Un officiel onusien appelle à la réouverture des radios suspendues

https://i0.wp.com/img.aws.la-croix.com/2015/07/23/1337616/Un-homme-ecoute-informations-22-juillet-2015-Bujumbura-lendemain-elections-presidentielles-sont-tenues-Burundi_0_730_340.jpgLe représentant du Haut Commissariat de l’ONU pour les Droits de l’Homme au Burundi, Patrice Harvard, a appelé samedi à la réouverture des médias suspendus en général et des radios en particulier pour qu’ils puissent contribuer à la paix et à la sécurité.

« Depuis la suspension de ces radios-là, j’ai toujours plaidé auprès des autorités, tout en comprenant le contexte politique assez difficile, qu’il fallait reconsidérer la question de la radio. Je fais confiance à ces autorités pour effectivement gratifier encore, comme elles l’ont fait pendant les dix dernières années, le peuple burundais d’une presse plurielle et les radios libres », a indiqué Patrice Vahard, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Radio.

Pour lui, les radios libres peuvent partager la vraie information et s’impliquer dans la relance du pays dans la cohésion sociale et la réconciliation du peuple burundais.

Il a appelé à la « sagesse habituelle du Chef de l’Etat et à sa bonne compréhension » pour que ces radios puisse rouvrir et « contribuer à la paix et à la stabilité du pays ». « Nous continuerons notre plaidoyer car j’ai pris cela comme l’une de mes priorités depuis l’année dernière et je maintiens cela. Je crois qu’il y a des évolutions », a-t-il dit.

Depuis le début de la crise que traverse le Burundi à partir de fin avril 2015 après l’annonce de la candidature du troisième mandat du Président Pierre Nkurunziza et surtout depuis le coup d’Etat manqué du 13 mai 2015 contre son pouvoir, quatre grandes radios et une station de télévision ont été suspendues par les autorités.

Il s’agit de la Radio Publique Africaine (RPA), de la Radio Bonesha FM+, de la Radio Isanganiro et de la Radio Télévision Renaissance. Ces medias ont été saccagés les jours qui ont suivi le putsch avant d’être déclarés suspendues.

Les autorités burundaises ont dit que leurs dossiers suivent le cours normal pour leur réouverture.

French.china.org.cn |  le 13-02-2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s