont enfermées chez elles, leurs quartiers ceinturés par les mêmes forces et les mêmes milices, depuis maintenant plus de dix mois, sans nourriture, sans médicaments, dépourvues de tout. Ce sont des prisonniers in situ, sans le moindre droit, même pas le droit à la vie ! Et quand les décès, inévitables surtout dans ces conditions, surviennent, l’enterrement au cimetière se fait aux risques et périls de ceux qui s’y rendent. Les policiers et les miliciens de Nkurunziza ne sont pas absents même en ces lieux jadis sacrés et respectés par tous les humains. Le cas le plus parlant est celui de l’extermination de plus de cinquante personnes, dont toute la famille du défunt, après l’enterrement au 31 octobre 2015 d’un jeune de Ngagara assassiné par la police, par une armada de policiers qui les attendaient au sortir du cimetière, mitrailleuses, roquettes, lance-roquettes et autres armes de précision au point. Les blessés, qui étaient parvenus à se trainer jusqu’à un centre de santé des environs,  ont été poursuivis et sauvagement achevés par un détachement de ces policiers en action, devant les infirmiers littéralement tétanisés et terrorisés par l’horreur à laquelle ils assistaient.

Tout le monde sait très bien qu’un génocide ethnique et des crimes contre l’humanité sont en cours au Burundi, y compris BAN KI MOUN de l’ONU, Mme ZOUMA de l’UA, l’UE, l’EAC et tous les Présidents des Etats membres, le Président OBAMA des USA et d’autres, que les Burundais n’ont jamais cessé d’alerter en personne sous diverses formes depuis plus d’une année. L’attitude des uns et des autres nous laisse totalement pantois ! Lorsque le sang des Bahutu de l’opposition (FNL) a commencé à couler dans le pays il y a dix ans, des voix se sont élevées pour crier, et tout ce beau monde a fait d’abord le sourd. Lorsque les terres des Tutsi ont commencé à être confisquées sans la moindre explication juridique par une commission (CNTB) créée et tribalisée à outrance par Nkurunziza, les victimes et les hommes de loi ont crié et les protestataires ont été jetés par dizaines en prison, pour des années, et tout ce beau monde a fait ensuite le muet. Lorsque Nkurunziza a donné ordre en date du 26 avril 2015 à ses policiers armés d’équipements de guerre de tirer sur des manifestants pacifiques et disciplinés opposés à son 3ème mandat, et que des dizaines de corps ensanglantés et sans vie jonchaient les rues de leurs quartiers, tout ce beau monde a enfin exprimé des inquiétudes ! Ou des préoccupations ! C’est tout ce qu’ils ont trouvé pour venir en aide aux mères et aux enfants assassinés à bout portant à l’entrée ou à l’intérieur de leurs maisons.

Le MORENA doit dire à la communauté internationale sa profonde déception pour son attitude face au cri de détresse lancé par le peuple burundais, pris au milieu du séisme génocidaire dont l’épicentre se trouve dans les quartiers à dominante tutsi. Nous n’avions jamais pensé que la perfidie, le cynisme et l’hypocrisie pouvait aller jusqu’à ce point au 21ème siècle, venant d’abord de  ceux qui se targuent d’être les fers de lance d’un monde plus civilisé et plus humain. Tout le monde connaît la bousculade, presque physique, dont ont fait l’objet, de la part surtout de Mandela et de Clinton, les quelques Tutsi lucides qui refusaient de cautionner l’entrée dans le pays du cheval de Troie qu’était l’Accord actuel d’Arusha. Les Tutsi n’avaient même pas encore terminé à cette époque de panser les blessures profondes infligées lors du génocide de 1993, par ceux-là même qui recevaient là-bas – comme une récompense – le mandat en blanc de conduire seuls et de manière irréversible le destin de leurs victimes, à un moment où le sang des innocents qu’ils avaient personnellement versé n’avait pas encore terminé de sécher sur leurs mains. Cela ne s’était jamais vu dans l’histoire, et ne répondait ne fus-ce qu’humainement, à aucune logique. Confier la garde de la bergerie aux loups, qui de surcroît y ont déjà sévi, et espérer que les agneaux se réveilleront en bonne santé le lendemain, ce n’est pas seulement de l’inconscience, c’est de l’irresponsabilité au mieux, et au pire, un complot génocidaire. C’est en fait ce qui devait arriver qui arrive aujourd’hui aux Tutsi !

A part des discours, des communiqués, des mots, des résolutions, des négociations annoncées mais qui ne commencent même pas, aucune action concrète pour arrêter le carnage n’est venue, n’est annoncée. Peut-être qu’elle viendra, celui qui est au terme de la mort espère toujours des miracles du salut. Jésus lui-même a vécu cette expérience. Peut-être qu’elle viendra cette action concrète, mais ce sera délibérément trop tard. Tout semble indiquer que le peuple burundais est abandonné à lui-même. Un terrorisme d’Etat a été instauré et des crimes contre l’humanité sont commis au quotidien pendant que le monde observe, et gesticule de temps en temps, comme si quelque chose dans cette affaire dérangeait leur sommeil et leur opulence.

Ils développent d’ailleurs tous, face au génocide en cours, un négationnisme inquiétant. Personne ne parle de génocide, seulement d’escalade de la violence, de massacre à grande échelle, d’assassinat des opposants au 3ème mandat…, mais jamais de génocide des Tutsi. Sûrement que leur conscience les en accuse ! C’est pourtant de cela qu’il s’agit, et principalement de cela ! De nombreuses personnalités de premier plan, parmi lesquelles Léonce NGENDAKUMANA,  Président du FRODEBU et Président de la Coalition des partis d’opposition, Charles NDITIJE, Président de l’UPRONA, Madame Beate KLARSFELD, ambassadrice d’honneur de l’UNESCO et envoyée spéciale pour l’éducation sur l’holocauste et la prévention du génocide, François DUPAQUIER, écrivain et journaliste, et bien d’autres, reconnaissent sans la moindre nuance que le génocide est en cours et qu’il est dirigé contre les Tutsi du Burundi.

L’Histoire récente est pourtant riche d’enseignements en la matière. Tous les génocides : celui des juifs, des arméniens et récemment des Tutsi du Burundi en 1993 et du Rwanda en 1994, ont chaque fois fait l’objet de négationnisme avant de finir par être reconnus par l’ONU. La vie de milliers, voire de millions de citoyens innocents a ainsi été fauchée en quelques semaines ou quelques mois. Le schéma est toujours le même. Pour le cas du Burundi, des preuves irréfutables montrent que le régime Nkurunziza préparait fébrilement depuis de longues années le génocide ethnique en cours de perpétration dans les quartiers des villes et sur  les collines du Burundi. Voici quelques-uns des préparatifs qui ont précédé le génocide en cours :

  1. Nkurunziza et son parti CNDD-FDD ont confisqué pour eux seuls le contrôle de tous les organes étatiques et sécuritaires, y compris l’armée, la police, le service du renseignement, l’administration territoriale, la Justice, les finances et les relations extérieures depuis plus de dix ans.
  2. Dès le lendemain de sa prise de pouvoir en 2005, Nkurunziza et son parti ont créé une milice Imbonerakure composée par les jeunes affiliés au parti auxquels ont été joints les anciens combattants, les démobilisés FDD. Deux hauts cadres du parti CNDD-FDD dont l’ancienne Vice-Présidente de la République Alice NZOMUKUNDA, affirmaient déjà en 2006, que les miliciens étaient au nombre de 30.000. Comparé avec l’armée nationale qui ne comptait que 26 000 hommes avant la tentative de coup d’Etat de mai 2015, où un millier de militaires Tutsis, a été exécuté sur le champ, certains sur leur lit d’hôpital où ils avaient été transportés après avoir été blessés lors du putsch, ce chiffre paraît être un indicateur intéressant des intentions du pouvoir. D’après le site web « Burundi news », une partie des miliciens ont été formés au Soudan où ils ont reçu des entrainements auprès des Janjawid, les miliciens aussi redoutables du pouvoir de Khartoum. L’armement et les entrainements de la milice Imbonerakure ont bien continué jusqu’à la création d’une journée dédiée aux anciens combattants en 2013. Au cours de ces manifestations haut en couleur, les miliciens s’exhibaient fièrement et en parade démonstrative, étendard à l’effigie de la machette et du charognard à la main, en treillis proches de ceux que portent les hommes de la garde personnelle de Nkurunziza. Actuellement, les miliciens imbonerakure s’élèvent à plusieurs centaines de milliers (ils sont estimés à 300 000) entrainés militairement, les uns au Congo, les autres au pays (Rumonge, Makamba, Bubanza, Cibitoke et Karuzi…), et éparpillés sur tout le territoire du Burundi. A ce chiffre, il faut ajouter les quelques 20 000 interahamwe de triste renommée, introduits massivement au Burundi depuis 2007.
  3. Plusieurs rapports venant de diverses sources ont dénoncé depuis le début du régime la dérive criminelle de ces miliciens qui volaient, violaient et tuaient dans l’impunité, bénéficiant même souvent et nécessairement de la complicité  d’une frange des forces de l’ordre issue du régime, ou favorable à lui, et bénéficiant en retour de ses largesses. La société civile a tiré à beaucoup de reprises la sonnette d’alarme devant les nombreuses exactions et scandales qui ont caractérisé le règne de Nkurunziza depuis 2005 jusqu’à ce jour. Parmi ces observateurs pourchassés mais infatigables figuraient en bonne place l’APRODH, quelques radios privées comme la Radio Publique Africaine, Bonesha FM, Radio Isanganiro, des Associations comme le Barreau du Burundi, le Forum de la Société Civile, le Parcem, l’Olucom, la Ligue Iteka, Human Right Watch, et bien d’autres.

Nous leur rendons un hommage vibrant.

  1. Tous les leaders de ces organisations sont sans exception aujourd’hui en exil, eux et leurs proches soumis à une terreur et une barbarie jamais égarées au Burundi. Le Président de APRODH Pierre Claver MBONIMPA est celui qui paye le tribut le plus lourd et le plus direct de cette folie meurtrière du pouvoir de Bujumbura. Après une tentative d’assassinat qui lui a valu des mois d’hospitalisation et dont il ne se remettra jamais tout à fait, le peloton d’exécution de Nkurunziza s’est attaqué  directement à sa famille, exécutant froidement son gendre d’abord, puis son fils cadet, tous dans la fleur de l’âge. Sa fille a échappé de justesse au même sort, condamnée maintenant au veuvage sans avoir rien fait à personne, avec des bébés sur les bras.
  2. L’on se souviendra que les Imbonerakure ont été envoyés par contingents entiers, à partir de 2011 jusque fin 2014, date des premières dénonciations, pour des entraînements para militaires en République Démocratique du Congo à Kiliba-Ondes. Le rôle des dirigeants de ce dernier pays reste par ailleurs des plus ambigus. Il sera le moment venu intéressant de documenter son comportement au cours des mois qui ont précédé le déclanchement du génocide actuel et pendant son déroulement. Ces entrainements aussi massifs que coûteux ne pouvaient avoir d’autre explication que la préparation du génocide de 2015. Le gouvernement est d’ailleurs resté dans l’embarras et s’est muré dans un silence gêné lorsque des questions insistantes ont fusé de toute part dans le pays pour demander le sens de cette formation d’une force parallèle et redoutable pour un gouvernement qui dispose d’une armée et d’une police actives et organisées.

Jeffrey FELTMAN, sous-secrétaire général de l’ONU, chargé des affaires politiques, a lui-même informé le Conseil de Sécurité, le  8 avril 2014, de «l’armement et de l’entrainement de la jeunesse du parti au pouvoir, Imbonerakure». Il tirait ces informations de plusieurs rapports récents relatant le fait, dont notamment le document confidentiel daté du 3 avril, adressé aux Départements des affaires politiques et du maintien de la paix de l’ONU, et aux envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs des Nations-Unies et des Etats-Unis.

  1. Aujourd’hui, ce n’est plus un secret pour personne, les Interahamwe qui ont consommé  le génocide des Tutsi au Rwanda sont bien installés au Burundi. Ils font présentement partie du paysage des forces de l’ordre du Burundi. Ils ont été intégrés à l’armée, à la police, au service national des renseignements et même à la présidence de la République. Ils ont été convoqués pour la besogne, pour la solution finale. Ils se considèrent comme porteur d’une mission sacrée de débarrasser l’Afrique Noire de la race Tutsi, qu’ils considèrent comme venue d’ailleurs. Le slogan rassembleur est « la solidarité bantou contre les Tutsi d’Afrique Noire » !  Nous reviendrons un jour sur ce slogan.

Ce n’est pas impossible que cette fameuse solidarité ait présidé à la décision absurde de la majorité des chefs d’Etat africains à l’Union Africaine de ne pas envoyer une force de secours au Burundi à un moment où des tueries massives sont chaque jour observées dans le pays.

Tous ces miliciens Interahamwe et ex-Mayi-mayi portent des tenues policières ou militaires de la garde présidentielle ou des autres corps. Ils sèment la terreur dans les quartiers dits Tutsi de Bujumbura et dans le reste du pays. Sur le terrain, ils commettent les plus ignobles exactions : ils humilient leurs victimes, parce que Tutsi, ils les torturent, les violent et puis les tuent, sans autre forme de procès. Ils se livrent à toutes sortes d’atrocités sur le Tutsi. Ils en ont l’expertise et ils la font valoir, en toute impunité et à la grande jubilation des dignitaires de Bujumbura et de leurs maîtres concepteurs et financiers étrangers de l’idéologie de la haine et du génocide du Tutsi.

  1. Des discours du Président de la République Pierre Nkurunziza, du Président du sénat Révérien Ndikuriyo, du Président du parti CNDD-FDD au pouvoir Pascal Nyabenda et du porte-parole de ce parti Gélase Ndabirabe concordent pour appeler leurs adeptes à la haine ethnique. Les termes sont à peine voilés. Souvent ils font recours au même jargon utilisé au Rwanda à la veille du génocide contre les Tutsi, sans doute pour s’assurer que tous les initiés  ont bien compris. On retiendra le plan « Safisha », « Kora », « Guguna », « Kumesa », etc.

Le 6 février 2014, le Président d’une coalition de partis politiques d’opposition, l’ADC-IKIBIRI, Monsieur Léonce Ngendakumana, adressait une correspondance au Secrétaire Général des Nations-Unies dans laquelle il lançait un cri d’alarme et demandait la « prévention d’une catastrophe humanitaire en perspective au Burundi ».

  1. Nkurunziza Pierre a délibérément et méthodiquement divisé les forces armées burundaises dans le seul objectif de casser les équilibres établies par Arusha, d’affaiblir les FDN et d’instaurer ainsi un terrorisme d’Etat sans que celles-ci puissent intervenir de façon concertée pour stopper sa barbarie.
  2. Plusieurs lois contraignantes ont été votées, des tentatives de modification de la constitution en vigueur ont été fomentées, tout cela dans le but inavoué de réussir le hold-up d’un troisième mandat. Celui-ci devait lui permettre de poursuivre et d’achever l’œuvre commencée d’un génocide dont il savait que présentement personne ne pouvait maîtriser autant que lui les mécanismes de complicité surtout avec certaines puissances, de subtilité et de camouflage, une fois le forfait consommé.
  3. Tous ces crimes de génocide sur fond de terrorisme d’Etat se commettent dans un blackout total. Toutes les radios et TV privées ayant été saccagées et brulées, les leaders des associations de la société civile violemment pris à partie et mortellement pourchassés. Les citoyens burundais n’ont plus droit à l’information à l’exception notable de celle véhiculée par les planificateurs de ce terrorisme d’Etat et de ce génocide ethnique, nécessairement fausse et manipulée. Les appareils téléphoniques sont contrôlés, les messageries vérifiées sous leurs divers canaux. Et si vous avez reçu ou envoyé quelque chose qui paraît déplaire au policier et au régime, et que vous êtes Tutsi ou opposant au 3ème mandat, cela vous vaut l’arrestation et la disparition, c’est-à-dire la condamnation immédiate à la peine de mort, c’est visiblement la consigne  donnée par le Président lui-même à ses agents de l’ordre. Si l’appareil de téléphone est d’une certaine valeur quel que soit son contenu, il devient le butin  de guerre du policier. C’est lui qui apprécie. Et dire que les droits à la vie privée, à l’information et à la propriété sont des droits fondamentaux de l’homme ! Le Tutsi du Burundi et les opposants au régime Nkurunziza devront, s’ils survivent à l’holocauste de 2015-2016, réapprendre le sens de tous ces concepts.
  4. Nkurunziza et sa clique instrumentalisent plus particulièrement la justice mais aussi l’administration ainsi que les corps de défense et de sécurité. Valentin Bagorikunda, l’inamovible et zélé procureur général de la République, est l’un des hommes les plus pitoyables de la saga. A tous les crimes que le pouvoir a perpétrés durant les différentes législatures, Monsieur Bagorikunda avait la lourde charge de trouver un coupable de substitution. Outre un problème de conscience – qu’il n’a peut-être pas – la tâche n’a pas été toujours facile. C’est ainsi que ses imperturbables commissions d’enquête ont établi que les 120 jeunes gens massacrés à Bukinanyana fin décembre 2014 étaient eux-mêmes responsables de leur morts ! Bagorikunda a de même affirmé que les quarante corps retrouvés décapités dans des sacs et noyés dans la rivière Akanyaru provenaient plutôt du Rwanda, au motif que la configuration des lieux n’aurait pas permis, d’après lui, aux cadavres de se diriger vers les rives burundaises de la rivière. Les Burundais autant que les Rwandais n’ont vu que du feu dans cette spécieuse explication. Il reste que son homologue rwandais lui a proposé de conduire une enquête mixte impliquant des experts et des magistrats du Burundi, du Rwanda et de l’East African Community afin de tirer les choses au clair. Evidemment, Bagorikunda n’a jamais donné suite à la proposition, préférant enterrer en catimini  les corps, ou ce qui en restait !

Cette liste n’est pas exhaustive. Elle est tout simplement interminable. Nous voulions uniquement montrer que le génocide en cours a été bien pensé, minutieusement préparé. Nous savons que Nkurunziza bénéficie de certains soutiens très puissants en Afrique et en dehors. L’audace, l’arrogance et l’outrecuidance avec lesquelles il exécute le génocide ne laissent plus aucun doute sur l’existence derrière lui d’une puissance génocidaire tapie dans l’ombre et engagée à manipuler les diverses instances de la communauté internationale dans le sens de neutraliser leur action. Nous voulions rappeler également que le génocide ne s’arrête pas de lui-même, on l’arrête. C’est à ce niveau que la gesticulation de la Communauté Internationale (ONU, UA, UE, EAC, et d’autres)  est pitoyable.

Le MORENA accuse cette grande nébuleuse qu’est la communauté internationale pour ses choix toujours absurdes, lorsqu’il s’agit du Burundi. Entre autres :

  1. La négociation avec le pouvoir génocidaire de Bujumbura. Le temps qu’on a attendu pour négocier avec Hitler a coûté la vie à des millions d’innocents. Une intervention plus rapide et plus responsable aurait sans aucun doute réduit l’ampleur de l’hécatombe. On ne négocie pas avec les génocidaires, on les met hors d’état de nuire. Ceux qui prônent la négociation avec le régime de Nkurunziza ne peuvent être que ceux-là mêmes, nationaux et étrangers, qui cherchent sournoisement à se blanchir eux-mêmes ainsi que Nkurunziza, et s’assurer à tout prix la continuité du système pervers dissimulé derrière l’Accord d’Arusha.
  2. Le négationnisme entretenu dans les discours des principaux acteurs de la communauté internationale. Tous refusent obstinément et contre toute évidence d’appeler les choses par  leur nom. Ils parlent d’un risque de génocide, d’un massacre à grande échelle, de l’escalade de la violence, de millions de victimes, et jamais d’un génocide en cours dont les auteurs sont Monsieur Nkurunziza, son parti et ses collaborateurs de l’administration, de l’armée, de la police, du service de renseignement ainsi que ses milices burundaise et rwandaise. En évitant la vérité à tout prix, les uns et les autres  cherchent, nous le savons, à se ménager une sortie de responsabilité face à une situation où ils devaient et pouvaient agir et qu’ils ne le font pas, soit par complicité à peine voilée avec le régime de Bujumbura, soit qu’ils estiment que le Tutsi du Burundi ne représente pas pour  eux un enjeu suffisant pour se déranger. Comme hier les Tutsi du Burundi et du Rwanda ou les Juifs d’Europe ont péri pendant que les organisations et les puissances de ce monde les laissaient seuls face à leurs bourreaux. Décidément, comme disait quelqu’un, l’histoire est un perpétuel recommencement !

Pour le cas présent du Burundi, ils s’appliquent à minimiser la situation surtout dans la qualification des faits et dans les chiffres. Ils disent qu’il y a massacre des populations, des opposants au 3ème mandat, qu’il y a 600 morts, certains descendent même à 320 ou 400. Ils se focalisent sur la nuit du 11 au 12 décembre 2015 comme le moment des grandes tueries. Le génocide proprement dit a plutôt démarré le 26 avril 2015 lorsque Nkurunziza a ordonné à ses milices et à la police de tirer sur des manifestants pacifiques dans la rue et sur les enfants alentours, et continue encore maintenant, le 11-12 décembre n’ayant été qu’un épisode du long calvaire que les Tutsi et les opposants sont en train de vivre. Ils continuent à être enlevés, torturés, empoisonnés, exécutés, leurs maisons et leurs biens brûlés tous les jours dans les quartiers et dans les villages loin des regards indiscrets. La machine du génocide s’est emballée et comme partout ailleurs où c’est arrivé, elle ne s’arrêtera pas d’elle-même.

Quant aux chiffres, le MORENA est étonné d’entendre dire que seulement 600 personnes ont été tuées durant cette crise de 2015. La situation est de loin plus grave. A dater du 26 avril  et jusqu’au 06 février 2016, nous avons compté, à notre niveau et sans penser que toutes les données nous sont parvenues, des dizaines de milliers de tués ou de disparus sur l’ensemble du pays. La situation n’est pas par ailleurs difficile à imaginer : un génocide à huis-clos, perpétré loin des caméras, loin des médias, loin de la société civile et de tout témoin neutre, burundais ou étranger, entrepris contre une population sans aucun moyen de résistance, ne peut déboucher que sur l’hécatombe !

  1. L’absence absolument incompréhensible de la représentation des victimes du génocide dans les négociations programmées. La lecture honnête du  conflit actuel au Burundi met en évidence trois protagonistes : le pouvoir en place à Bujumbura, l’opposition qui conteste le 3ème mandat, les victimes du génocide. Certains tendent à confondre le deuxième et le troisième groupe. C’est inexact. Le CNARED est une opposition politique qui combat le 3ème mandat, qui exige la compétition ou le partage du pouvoir avec le régime en place. Les membres parlent d’ailleurs à l’unanimité du génocide des opposants et jamais du génocide des Tutsi, et 90% d’entre eux sont soit des génocidaires en sursis de 1993, soit des acteurs clé de l’organisation du génocide de 2015. Les quelques Tutsi présents dans le groupe ne sont que des sous-traitants qui ne sont là que pour soulever les problèmes des droits de l’homme en général  et se positionner pour des strapontins. Personne pour poser la question cruciale du partage équilibré du pouvoir entre les deux communautés en conflit, en conformité avec l’esprit de l’Accord d’Arusha de 2000. Cela est totalement inacceptable et participe de la technique de la méconnaissance des vrais termes du problème burundais et de ses solutions appropriées telles que déjà proposées par le MORENA au Médiateur MUSEVENI.

Face au drame, nous demandons fermement, à ce que l’on appelle la communauté internationale, ce qui suit , particulièrement à l’ONU et au Conseil de Sécurité, à l’UA, à l’UE et à l’EAC :

  1. Si tous ces acteurs puissants ne sont pas capables de protéger la population civile en détresse au Burundi, qu’ils leur ouvrent au moins un corridor pour fuir à l’extérieur. Tout le monde sait en effet que la population menacée ne peut pas sortir du territoire. Elle n’a pas par où passer. Les imbonerakure et les  interahamwe contrôlent tous les recoins des frontières du pays, à la recherche du Tutsi ou de l’opposant qui chercherait à échapper.
  2. Sachant que ces populations sont encerclées et retenues en otages dans leurs quartiers, sans vivres et sans soins, dans la privatisation et la misère les plus inouïes, nous demandons que de la nourriture et des médicaments soient parachutés et distribués en toute urgence. Parmi les plus affectés figurent les quartiers Musaga, Cibitoke, Nyakabiga, Ngagara, Jabe, Mutakura, Bwiza et Kanyosha.
  3. Au lieu d’organiser un face à face Bahutu-Bahutu entre le pouvoir et l’opposition en exil (CNARED) dans les prochaines négociations, nous demandons que ce schéma hypocrite et mensonger soit abandonné, et qu’il soit mis  en place un face à face entre les représentants des deux communautés Bahutu et Tutsi. Sans cela, vous reviendrez dans quelques dix ans compter  –  en en minimisant encore le nombre ? –  d’autres victimes Tutsi d’un 6ème génocide, peut-être plus sanglant encore.
  4. En tout état de cause, les Tutsi de tout le pays, ainsi que les autres victimes innocentes de la barbarie en cours, et particulièrement ceux qui ont vu les leurs mourir dans des conditions insoutenables, égorgés vivants et émasculés, les mères, les enfants, les filles violées, torturées, et empoisonnées de force, toutes ces victimes de la barbarie du pouvoir au Burundi, ont besoin d’un accompagnement psychologique fort, que nous demandons de mettre rapidement en place. Les blessures du cœur sont parfois plus profondes et souvent plus difficiles à soigner que n’importe quelle plaie du corps.

Avec cela, nous aurons sauvé ce qui peut encore l’être, et certains d’entre vous auront sauvé la face.

Fait à Bujumbura, le 07/02/2016

Le Président du MORENA

Maître Isidore RUFYIKIRI

Email : morenatsinda2015@gmail.com

Publicités

4 réflexions sur “Memorandum du MORENA sur le génocide en cours au Burundi

  1. Harya barayamaze bati « Uko zivugujwe niko zitambwa ». Uno munsi ibihe turimwo bidutegeka kumenera inda kurutoki cambu ca ex-président Ntibantunganya. Nibaza ko kugira ngo abantu banyurwe umuntu ategerezwa kwenyuza. kuko « le temps que nous vivons aujourd’hui n’est que la trahison ». None ga wewe witwa 2h ubona umuntu adakomye induru nkuku uyu mushingantahe Isidore Rufyikiri ariko aragira canke nkuko uwundi wese yakoma induru bariko baragandagura abatwa canke abahutu vyoheza bikagenda gute? Jewe sinabaza k’uyu mushingantahe arira busema! None wewe kutatanze proposition ubona hokorwa iki? Tanga intererano kuko jewe mbona arico gikuru ngaha! Harya baraya maze ngo « Ruriye abandi rutakwibagiye ». Ntukabone umwicanyi hama ngunezerwe kuko burya umwicanyi ni ntakigongwe nakare umwicanyi ntagira incuti n’abagenzi kuko utubahirije ukwashaka nawe uravye nabi uraharwa! Ehe raba nawe unomunsi abarongozi bacu bararahiye bararengwa kwitwa abashingantahe kandi kuva kera narindi ubushingantahe butari ubw’umuhutu, umuganwa canke umututsi gusa! Kera haja mu m’ utamana ubwoko bwose, hatirwa ubwo bwoko bwose. Kera yaba umuhutu canke umututsi bose barashobora kuba abakungu mugihe berekanye ingeso mbi! None ehe raba namwe ukuntu igihugu gisigaye kirongowe n’abakungu! burya igihugu cubakira kumico myiza ntanarimwe igihugu cubakira kumico irangwa n’abagabo nimba dutahura neza ubudasa buri hagati y’umushingantahe n’umugabo! None koko ubu karashize ingani twemere ko ata budasa buri hagati y’umushingantahe n’umugabo? Namwe ndabinginze nimunyishure!

    J'aime

  2. Hewe mugabo jyewe ndi umunyarwanda ariko ndakurikira ivy’iburundi murazi abatutsi barishwe kuva kera canecane abo mubihugu des grands lacs none ndibaza ko igihe kigeze kugirango nabo birwaneko bashire ingufu hamwe basabe igihugu cabo nkuko les juifs ils ont fait Hama nabo bahutu bahame iwabo nyene

    J'aime

  3. Nogusaba uzoze urandika mu kirundi kugirango abarundi benshi babone ivyiyumviro vyiza ufitiye igihugu cakwibarutse …mugabo kubwanje ntaho ivyiyumviro nkivyo bizoshikana abantu bo muri aka karere kibiyaga bigari….(Umunsi wagerageje ukandika nk’Umurundi apana nk’Umututsi Uwundi nawe akandika nk’Umurundi apana nk’Umuhutu canke Umutwa n’abandi ….aho abarundi bogira icizere yuko n’imiburiburi …amagogwa y’amoko y’ububeshi twashizwemwo n’abansi b’ibihugu vyacu …tuzohava turonka uburyo bwo kuyavamwo..)

    J'aime

    • mugenzi,uwo musi uzowitega uruhe, kuko bab ab ejo hahise,ab uno musi cank b ejo hazoza…boose ni bamwe. s abatutsi, s abahutu,nta wurusha uwundi gukund igihugu kandi twese tunganya gukund inda zacu. aho rero, ngo ntawuvugan indya mu kanwa.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s